Coucou !

Désolé de l'indisponibilité du forum ces derniers temps. La situation actuelle n'a pas été très facile et ça a mis plus de temps que prévu.

Mais ça y est ! C'est revenu !

La récupération de mot de passe est toujours indisponible (un soucis d'hébergeur), mais vous pouvez contacter la page Facebook "Steampunk.fr" qui vous aidera pour une réinitialisation manuelle du mot de passe.

Khin
(29/11/2020)

Un Cancre de Génie

Où l'on laisse libre cours à sa plume mécanique.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Antoine Jolivet
Messages : 2751
Inscription : 05 mars 2011, 00:17
Localisation : Bruxelles - Belgique
Contact :

Un Cancre de Génie

Message par Antoine Jolivet » 04 septembre 2011, 22:57

Le sujet du mois a fait surgir deux chères têtes blondes (qui sont d'ailleurs plutôt châtain foncé !), et une galerie de personnages qui laisse à penser que "La Fée Mécanique" a connu de mémorables suites... ;)

Retrouvez-les dans un roman populaire des années 1930...

Image
Dernière modification par Antoine Jolivet le 01 mai 2012, 23:42, modifié 1 fois.
"Pour partir à la chasse au Cirage Noir, la nuit, il convient de d'abord se munir d'une lampe-torche"
(Th. B.)
Avatar de l’utilisateur
Antoine Jolivet
Messages : 2751
Inscription : 05 mars 2011, 00:17
Localisation : Bruxelles - Belgique
Contact :

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Antoine Jolivet » 04 septembre 2011, 22:59

Ces deux enfants étaient dissemblables ! Autant qu'on peut l'être... L'un était un vrai génie, qui retenait la moindre leçon sans presque l'apprendre, alors que l'autre... mon Dieu ! L'AUTRE !!!

« Vous comprenez, ce n'est pas qu'elle ne soit pas intelligente ; - avait expliqué à ses parents un professeur désolé – Au contraire , elle serait même plutôt plus intelligente que son frère... Seulement...
Aucune des matières enseignées ici ne semble l’intéresser... c'est cela... ça ne l'INTERESSE PAS ! »

En d'autres mots, la « petite » devait recommencer son année... ce qui lui faisait déjà un retard cumulé de deux ans... là où son frère, le petit génie susmentionné, avait une année d'avance... et ...MAIS OUI ! Catastrophe et Roue Dentée ! Ces deux-là allaient se retrouver DANS LA MÊME CLASSE DE TERMINALE !

Le professeur Horace Van Pelt, le fils de l'illustre enthomo-crypto-zoologiste Abraham, dut s'asseoir en consultant la liste des chères têtes blondes qui composaient la classe dont il se voyait nommé titulaire.

Il pensa un instant se faire muter sur la station martienne, voire plus loin encore, mais la perspective de sa retraite proche le retint de passer à l'acte.

Et c'est ainsi qu'il se trouvait en ce mois de septembre à tenter d'endiguer un chahut grandissant dans la cour de récréation.

A l'origine de ce chahut, il y avait eu une altercation provoquée par Maxime Grognieux, l'un des caïds du Lycée d'Etat de Néopolis.

Max, un grand qui cherchait querelle à tout le monde sous le plus futile prétexte afin d'asseoir son autorité à grand coups de taloches, s'en était pris au petit génie. Il est vrai que celui-ci faisait une proie facile, plus jeune que la plupart des élèves de terminale, il avait aussi la curieuse manie de se vêtir à contre-courant des modes, affectant de porter, assemblés « au gré de l'humeur », des pièces d'habillement provenant du grenier familial (faux-col, gilet piqué, habit à queue-de-pie...) mélangés à des bracelets, ceintures et accessoires divers de bakélite et de celluloïd. Dans son délire, partagé par une très petite minorité de condisciples, tout cela provenait de l'industrie du naphte, sur laquelle reposait une civilisation rétro-futuriste obsédée par la vitesse... Ils avaient baptisé ce mouvement « Oilpunk »... Pour la plupart des autres élèves, c'était surtout du grand n'importe-quoi...

Comme si, un jour, on avait pu abandonner la principale énergie du monde : la vapeur ! C'était d'un ridicule !

Max donc s'était attaqué au « petit ». Déjà un cercle s'était formé, lançant des encouragements ironiques à celui qui, visiblement, n'avait aucune idée de ce qu'était une méthode de combat...

