Hauteclaire S.

Où l'on laisse libre cours à sa plume mécanique.
marius nightmare
Messages : 4372
Inscription : 08 septembre 2010, 23:39

Re: Hauteclaire S.

Message par marius nightmare » 21 mars 2011, 13:31

Magnifique, on s'y croirait, bravo, je vais désormais guetter chaque nouvelle parution ^^
Avatar de l’utilisateur
La Licorne Ailée
Messages : 2944
Inscription : 29 août 2009, 06:30
Localisation : Somewhere over the rainbow...

Re: Hauteclaire S.

Message par La Licorne Ailée » 21 mars 2011, 13:55

Are you kidding me ?
Your writing is thrilling !
I'm shaking, and I want more <3
I can't resist the liquid rubies that run into your veins...

Mon travail : http://www.lalicorneailee.com
http://www.wix.com/lalicorneailee/site
Hauteclaire S.
Messages : 1666
Inscription : 02 février 2011, 21:45

Re: Hauteclaire S.

Message par Hauteclaire S. » 21 mars 2011, 17:49

Héhé, merci à vous! ^^
"Il y a une tendance aujourd'hui à mettre des accessoires steampunk partout. Dans une publicité de nourriture pour chiens par exemple... Et hop! Voilà du steampunk. Ce genre de choses annonce le début de la fin." J. Blaylock
Hauteclaire S.
Messages : 1666
Inscription : 02 février 2011, 21:45

Re: Hauteclaire S.

Message par Hauteclaire S. » 21 mars 2011, 17:54

Chapitre VI

Hauteclaire ne sut pas vraiment ce qui se passa par la suite. Elle resta calée contre l'Indien tout le long du trajet, et lorsqu'on la posa par terre, elle eut l'impression d'avoir intégré un monde totalement différent. Ils se trouvaient dans un hall de taille moyenne où étaient entreposées diverses malles, des piles de livres, et des bocaux qui contenaient ce qu'elle identifia comme des plantes séchées; de toute évidence ceux qui vivaient là n'étaient pas arrivés il y a longtemps, ou bien étaient sur le point de repartir. Les odeurs de cuir craquelé et de bois vernis se mélangeaient dans l'air chaud de cette maison qui ne ressemblait pas du tout à celles que Hauteclaire avait vues jusqu'à présent. Le sol n'était pas surélevé comme dans leur pagode, et personne ne lui demanda d'ôter ses socques pour marcher. Mr Shademont se pencha vers elle et lui dit:
"Virgile va te conduire auprès des servantes. Elles vont te donner un bain et des vêtements neufs, puis tu pourras aller te reposer un peu avant notre départ. Nous quitterons Kyôto dans l'après-midi.
-Où allons-nous? demanda l'enfant. Qui êtes-vous, pourquoi devrais-je vous suivre? Ils ont tué mon père, il faut faire quelque chose pour les retrouver, je vous en pr...
-Nous ne pouvons rien faire, trancha-t-il. Il serait encore plus dangereux de rester là. Si ton père n'avait pas été si entêté et s'il était parti comme je lui avais dit de le faire il serait toujours en vie à l'heure qu'il est. Alors reste tranquille et obéis, autrement toi aussi tu risques de mourir."

Sur ces mots il indiqua à l'Indien de l'emmener, mais elle refusa.
"Vous n'avez pas le droit de me traiter de cette façon, qui êtes-vous, qu'avez-vous dit à mon père, j'ai le droit de le savoir!"
Brusquement, Mr Shademont la saisit par le menton et dit en rapprochant son visage très près du sien:
"Tu le sauras en temps voulu. Pour l'instant obéis, et va te préparer. Nous ne devons pas rester ici."
Hauteclaire se figea entre ses mains. C'est seulement alors qu'elle remarqua que Mr Shademont portait des gants, des gants fins en cuir vert sombre. Face à ce visage de chat elle se sentit comme une petite souris, incapable de bouger, et se laissa entrainer sans rien dire par cet Indien taciturne - "Virgile" - qui obéissait au doigt et à l'oeil.

