Coucou !

Désolé de l'indisponibilité du forum ces derniers temps. La situation actuelle n'a pas été très facile et ça a mis plus de temps que prévu.

Mais ça y est ! C'est revenu !

La récupération de mot de passe est toujours indisponible (un soucis d'hébergeur), mais vous pouvez contacter la page Facebook "Steampunk.fr" qui vous aidera pour une réinitialisation manuelle du mot de passe.

Khin
(29/11/2020)

Un Cancre de Génie

Où l'on laisse libre cours à sa plume mécanique.
Avatar de l’utilisateur
Guillotine
Messages : 2169
Inscription : 10 novembre 2010, 13:24

Re: Un Cancre de Génie

Message par Guillotine » 27 juin 2012, 18:10

Birdie a écrit :Cette maladresse me rappelle quelqu'un... Mais qui ?
J'ai les oreilles qui sifflent, c'est marrant :lol:

Excellent, c'est vraiment excellent.
"Je ne comprendrai jamais rien à la misanthropie. Je refuse l'idée qu'elle puisse se comprendre."
Münsingen
Messages : 3919
Inscription : 24 août 2009, 13:41

Re: Un Cancre de Génie

Message par Münsingen » 28 juin 2012, 11:38

marius nightmare a écrit :Excellent, la fin me met encore plus l'eau à la bouche mais déçu car la camion n'a pas eu à péter :( XD
Boum, tu es un grand malade ! :lol:
Encore merci, Antoine. Vivement la suite :D
Avatar de l’utilisateur
Antoine Jolivet
Messages : 2752
Inscription : 05 mars 2011, 00:17
Localisation : Bruxelles - Belgique
Contact :

Re: Un Cancre de Génie

Message par Antoine Jolivet » 28 juin 2012, 21:53

Un petit ange passa...

Avant que Guillerette ne fut revenue de sa surprise, la bouteille cachetée de cire rouge lui était arrachée des mains.

Le Steam-Marine tonna : « Planquez-vous ! » Il lui fallait jeter l'engin avant qu'il n'explose, mais où ? La place venait heureusement de se dégager des troupes, c'était le moindre mal...

Les « Pétroleurs » et leurs amis ne mirent qu'une demi-seconde à se précipiter au sol, Boum hésitait encore...

Des appels angoissés lui arrivaient, déjà déformés, de la bulle bleue. Il risquait non seulement d'être à jamais prisonnier de cette époque, mais pire, de condamner ses compagnons à une errance temporelle sans fin, et sans doute à la mort !

D'un seul et même geste, il lança la grenade et plongea dans le halo bleuâtre qui s'épaississait.

La grenade toucha la citerne du camion à l'instant précis où, essoufflés et suants, trois adolescents dépenaillés précédant un adulte hirsute surgissaient de la rue principale...

La bulle bleue achevait de se dissoudre, emportant ses voyageurs, et l'explosion quasi simultanée de la grenade et de la citerne fit jaillir dans l'air une gerbe de matière brunâtre, aux effluves dégoûtantes !

Guillerette pensa : « Oh ! le beau feu d'artifice ! » et Maxime Grognieux, ses acolytes et « P'tit Tyran » virent au ralenti le véhicule se disloquer, la gerbe s'épanouir en parasol et la matière visqueuse et malodorante leur tomber dessus, les frappant de plein fouet, envoyant le quatuor suffocant et à demi assommé s’aplatir contre un mur dont on sut qu'il avait été blanc en voyant , plus tard, leurs silhouettes se découper sur un fond qualifié pudiquement de « Terre de Sienne brûlée »...

Par une chance incroyable, on n'eut à déplorer aucune victime.

Pierre de Murville, encore sous le choc de sa rencontre avec un aïeul renommé, regrettait son départ précipité, il aurait aimé échanger avec lui quelques mots sur ses ancêtres... lui poser ces questions auxquelles ses parents n'avaient jamais trouvé de réponses... Mais le chaud regard de Willelmine Van Pelt lui rappela ce qu'il savait déjà : il possédait en lui les réponses à toutes les questions importantes, et dans le cas où il douterait encore, il trouverait là, dans ces yeux profonds et limpides, la confirmation ultime !

