Coucou !

Désolé de l'indisponibilité du forum ces derniers temps. La situation actuelle n'a pas été très facile et ça a mis plus de temps que prévu.

Mais ça y est ! C'est revenu !

La récupération de mot de passe est toujours indisponible (un soucis d'hébergeur), mais vous pouvez contacter la page Facebook "Steampunk.fr" qui vous aidera pour une réinitialisation manuelle du mot de passe.

Khin
(29/11/2020)

Un Cancre de Génie

Où l'on laisse libre cours à sa plume mécanique.
Avatar de l’utilisateur
Guillotine
Messages : 2169
Inscription : 10 novembre 2010, 13:24

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Guillotine » 10 mars 2012, 00:55

"Maître" ? Mais ! Mais ...

Guillotine se transforme en chèvre.


Non, je râle mais c'est toujours délicieusement hilarant. Brava !
"Je ne comprendrai jamais rien à la misanthropie. Je refuse l'idée qu'elle puisse se comprendre."
Avatar de l’utilisateur
Antoine Jolivet
Messages : 2751
Inscription : 05 mars 2011, 00:17
Localisation : Bruxelles - Belgique
Contact :

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Antoine Jolivet » 12 mars 2012, 01:20

Déjà, l'officier de marine, claquant des talons, reprenait la parole, récitant un texte appris par cœur :

« Message de l'Amirauté à E.M. Armée Secrète : L'ensemble des officiers, sous-officiers, quartier-maîtres et matelots se rallient à la cause défendue par la Résistance, toutes tendances politiques confondues. Tout contrevenant à l'ordre de marche sera immédiatement mis aux arrêts de rigueur.
Aucune opposition à noter jusqu'à présent. Volontaires nombreux. En ce moment même, le cuirassé « Amiral Nas » a quitté la haute mer et remonte le fleuve. D'ici quelques heures, il tiendra le Palais Présidentiel sous le feu de ses canons.
L’État-major de la Marine Européenne tient à préciser que, ce faisant , il entend lutter pour la défense de la Démocratie et non pour l'établissement d'une dictature militaire ! »

« Ah ben non, ça, pas besoin, 'y en a un autre qui s'en charge ! »
« Guillerette, voyons ! »

L'homme, toujours dans l'ombre, remercia l'officier. Grand-mère sautillait sur la pointe des bottines, laissant perler un rire juvénile.

« Tu te rends compte, dis, p'tit Maître ? C'est formidable ! Les Marins sont avec nous ! »

Puis elle se mit à chantonner :
  • « Tiens, voilà un marin
    Sacré nom d'un chien
    C'est chouette un marin
    Quand ça vous revient
    Tiens, voilà un marin
    Moi j'aime les marins... »
Tout à coup, sans transition, de la manière la plus sérieuse qui soit, elle invita Linda Kovacs à escorter Guillerette et Tony jusqu'au Lycée d'Etat, ce qui eut pour effet immédiat de doter la dite Guillerette d'une moue boudeuse.

«  Et défense de chougner, Maideleh (1) ! C'est une mission ! Vous allez organiser la défense de votre école ! Avant demain matin ! Allez, ouste ! Et ne prenez pas froid ! »
« Mais Grand-mère... on n'a même pas d'armes !!! Que veux-tu que... ? »
« Pas d'armes, pas d'armes ! Cet air n'est pas né d'aujourd'hui ! Tu crois que j'en avais, des armes, Toinou, quand je me suis évadée ? Nada ! (2) Et un quart d'heure plus tard, j'avais déjà une hache !
« Ouais ! C'est vrai ça ! Une hache, il me faut une hache ! »
« Guillerette, s'il te plaît ! C'est sérieux ! Nous ne sommes que des adolescents, après tout... »

Sans quitter son abri d'ombre, l'homme au manteau d'officier s'adressa à Tony de sa voix envoutante et péremptoire :
« Jeune homme, pour défendre ce en quoi l'on croit, il n'y a pas d'âge ! Vous avez des bras, vous avez une tête... que vous faut-il de plus ? »
« Du... du courage ? »

Tony était l'image même de la détresse, un chaton levant deux grands yeux apeurés vers celui qui s'apprête à le noyer...