Quand soudain déboula une tornade, un cyclone, un ouragan : balayant tout sur son passage à grands moulinets de cartable, Guillerette venait à la rescousse de son cadet.
Dernière modification par Antoine Jolivet le 05 septembre 2011, 20:02, modifié 1 fois.
"Pour partir à la chasse au Cirage Noir, la nuit, il convient de d'abord se munir d'une lampe-torche"
(Th. B.)
Avatar de l’utilisateur
Clothaire
Messages : 371
Inscription : 06 décembre 2010, 17:01
Localisation : Entre ici et nulle part

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Clothaire » 05 septembre 2011, 12:26

Tant de souvenir de récré me viennent à l'esprit en lisant ces lignes.... *Nostalgie*

Comme d'habitude, vos récits sont excellents....

La suite mon bon monsieur, nous l'attendons...
Avatar de l’utilisateur
Antoine Jolivet
Messages : 2751
Inscription : 05 mars 2011, 00:17
Localisation : Bruxelles - Belgique
Contact :

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Antoine Jolivet » 05 septembre 2011, 20:02

Pour la première fois, était donné à voir un spectacle doublement inédit : celui d'un Grognieux étendu pour le compte, et celui d'une fille, UNE FILLE ! responsable de cette humiliation...

Horace Van Pelt prit son courage à deux mains et fendit l'attroupement, encore sous le coup de la stupeur, et qui comptait en son centre bon nombre d'éclopés.

« Je ne veux rien savoir, ni qui a commencé ni pourquoi... vous viendrez tous les trois en retenue ce jeudi ! Et s'il y a d'autres candidats, qu'ils se fassent connaître ! Sur ce, en rang, filez dans vos classes ! »

Les bornes étaient dépassées, et l'on en était qu'au début septembre... mais qu'est-ce que cette année allait charrier comme cargaison de souffrances ! Finalement, peut-être qu'une réorientation de carrière s'avérait nécessaire ? Le Professeur Van Pelt se demandait s'il acceptaient des sexagénaires (oh, encore bien verts!) dans les équipages partant explorer la Voie Lactée...

Les jours cependant se succédèrent, relativement calmes et plus ou moins studieux.
La routine s'installait, avec son lot de résultats brillants pour certains, cataclysmiques pour d'autres...

« Guillerette, tu devrais tout de même faire un effort... »

« Pour quoi faire ? Tu crois, Tony, que ça m'amuse d'apprendre la théorie de l'expansion des gaz, de la mécanique des débroussailleuses thermocontrôlées et la loi d'inversion des pistons dans une machine de Guiz... truc ? »

« Une machine de Graimelin... C'est pourtant simple, « tout mouvement contraire au vecteur de force donné par la diagonale de l'arche sensori-motrice d'une machine de Graimelin reçoit une poussée compensatoire en sens inverse qui... »

« C'est boooon ! Je sais que toi, tu ne rêves que de devenir ingénieur vaporiste... mais moi, je m'en fiche, comment marche tout ce bataclan, je veux JUSTE le PILOTER ! Je veux être une PIRATE !!! »

Et elle secoua ses boucles brunes en effectuant une danse sauvage qu'elle ponctuait de grands cris féroces en sautant partout.

Son frère ne put s'empêcher d'éclater de rire. Dans le grenier de la maison familiale, ils s'étaient aménagé un coin, mélange d'atelier de transformation d'objets et de vêtements, et de refuge contre la morosité du monde des adultes... Cela tenait aussi de la boutique du brocanteur et du cauchemar d'un archiviste-bibliothécaire.

« Si tu veux sillonner le monde comme une pirate, tu devrais au moins étudier la Géographie alors... »

« Boh... c'est comme l'Histoire : ça change tout le temps... Depuis que le charbon est devenu presque introuvable, on ne compte plus les montagnes effondrées sur d'anciennes galeries de mines, les déplacements de terrils pour en faire des iles en pleine mer, sans compter l'accélération de la dérive des continents et je ne te parle pas de la colonisation de l'Espace... ça me déprime... et puis Monsieur Maps-Mond est ennuyant comme un dimanche de pique-nique sous la pluie ! »


(à suivre...)
"Pour partir à la chasse au Cirage Noir, la nuit, il convient de d'abord se munir d'une lampe-torche"
(Th. B.)
Avatar de l’utilisateur
Clothaire
Messages : 371
Inscription : 06 décembre 2010, 17:01
Localisation : Entre ici et nulle part

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Clothaire » 05 septembre 2011, 20:52

« C'est boooon ! Je sais que toi, tu ne rêves que de devenir ingénieur vaporiste... mais moi, je m'en fiche, comment marche tout ce bataclan, je veux JUSTE le PILOTER ! Je veux être une PIRATE !!! »
Une bien noble vocation. :D Elle a de l'avenir cette petite. ;)

Allez Mr Jolivet, la suite...
Avatar de l’utilisateur
Guillotine
Messages : 2169
Inscription : 10 novembre 2010, 13:24

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Guillotine » 06 septembre 2011, 17:33

Guillerette ?