Grand-Mère embrassa ses petits-enfants, les confia encore une fois aux bons soins de Linda Kovacs, qui ne trouva rien de mieux que de prendre les commandes de la luxueuse conduite intérieure abandonnée par le Comte de C avec une impressionnante quantité de matériel médical.
« Hozom haza a gyerekek ! Je rrrramener enfants à la maison ! Prrrrofiter en passant pourrrr déposer camelote à le Hôpital de Campagne ! »

Josy approuva silencieusement l'ordre de marche, un peu moins le choix du conducteur... ce qui ne l'empêcha pas de faire démarrer la somptueuse locomobile, qui embarqua finalement l'ensemble des « Pétroleurs » !

Tony et Guillerette serrèrent tendrement leur Grand-Mère dans les bras. Elle avait encore fort à faire, l’État-major venait d'être prévenu de la proche arrivée du Zeppelin amenant, pour la première fois depuis des années sur le sol Européen, le Général d'Eoll, l'âme et le symbole de la Résistance !
Celui qui, régulièrement, bravant le brouillage des ondes, s'adressait à ses compatriotes pour les enjoindre de ne pas se laisser aller au découragement, les encourager à lutter, encore et toujours, quelle que soit l'issue des combats. Aujourd'hui, il revenait en Héros !

Comme ils allaient partir, Yasmine Grou vit une grande silhouette vêtue d'un long manteau de cavalerie : l'homme du Musée ! Celui-ci leur fit un large signe de la main avant de pénétrer à son tour dans le Palais Présidentiel. Daedalus Héolis, Président du Parlement Européen en Exil, sortait de l'anonymat et de la clandestinité forcée, simplement, comme il vivait au quotidien : il montait les marches après s'être déplacé à pied, sans escorte... foulant du cuir de ses vieilles bottes le pavé d'une ville nouvelle !

Sous son front rendu soucieux au fil du temps, l’œil n'avait rien perdu de sa vivacité.

Arrivé devant la porte du Palais, il marqua un temps d'arrêt, murmura pour lui-même la devise de ses ancêtres : "Macte Animo ! " et entra... Il souriait !

Le retour à la maison fut plutôt silencieux. Tout le monde tombait de sommeil et ceux qui surmontaient le « steam lag » (« retard de vapeur » : sorte de contrecoup à de fortes émotions) restaient cois, se repassant le film des aventures incroyables vécues ces dernières heures.

Une surprise, et non des moindres, attendait les enfants...

(à suivre...)
"Pour partir à la chasse au Cirage Noir, la nuit, il convient de d'abord se munir d'une lampe-torche"
(Th. B.)
marius nightmare
Messages : 4372
Inscription : 08 septembre 2010, 23:39

Re: Un Cancre de Génie

Message par marius nightmare » 28 juin 2012, 22:39

Je sais je sais Mumu XD

Et Antoine... Merci :)
Et ces allusions, miam :)
Avatar de l’utilisateur
Birdie
Messages : 315
Inscription : 15 juin 2012, 15:21
Localisation : Besançon
Contact :

Re: Un Cancre de Génie

Message par Birdie » 29 juin 2012, 07:43

Oh... Tu ne peux pas y résister, n'est-ce pas ?
Une surprise ? C'est quoi, c'est quoi ? c'est quoi ?
maybe I shouldn’t write
at all
but clean my gun
and check my kerosene supply
"
Nikki Giovanni
Avatar de l’utilisateur
korri
Messages : 558
Inscription : 17 juin 2012, 17:03
Localisation : Lunéville, meurthe et moselle, Lorraine, France, Europe, planete terre

Re: Un Cancre de Génie

Message par korri » 29 juin 2012, 09:39

tellement hate de lire la suite, j'ai tout dévoré en une soirée, j'avais les yeux comme ca :shock:
mais c'est tellement bon
Avatar de l’utilisateur
Antoine Jolivet
Messages : 2752
Inscription : 05 mars 2011, 00:17
Localisation : Bruxelles - Belgique
Contact :

Re: Un Cancre de Génie

Message par Antoine Jolivet » 01 juillet 2012, 21:53

Ils s'attendaient à trouver, comme à l'accoutumée, la demeure encore à peu près endormie, seule la domesticité prenant son service vers cinq heures du matin.

Or, la maison bourdonnait comme une ruche, toutes lumières allumées ! Dans le hall d'entrée, civils et militaires portant le brassard des insurgés discutaient en riant, Léonore passait avec des plateaux de sandwiches tandis que circulaient des bouteilles remontées de la cave, ce qui n'arrivait qu'aux grandes occasions !

Les meubles du salon avaient été repoussés, les épais tapis roulés dans un coin, laissant la place à une large table sur tréteaux, autour de laquelle s'affairaient un grand nombre de personnes. Sur cette table s'étalait une carte détaillée de Néopolis, parsemée de petites silhouettes de carton représentant là un tank, ici un soldat en uniforme de la SP, plus loin une barricade...