L'homme s'avança. Ses traits se firent plus précis. Il souriait.
« Vous en trouverez, n'ayez pas peur... Il y en a quelque part une réserve inépuisable... En vous-même ! Au sein de votre rêve ! »

Le garçon cherchait une réponse à la hauteur de ces paroles qui sonnaient si bien, mais déjà, sa sœur l'entraînait à la suite des jeunes femmes du Mayflower, derrière un projet de sculpture monumentale en plâtre, « Au libraire inconnu, tombé pour la défense de la liberté de Pensée » qui, une fois déplacé, révélait un escalier s'enfonçant dans le sol.

L'Univers commençait à ne plus tourner tout à fait de la façon habituelle pour le malheureux Tony... Ces allées et venues incessantes dans des couloirs souterrains plus ou moins éclairés de lumière électrique perturbaient à la fois ses notions de temps et d'espace.

Il était incapable d'estimer l'heure qu'il était lorsque enfin ils atteignirent l'autre extrémité du boyau. Après être monté un nombre effroyable de marches, le petit groupe aboutit à l'étage d'une librairie, dans une salle de lecture aux rayonnages débordants d'ouvrages en tout genre.

« Ca y êtrrre, nous voici à la « Rrrrrenarrrrde qui lit »

(1) "petite fille", en yiddish
(2) "rien", en espagnol

(à suivre...)
"Pour partir à la chasse au Cirage Noir, la nuit, il convient de d'abord se munir d'une lampe-torche"
(Th. B.)
Avatar de l’utilisateur
Guillotine
Messages : 2169
Inscription : 10 novembre 2010, 13:24

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Guillotine » 12 mars 2012, 21:20

Et maintenant, du yiddish ? Bah voyons :roll:
Je suis ravie ! Faudra qu'on reparle de cette histoire de hache ... Excellent chapitre, anyway.
"Je ne comprendrai jamais rien à la misanthropie. Je refuse l'idée qu'elle puisse se comprendre."
Avatar de l’utilisateur
Antoine Jolivet
Messages : 2751
Inscription : 05 mars 2011, 00:17
Localisation : Bruxelles - Belgique
Contact :

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Antoine Jolivet » 12 mars 2012, 22:55

La boutique tenait son nom du magnifique tableau allégorique trônant entre deux étagères.
On y voyait un renard, debout sur ses pattes de derrière, tenant, dans ses pattes avant, un livre ouvert.

Certaines mauvaises langues prétendaient que c'était le dernier ouvrage de T. B., romancier plus connu des vernissages et des salons mondains que de potentiels lecteurs... ce qui prouvait bien que les animaux étaient des bêtes !
Ce à quoi d'autres plus mauvaises langues encore rétorquaient qu'au contraire, les renards étaient suprêmement intelligents, et que donc... ce n'était certainement pas le dernier roman de T.B. !

Quelques factions, particulièrement issues de cercles universitaires, adeptes de festivités arrosées, se perdaient en querelles byzantines sur le sexe de l'animal, à vrai dire peu discernable... et pour finir en beauté, quelques esprits malins affirmaient qu'il tenait son bouquin à l'envers !

Quoi qu'il en soit, le tableau à son tour s'effaça pour laisser passer le quatuor.

Tout était calme et silencieux, aucune lumière naturelle ou artificielle... l'on n'entendait qu'une vague rumeur au loin, très étouffée... sans doute la circulation ?

Depuis un long moment, Josy s'acharnait sur un petit boitier qu'elle avait attaché à son poignet. Elle pianotait sur quelques touches, consultait un petit écran, lâchait une bordée de jurons puis recommençait.