C'est formidable ! Toujours autant de caractère dans la plume, j'ai hâte de connaitre la suite !

(HS, mais bon : j'ai un MP que je tente de vous faire parvenir depuis perpette, mais ma messagerie déconne toujours méchamment, alors je vous demande encore un peu de patience, mon ami ...)
"Je ne comprendrai jamais rien à la misanthropie. Je refuse l'idée qu'elle puisse se comprendre."
Avatar de l’utilisateur
Gyzmo
Messages : 91
Inscription : 06 juillet 2011, 18:33
Localisation : Yvelines
Contact :

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Gyzmo » 06 septembre 2011, 17:52

J'aime ^^ je veux la suite ^^
Avatar de l’utilisateur
Antoine Jolivet
Messages : 2751
Inscription : 05 mars 2011, 00:17
Localisation : Bruxelles - Belgique
Contact :

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Antoine Jolivet » 06 septembre 2011, 20:05

Tony essaya encore de convaincre son aînée :
« Mais c'est utile tu sais... les cours de Physique, par exemple... Ne me dis pas qu'on s'ennuie... »

« Non, TOI, tu ne t'ennuies pas... tu passes le temps à corriger les fautes du prof ! » Elle resta un instant songeuse « C'est d'ailleurs inquiétant le nombre de bourdes qu'il fait, enfin... nous, on ne s'en serait jamais rendu compte, si toi... »

« D'accord, il est nul ! Ce James Whitemore est une catastrophe enseignante ! Hier encore, il a confondu la formule de la Résistance des Champs de Tesla avec celle de l'Accumulation des Condensateurs d'Edison... Ce qui fait que, lorsque il a prit la racine carrée de cosinus alpha dans le différentiel de... »

Guillerette se retint pour ne pas le mordre. C'était son frère après tout. N'empêche qu'elle en aurait bien goûté un tout petit bout, là tout de suite, pour voir...
« Il ne me revient pas du tout ce Whitemore ! D'abord, il ne vous regarde jamais dans les yeux... je n'aime pas ça du tout ! Et puis cette tête de... de quoi au fait ? Tiens, si je le tenais, là... Pan ! »

Elle agitait de manière comique un vieux colt tout rouillé, surgi d'un des tas d'objets improbables qui garnissaient la pièce.

« Attention, Gui ! C'est le revolver de Grand-mère... tu sais qu'elle n'aimerait pas savoir qu'on joue avec... »

« Mais si ! Je suis sûre au contraire qu'elle serait très fière ! Et plus encore si je savais m'en servir... mais rien à faire... trop rouillé ! Puis j'ai pas de balles... Tant mieux pour Whitemore d'ailleurs ! Décidément, il ne m'inspire pas confiance... je crois que je vais le surveiller un peu ! »

« C'est dangereux... imagine que... qu'il ne soit pas ce qu'il prétend être ??? »

« Oh ! Chouette ! Et nous, on le démasque et on empoche la prime pour sa capture ! Une prime très élevée... et on ne doit plus aller à l'école ! Enfin, moi... »

Tony leva les yeux au ciel. Autant il était rationnel et avisé (« un brin poltron » d'après certains), autant sa sœur était lunatique et téméraire... tout le portrait de leur grand-mère, à ce qu'en disaient leurs parents...

Lui, il avait plutôt hérité du côté scientifique et bricoleur de son grand-père... Celui-là, les enfants ne l'avaient malheureusement pas connu...S'il avait vécu, il aurait aujourd'hui plus de cent ans ! C'est sur le tard qu'il avait eu un fils : leur père...Et ils n'en savaient rien de plus.

Mais retournons à l'école, puisque, après tout, c'est là qu'ils passaient le plus clair de leur temps.

Quelques jours plus tard, il y eut grand branle-bas de combat au Lycée. Un cortège de locomobiles officielles aux vitres teintées manœuvrèrent dans la cour. Il en sortit une douzaine de gardes du corps, tous plus athlétiques les uns que les autres, équipés d'appareils de phonie et de lunettes de vision multiple, et surtout, surtout, d'objets qui déformaient le côté de leur veston, et sur lesquels ils gardaient toujours une main prête à dégainer...