Elle fut lavée, et revêtue d'une petite robe noire qui lui sembla bien peu pratique comparée à son ancien yukata rouge. Elle avait déjà vu ce genre de robe sur des gravures venues d'Europe que son père possédait, mais elle ne comprenait pas comment les jeunes filles pouvaient courir avec ces jupons, ou avec leurs pieds cinglés dans ces espèces de chaussures hautes lacées. Lorsqu'elle fut prête on la conduisit dans une chambre où l'attendaient Mr. Shademont et son Indien. Elle tenta de garder un air grave face à ces hommes, mais dès qu'elle vit son petit masque de renard posé sur un fauteuil elle perdit toute dignité et se jeta dessus pour l'arracher au regard des deux étrangers.
"Qu'allez-vous faire de moi? lança-t-elle, recroquevillée dans le fauteuil comme un petit animal sauvage. Je vous tuerai si vous essayez de me vendre ou d'abuser de moi.
-Il ne s'agit pas de cela, répondit calmement Mr. Shademont. Tu vas rentrer avec nous en Angleterre.
-Et si je refuse?
-Tu n'as pas le choix. Soit tu viens avec nous, soit nous te laissons mourir ici.
-Je me fiche de mourir, je veux juste venger mon père, quel que soit le coupable j'en prendrai un et il paiera pour les autres!
-Nous allons avoir bien du mal à vous faire intégrer la société de notre beau pays, petite demoiselle."

L'Indien venait de dire cela d'une voix narquoise. Ses yeux gris étincelaient d'un éclat moqueur, et il toisait Hauteclaire d'un regard qui laissait comprendre qu'il n'était pas dupe de ses gamineries. L'enfant déglutit avec difficulté en s'efforçant de garder son air sauvage, et demanda une fois encore:
"Qui êtes-vous?
-Mon nom est Dante Shademont, je suis un ancien ami de ton père; nous avons travaillé ensemble lorsqu'il habitait encore à Londres. Et voici Virgile, mon médecin et garde du corps, ajouta-t-il en désignant l'Indien.
-Vous êtes maîtres d'armes vous aussi?
-Pas exactement... disons que nous avons travaillé au sein de la même... société. Mais trêve de bavardages, nous auront le temps de reparler de ça. Pour l'instant repose-toi, nous viendrons te chercher au moment du départ.
-Je n'ai pas envie de me reposer, j'ai envie de savoir"

Virgile, à cet instant, s'approcha en sortant une jolie petite boite laquée de sa poche. En l'ouvrant, Hauteclaire vit qu'elle contenait de jolis petits bonbons qui luisaient doucement à l'intérieur.
"En voulez-vous? lui demanda-t-il en souriant. On ne peut pas discuter le ventre vide"
Hauteclaire le dévisagea, puis se saisit rapidement d'une poignée de bonbons qu'elle fourra tout aussi rapidement dans sa bouche, sans quitter l'Indien des yeux; des fois qu'il profiterait d'un moment d'inattention pour lui jouer un sale tour...

Peu après les avoir avalés, elle se sentit tout à coup extrêmement faible; son corps ne lui répondait plus, et sa vue commença à se troubler, tandis qu'au loin elle crut entendre la voix de son père lui disant "N'accepte jamais de friandises de la part d'un inconnu..."
Dernière modification par Hauteclaire S. le 22 mars 2011, 14:24, modifié 2 fois.
"Il y a une tendance aujourd'hui à mettre des accessoires steampunk partout. Dans une publicité de nourriture pour chiens par exemple... Et hop! Voilà du steampunk. Ce genre de choses annonce le début de la fin." J. Blaylock
marius nightmare
Messages : 4372
Inscription : 08 septembre 2010, 23:39

Re: Hauteclaire S.

Message par marius nightmare » 21 mars 2011, 18:08

Excellent le coup des bonbons :)
Hauteclaire S.
Messages : 1666
Inscription : 02 février 2011, 21:45

Re: Hauteclaire S.

Message par Hauteclaire S. » 22 mars 2011, 14:21

Chapitre VII

Hauteclaire ouvrit un oeil glauque. Elle avait l'impression d'être un mochi qu'on venait de pétrir et de tordre dans tous les sens avant de le balancer au fond d'une casserole d'eau. D'ailleurs elle avait plus ou moins rêvé qu'elle en était un, mais pour une raison qu'elle ne s'expliquait pas, elle se trouvait alors en train de planer dans les nuages en compagnie de petits lapins blancs armés de maillets. Au loin, une grosse lune souriante lui disait dans un japonais qui sonnait bizarrement comme de l'anglais: "Hauteclaire, pourquoi les renards ne peuvent-ils pas peigner leur cheveux?". Et elle s'était dit, tout naturellement: "Parce que les geisha ont besoin de leur peigne pour éclairer leur chambre".