Enfin, elle afficha un sourire :
« Yeah ! Enfin, il y a du signal... le Mayflower a répondu, il sera là dans quelques minutes... »
« Temps pourrr nous de gagner toit ! »

Laissons les jeunes gens embarquer à bord du petit zeppelin et se diriger vers le Lycée, et retournons nous enquérir de la situation dans le Ghetto.

Passé les premiers moments d'enthousiasme, les courageux défenseurs des barricades durent convenir que, malgré une évidente bonne volonté, et une préparation de plusieurs mois, face à des combattants professionnels parfaitement équipés et entraînés, ils ne faisaient pas le poids !

Malgré les renforts mécaniques qui se dépensaient sans compter, courant d'un bout à l'autre du Ghetto sans s'économiser, se multipliant autant que possible, les troupes de choc de la SP avançaient inexorablement. Trois mécanopodes du siècle passé, c'était trop peu pour lutter contre les vapo-tanks des assaillants !

Les barricades tombaient, les unes après les autres, leurs défenseurs, mal armés face aux lance-flammes et aux fusils à gaz, refluaient vers le centre, peu à peu engorgé...

- « Nous allons être submergés ! Ah, si seulement nous pouvions avoir l'aide des commandos !!! »

A ce moment, il y eut comme un frémissement dans l'air. L'ancienne petite place de Virquantigbourg, non loin de la taverne de Kensington, fut le théâtre d'une sorte d'orage miniature, extrêmement localisé, quelques éclairs bleus, très brefs, et soudain, apparut en son centre un petit groupe d'hommes en habit désuets, dont les redingotes déchirées et maculées de boue, les haut-de-formes cabossés, trahissaient un récent passé pour le moins mouvementé.

Mais ce qui attira l’œil des Résistants, ce furent les armes que ces individus étranges portaient, en bandoulière ou à la hanche : d'imposants fusils-mitrailleurs d'acier, au chargeur recourbé... un modèle d'assaut totalement inconnu !

Surprise supplémentaire, sous l'habit masculin, deux de ces hommes... étaient des femmes !

(à suivre...)
"Pour partir à la chasse au Cirage Noir, la nuit, il convient de d'abord se munir d'une lampe-torche"
(Th. B.)
Avatar de l’utilisateur
Antoine Jolivet
Messages : 2751
Inscription : 05 mars 2011, 00:17
Localisation : Bruxelles - Belgique
Contact :

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Antoine Jolivet » 13 mars 2012, 23:57

Lorsque le nuage bleuté qui les entourait se fut dissipé, l'un des hommes , encore chancelant, s'adressa à celui qui devait être le chef, un homme assez grand, transportant sur le dos un appareillage mystérieux autant que complexe.
« Professeur, êtes-vous bien certain que nous soyons arrivés ? »
« Très franchement, mon bon Mumu, je n'en sais trop rien... »
« Toto, j'ai l'impression que nous ne sommes plus en Alsace !  »
« Oh Boum, ta g... ! »

Un homme, grand, le cheveu noir, jeune, peut-être vingt-cinq ans, se détacha alors du groupe des combattants qui, méfiants, entouraient la placette. Il fixait d'un regard intense le porteur d'appareil.

Celui-ci le regarda par-dessus ses lunettes aux verres fumés, et de l'air le plus naturel du monde, lui demanda :
« Pardonnez-moi, mon brave, auriez-vous la bonté de me dire... quelle est la date d'aujourd'hui ? »

Sans paraître aucunement surpris, le jeune homme répondit :
« Nous sommes le mardi 12 octobre 1937, jour de la Saint Wilfried ! Et je suis très heureux de vous accueillir à Néopolis, Professeur Herminoire ! »

Un membre de cette équipe hors du commun, l'air noble, vêtu à la mode française d'Ancien Régime,
redingote et bas de soie, tourna son long nez fin vers le Professeur, et, voilant à peine l'ironie de son sourire :
« Et bien, cher Octave, il appert que nous ne fussions point totalement en terre inconnue, encore qu'en un temps qui ne sera point nôtre, j'en ai peur... »