Maman, tenant tête à une batterie de téléphones, transmettait régulièrement des messages sibyllins, qui entraînaient le déplacement d'une ou plusieurs silhouettes, et, de plus en plus souvent, la pose d'un petit fanion aux couleurs de la Résistance...

Chacun de ces petits fanions était acclamé avec force vivats, et les toasts succédant aux toasts, l'ambiance devenait de plus en plus chaleureuse.

Tony n'en revenait pas, il avait quitté la veille une villa bourgeoise dont la ligne téléphonique était (par ses soins) totalement hors service, et il se retrouvait au milieu d'une « war room », une salle de coordination des opérations stratégiques parfaitement opérationnelle !

Sans abandonner sa tâche, Maman lança aux nouveaux arrivants :
« Ah, vous êtes là, les enfants ? Servez-vous, il y a des sandwiches et de la limonade ! Guillerette, au lieu de rester les bras ballants, tu peux aider Léonore, et toi, Tony, il y a des petits pains à préparer encore à la cuisine, Siriane aura certainement besoin de mains supplémentaires ! Nous attendons encore du monde, alors rendez-vous utile, pour une fois ! »

Les deux enfants échangèrent un regard fataliste :
« Je crois que nous avons dû manquer une étape de l'histoire... »
« Ou alors, il y aurait encore eu une manipulation temporelle ? »

Des applaudissements, des cris, et une pétarade de vapeur retentirent à l'extérieur, les détournant provisoirement des tâches ménagères commandées.

Et là, ce fut le comble de leur ahurissement : juchés sur un half-track Stanley à système Kégresse, entourés d'un nuage de vapeur s'échappant des multiples trous du véhicule apparemment mitraillé, en chemise à col ouvert, cravate au vent et gilet déboutonné, échevelés et riant comme des collégiens, brandissant de solides steam-guns et des brassards de la Résistance... Papa et Monsieur Sherlock de Melk !!!

Les deux chefs d'entreprise avaient, sans le faire savoir à leurs familles, lancé tous les moyens de leur industries respectives dans la bagarre, créant un réseau de Maquisards urbains... jusqu'à faire eux-même le coup de feu sur les barricades !

Guillerette se précipita dans les bras de son père, Tony faillit se mettre à pleurer... Pour la première fois depuis très longtemps, il éprouvait... oui, une certaine fierté ! Papa savait-il seulement que sa propre mère participait à la direction de ce mouvement qu'il avait rejoint avec une fougue jusque là inconnue ? Probablement pas, mais cela n'avait plus qu'une importance de détail... Et ce fut en étreignant les épaules de ce père qu'il redécouvrait que le garçon se laissa aller : submergé par les émotions de ces derniers jours, il s'évanouit.

(à suivre...)
"Pour partir à la chasse au Cirage Noir, la nuit, il convient de d'abord se munir d'une lampe-torche"
(Th. B.)
Avatar de l’utilisateur
korri
Messages : 558
Inscription : 17 juin 2012, 17:03
Localisation : Lunéville, meurthe et moselle, Lorraine, France, Europe, planete terre

Re: Un Cancre de Génie

Message par korri » 02 juillet 2012, 06:22

ho yeah ! papa fais de la resistance xD
Avatar de l’utilisateur
Birdie
Messages : 315
Inscription : 15 juin 2012, 15:21
Localisation : Besançon
Contact :

Re: Un Cancre de Génie

Message par Birdie » 02 juillet 2012, 12:37

Des sandwichs, c'est toujours une bonne surprise.
Très bon chapitre, mais fais attention à la façon dont tu arranges tes paragraphes. Je sais que ce conseil peut paraître étrange, mais regarde et tu verras.
maybe I shouldn’t write
at all
but clean my gun
and check my kerosene supply
"
Nikki Giovanni
Avatar de l’utilisateur
Guillotine
Messages : 2169
Inscription : 10 novembre 2010, 13:24

Re: Un Cancre de Génie

Message par Guillotine » 02 juillet 2012, 21:02

Excellent, hé hé hé ...

Par contre on sent qu'on approche de la fin et ça me rend trèèèès triiiiiiiste ...
"Je ne comprendrai jamais rien à la misanthropie. Je refuse l'idée qu'elle puisse se comprendre."
Répondre

Revenir à « Le Salon de Lecture »