Une légère secousse lui parvenait, et à mesure que sa vue s'éclaircissait elle perçut un paysage crépusculaire qui défilait au loin. Sa tête reposait sur un support chaud et ferme, un coussin vert brodé de fils d'argent...

Elle se redressa d'un coup. Elle se trouvait dans un jinrikisha (1), appuyée contre cet Indien, Virgile – décidément ce nom ne lui allait pas du tout – avec Mr. Shademont assis à sa gauche. Diantre, ça non plus ce n'était pas un rêve.
"Vous! s'écria-t-elle.
-Bien dormi, petite demoiselle? lui demanda l'Indien avec son éternel sourire.
-Qu'avez-vous fait?!
-Nous avons préparé notre départ tandis que vous vous reposiez, répondit calmement Mr. Shademont, le regard fixe et les mains croisées sur les genoux.
-Je pars!" fit-elle en escaladant l'Indien et en se préparant à se jeter hors du jinrikisha en marche.

A ce moment-là Virgile la rattrapa sans ciller par le noeud de sa robe, et la rassit entre eux deux. Hauteclaire, rouge de honte et de fureur, marmonna:
"Je vous déteste."
Et, en refermant ses petits poings sur le tissu noir:
"Et je déteste cette robe!"

Elle resta cinq minutes sans rien dire - le temps de faire baisser la vapeur - et reprit:
"Il y avait quoi dans vos bonbons?!
-Ce ne sont pas des bonbons, répondit Mr. Shademont. Ce sont des pilules d'opium, on en donne aux enfants pour calmer toutes sortes de crises, insomnies, toux, nervosité, et le cas échéant hystérie.
-J'aurais pu mourir!
-Il ne fallait pas en prendre autant.
-Comment j'aurais pu...
-Ah, nous sommes arrivés!" interrompit joyeusement Virgile.

Un petit village s'étendait dans une vallée en contrebas. Le jinrikisha les déposa devant une auberge traditionnelle qui propageait une lumière douce et chaude dans la nuit. Dans un endroit aussi reculé, avec des vêtements pareils, Hauteclaire craignit un instant qu'on les brulât comme des sorciers, quoique les Japonais n'eussent pas le même rapport à la sorcellerie que les Européens. Elle ignorait que cela allait bientôt faire 15 ans que le Japon était habitué à recevoir des flots d'étrangers venus des quatre coins du monde. Aussi, quoique légèrement surprise, la patronne de l'auberge ne sortit pas non plus des charmes de purification lorsque ces trois individus se présentèrent chez elle. Elle leur ouvrit le passage vers l'intérieur, et tous trois disparurent dans l'auberge tandis que le jin s'éloignait dans l'obscurité.

(1) moyen de transport introduit en 1869 au Japon, voiture à deux roues tirée par un ou deux hommes, et employée pour des trajets courts ou longs.
"Il y a une tendance aujourd'hui à mettre des accessoires steampunk partout. Dans une publicité de nourriture pour chiens par exemple... Et hop! Voilà du steampunk. Ce genre de choses annonce le début de la fin." J. Blaylock
Hauteclaire S.
Messages : 1666
Inscription : 02 février 2011, 21:45

Re: Hauteclaire S.

Message par Hauteclaire S. » 22 mars 2011, 17:05

Chapitre VIII

La patronne les conduisit dans leur chambre, en faisant venir un paravent pour séparer un espace destiné à Hauteclaire. Virgile, qui parlait un japonais parfaitement fluide, fit servir un repas composé d'un bouillon de soja, d'algues en sauce, de prunes confites, et de sole à la vapeur exhalant un délicieux parfum d'herbes aromatiques. Le tout bien sûr accompagné de l'inévitable bol de riz. Ces plats étaient servis sur des plateaux de laque rouge, dans de jolies tasses à couvercle peintes. Hauteclaire ne savait pas où porter son regard tant tout était joli et harmonieux autour d'elle. Cette lumière dorée caressant le bois chaud, les petites nattes de paille entourant la table basse où était disposé le repas, et au fond, les panneaux de la chambre s'ouvrant sur un jardin vespéral, avec ses coussins de mousse d'où émergeaient ici et là des lanternes de pierre... L'obscurité était ici et là pailleté par le vol hasardeux des lucioles qui se croisaient comme de petits flocons d'or. Elle pouvait entendre les criquets dont le chant nocturne répondait aux légers croassements des grenouilles au bord de l'étang.