Mais l'autre, sans relever, reprit à l'attention du jeune homme :
« Comment savez-vous mon nom ? Quelle est cette ville de Néopolis ? Et qu'est-ce que sont ces hommes en armes ? Il n'y aura pas de conflit en France en 1937... si ? Napoléon V... »
« Du calme, du calme... Il n'y a jamais eu de Napoléon V ! Napoléon IV a signé, en même temps que tous les autres chefs d'état européen, l'acte de constitution des Etats-Unifiés d'Europe... il y a vingt ans ! Il n'y a désormais plus ni empires, ni royaumes en Occident !Quant à moi, je vous connais, Professeur, mais visiblement, vous ne me connaissez pas encore ! »

Le jeune homme tendit la main :
« Gaïus Herminoire... votre petit-fils, professeur, mais vous avez dû entamer votre voyage avant ma naissance, en 1912 ! »
« Lorsque je suis parti, en 1880, ma fille Mewenn n'avait qu'un... hé mais, attendez... comment pouvez-vous porter le nom (glorieux sans conteste) d'Herminoire, si vous êtes le fils de... ? »
« De son jeune frère, Agrippa Herminoire ! Mon père est l'un des fondateurs de la NSC que je représente ici ! La Nouvelle Steam Chouannerie ! »

L'une des femmes du groupe poussa un cri , de joie et de surprise mêlées, avant de défaillir, rattrapée de justesse par la seconde, une jolie rousse que la redingote mettait admirablement en valeur.

Le Professeur Herminoire lui lança entre ses dents :
« Esther, je vous en priiiiie ! Un peu de tenue, mardendousten (1) ! Il y a des gens ! »

Puis se reprenant :
« La machine a du connaître une quelconque avarie, et nous projeter dans une réalité alternative... La ligne temporelle aboutissant à cette année 1937 n'est pas la même que celle conduisant à l'année 1940 que nous venons de quitter... Toute la question est de savoir si les deux ont bien pour origine la même année 1880, la nôtre ? »

L'un des membres de la patrouille, alors, jeta violemment son chapeau au sol et saisit le Professeur par les revers :

« Et voilà ! Je le savais, qu'en acceptant la proposition de ce toqué, on allait avoir que des emmerdes ! Et lui, il règle ses petits problèmes de famille ! Mais qu'est-ce qu'on fout ici, hein ? Répondez ou je vous bute ! »

(1) breton : Tudieu !
Dernière modification par Antoine Jolivet le 23 mars 2012, 23:09, modifié 1 fois.
"Pour partir à la chasse au Cirage Noir, la nuit, il convient de d'abord se munir d'une lampe-torche"
(Th. B.)
Avatar de l’utilisateur
Sehlen Iron-Handed
Messages : 979
Inscription : 02 août 2011, 13:05
Localisation : Mon atelier , alias Bagdad.

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Sehlen Iron-Handed » 14 mars 2012, 07:20

Suite ! Suiiiiiite ! :lol:
Graou Graou Graou.
Münsingen
Messages : 3919
Inscription : 24 août 2009, 13:41

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Münsingen » 14 mars 2012, 18:27

Chapeau bas, Antoine ! On dirait que tu as compris l'esprit des steam-marines encore mieux que moi ;)
Je te les laisse donc le temps que tu voudras, ainsi que le professeur Herminoire et ses deux amis : ils sont manifestement entre de bonnes mains :D

D'ailleurs, il faudra que je te présente IRL au professeur et à son Esther, dès que vous m'en donnerez l'occasion...
Avatar de l’utilisateur
Guillotine
Messages : 2169
Inscription : 10 novembre 2010, 13:24

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Guillotine » 15 mars 2012, 19:57

Formidable !
"Je ne comprendrai jamais rien à la misanthropie. Je refuse l'idée qu'elle puisse se comprendre."
Avatar de l’utilisateur
Antoine Jolivet
Messages : 2751
Inscription : 05 mars 2011, 00:17
Localisation : Bruxelles - Belgique
Contact :

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Antoine Jolivet » 18 mars 2012, 01:08

La confusion monta d'un cran, on finit par séparer les deux hommes...