Les garçons rêvaient d'apercevoir les prodiges de technologie armée que cela devait être, et certaines filles aussi, dont la plus intriguée était certainement Guillerette.
"Pour partir à la chasse au Cirage Noir, la nuit, il convient de d'abord se munir d'une lampe-torche"
(Th. B.)
Avatar de l’utilisateur
Guillotine
Messages : 2169
Inscription : 10 novembre 2010, 13:24

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Guillotine » 06 septembre 2011, 20:22

J'arrête pas de faire "Hiiiiiiiiii" depuis quelques heures, j'imagine que c'est réussi, donc :D

Guillotine applaudit.
"Je ne comprendrai jamais rien à la misanthropie. Je refuse l'idée qu'elle puisse se comprendre."
Avatar de l’utilisateur
Antoine Jolivet
Messages : 2751
Inscription : 05 mars 2011, 00:17
Localisation : Bruxelles - Belgique
Contact :

Re: [Inspiratorium] Un Cancre de Génie

Message par Antoine Jolivet » 07 septembre 2011, 14:59

Merci Guillotine... Comme les MP sont toujours en rade (et pourtant, nos technos font tout ce qu'ils peuvent, merci à eux !) envoie-moi un mail (adresse sur la carte du monde vaporiste... à Bruxelles)

Les hommes firent rapidement le tour des installations, inspectant chaque bâtiment, chaque pièce, chaque couloir, avec le coup d’œil du professionnel entraîné.

Cela fait, ils prirent position à des endroits stratégiques, couvrant tout l'espace de la cour.
Une minute après, une autre locomobile, blanche cette fois, et plus luxueuse, fit son entrée.

Le directeur et les membres du corps professoral qui étaient présent s’avancèrent avec un respect teinté de crainte.

La portière fut ouverte par un chauffeur en livrée à quatre rangs de boutons, laissant passage à un frêle petit jeune homme de seize ou dix-sept ans, à l'air immensément triste.

Rapidement, une rumeur se mit à bruire parmi les élèves rassemblés sous le préau : le fils du Président... c'était le fils du Président !

Une histoire tragique : la mère décédée dans un stupide accident de Gyroptère, le père trop pris par sa charge et ses responsabilités de chef d’État, qui fuit la douleur dans le travail... Le fils désorienté, qui se querelle avec tous ses professeurs particuliers...

L'épouse du Ministre de l'Agriculture, qui avait l'oreille du Président, ce qui faisait les choux gras de la presse à potins, avait suggéré de le placer dans une école tout ce qu'il y a de plus normale, où il rencontrerait des adolescents de son âge, apprendrait à connaître le peuple... ferait du sport... et surtout laisserait le champ libre au Palais Présidentiel, où ses éternels éclats de voix finissaient par lasser.

Une délégation de professeurs parmi les plus anciens fut réunie à la hâte, car il faut dire que, bien que le directeur, Monsieur Petiran (surnommé « p'tit tyran »), ait eu récemment un contact privilégié avec le Secrétariat de la Présidence, recommandation expresse lui avait été faite de n'en toucher mot à personne, strictement personne, sous peine de voir sa carrière s'arrêter aussi sec...

« - Regarde, c'est Lionel Blaquesmith, le professeur d'anglais, ce joli-coeur !
- Oui, il soutient Archibald Catz, le prof d'Histoire... Un pistonné celui-là, il a creusé son trou grâce à sa tante archéologue !
- Eh, vous avez vu ? Mademoiselle Willelmine Van Pelt, la fille du titulaire, la nouvelle prof de dessin... elle veut aussi se mettre sur les rangs...
- Eh ! Trop bien ! Otto Schwartzön la remet grave à sa place !
- Oh la vache ! Le prof d'allemand ?
- Oui ! On dirait qu'il veut la mordre !
- C'est pas un tendre lui... »

Les commentaires allaient bon train ! Tenus à distance respectable par les Hercules officiels, les élèves des premiers rangs improvisaient un reportage radiophonique en direct pour ceux qui ne pouvaient rien voir...

Du principal intéressé, on ne parlait guère, tant il est vrai qu'il y avait peu à en dire. Tout le petit groupe de professeurs entourant le jeune fils du Président s'engouffra dans le bâtiment central, gagnant probablement le bureau directorial, qui tenait plus d'une suite d'Hôtel Pullman que de lieu de réflexion pédagogique.

Les titulaires se chargèrent de rassembler leurs élèves et de mener à bien la difficile tâche de les faire rentrer en classe. Impossible bien sûr d'obtenir qu'ils se taisent, les murmures incessants bourdonnant dans les escaliers transformaient le Lycée en une ruche aux milliers d'abeilles !

(à suivre...)
"Pour partir à la chasse au Cirage Noir, la nuit, il convient de d'abord se munir d'une lampe-torche"
(Th. B.)
Répondre

Revenir à « Le Salon de Lecture »