« Grand-père Octave, il y a urgence ! Les forces de la dictature vont nous renverser d'un instant à l'autre ! Accepteriez-vous, avec votre équipe, qui m'a l'air bien armée et entraînée, de nous seconder pour sauver la démocratie ? »

Aucun mot ne fut échangé, seuls des regards de connivence, et les voyageurs du temps saisirent leurs armes.

« Les Steam-Marines ne reculent pas devant le combat qui se présente ! Pas vrai, La Fare ? »
« Et comment Mumu ! Pardon... Sergent ! »
« A priori nous ne sommes en rien concerné par cette... révolte ? Cependant... Je ne peux décemment laisser un membre de la famille Herminoire dans un tel souci ! Nous vous aiderons ! »
« Mais... Professeur... et les conséquences sur le continuum espace-temps ? »
« Ben... je me dis... On s'en balance ! »

Un triple hourra accueillit ces paroles, et rapidement, les Steam-Marines se partagèrent les zones d'action.

Les Résistants avaient prévu et mis en oeuvre des tactiques défensives. L'équipe de Murville les obligea à changer de point de vue. On ne défendit plus des barricades, on laissa passer l'assaillant pour mieux le darder à revers. Les armes inconnues ramenées du futur faisaient merveille. Mais les munitions viendraient rapidement à manquer !

Boum alors fit preuve de sa pleine mesure ! Il s'enquit de l'existence de carburant dans ce monde alternatif :

« Vous avez bien quelque chose pour alimenter vos chaudières, non ? De l'alcool, du naphte... de la térébenthine ? »
« Nous avons la meilleure ! La térébenthine des Vosges ! On en tire une essence absolument remarquable ! Et nous avons du stock ! »

Lorsqu'il eut expliqué son intention, on se rua chez Bobby et mit sa cave à sac, avec son assentiment enthousiaste.
Le moindre flacon fut vidé de son contenu et transporté dans l'un des anciens ateliers désaffectés. Là, on remplit les bouteilles du précieux liquide, additionné d'acide en juste proportion...

Le travail était fait à la chaîne, sous la direction d'un Boum survolté, galvanisant ses troupes ! Il y avait ceux qui préparaient les récipients, d'autres qui les remplissaient. Ils étaient bouchonnés par un troisième groupe qui les passait à un quatrième, chargé de les emballer dans des linges imbibés de réactifs...

Des coursiers se chargeaient de les emporter, par musette de six pièces, vers les troupes combattantes.

Laissant la petite entreprise tourner d'elle-même, le concepteur accompagna la première fournée. Il s'agissait d'assurer la formation des artificiers sur le terrain en un temps record !

Dans son langage rude, bref et imagé, Boum leur expliquait comment tenir la fragile bouteille sans la lâcher prématurément, lorsqu'un guetteur hurla. Sa phrase mourut en même temps que lui.

Le Steam Marine ordonna la dispersion immédiate, enjoignant aux autres de bien observer sa manière !

Le Vapo-tank faisait déjà entendre le grincement sinistre de ses roues à chaines mordant le pavé.

(à suivre...)
"Pour partir à la chasse au Cirage Noir, la nuit, il convient de d'abord se munir d'une lampe-torche"
(Th. B.)
marius nightmare
Messages : 4372
Inscription : 08 septembre 2010, 23:39

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par marius nightmare » 18 mars 2012, 07:46

Ouaisssss ça va faire Boum :)
Répondre

Revenir à « Le Salon de Lecture »