"Alors...? se risqua-t-elle lorsqu'ils furent installés. Est-ce que je peux savoir ce que vous comptez faire de moi?
-Demain, répondit Mr. Shademont, nous poursuivrons notre route jusqu'à Nagasaki où nous prendrons le bateau vers Londres.
-Je suppose qu'il est inutile de vous dire que je ne quitterai pas ce pays tant que je n'aurai pas retrouvé et tué les assassins de mon père.
-Inutile, oui. Car tu ne pourras ni les retrouver, et encore moins les tuer.
-Et pourquoi je ne le pourrais pas? J'en suis parfaitement capable.
-Non, tu ne peux pas. Car les hommes que tu recherches sont déjà morts."

Hauteclaire le regarda fixement.

"Qu'est-ce que c'est censé vouloir dire?
-Rien de plus que ce que cela veut dire. Ces hommes-là sont déjà morts, bien avant même que ton père n'ait été assassiné. Ce sont des ombres que tu ne peux ni retrouver, ni tuer à nouveau.
-A ce stade de la conversation je suis en droit de vous accuser de vous moquer de moi en me racontant des histoires à dormir debout.
-Tu auras bientôt la preuve de ce que je t'ai dit. Mais pour cela il faut nous suivre à Londres.
-Et qu'est-ce que j'y trouverai de particulier?
-Rien de plus que celui qui contrôle ces ombres. Autrement dit, rien de plus que celui qui a fait exécuter ton père."

Hauteclaire fronça des sourcils, mais se tut un instant. Elle finit par dire:
"Je déteste le tour que ça prend.
-Tu détestes tout Hauteclaire.
-Pourquoi me ramener auprès de l'assassin de mon père? Vous voulez me livrer à lui pour qu'il finisse le travail, c'est cela?
-Nous n'avons pas besoin de t'amener jusqu'à lui pour qu'il le fasse, c'est même un miracle que tu en aies réchappé. C'est précisément en te mettant à son service que tu as des chances du survivre.
-Comment pouvez-vous croire que je vais me plier à de telles insanités?
-Parce que c'est seulement comme ça que tu pourras venger ton père. C'est bien ce que tu désires, non?"

Hauteclaire ne trouva rien à répondre. La voyant silencieuse, Mr. Shademont poursuivit:
"Il va se faire tard, et nous avons une longue route à parcourir jusqu'à Nagasaki. Finis ton repas et va dormir, nous poursuivrons cette conversation ultérieurement."

Elle le regarda sans rien dire, grappilla encore quelques algues et un peu de riz, et s'empara d'une tasse de thé léger qui reposait à côté de Virgile. Pas question qu'elle les laisse l'emmener. Cette nuit, quand tout le monde dormira, elle s'enfuira d'ici.

Elle se leva, s'avança vers la partie réservée de la chambre, et se prépara à se mettre au lit. Mais pourquoi se sentait-elle si lourde tout à coup, et pourquoi ce thé était-il si amer......
"Il y a une tendance aujourd'hui à mettre des accessoires steampunk partout. Dans une publicité de nourriture pour chiens par exemple... Et hop! Voilà du steampunk. Ce genre de choses annonce le début de la fin." J. Blaylock
marius nightmare
Messages : 4372
Inscription : 08 septembre 2010, 23:39

Re: Hauteclaire S.

Message par marius nightmare » 22 mars 2011, 17:57

Décidément la pauvre enfant ^^ encore droguée c'est pas de bol :lol:
Hauteclaire S.
Messages : 1666
Inscription : 02 février 2011, 21:45

Re: Hauteclaire S.

Message par Hauteclaire S. » 24 mars 2011, 17:51

Chapitre IX

"Je vous déteste..." baragouina-t-elle lorsqu'elle émergea enfin de son sommeil, à bord du jinrikisha.

Le soleil était levé depuis longtemps, et le paysage japonais défilait dans une longue succession de rizières surplombées à l'horizon de montagnes couronnées de nuages.

"Nous ne pouvions pas vous laisser l'opportunité de vous enfuir petite demoiselle.
-Je ne me ferai pas avoir la prochaine fois.
-Nous n'en doutons pas une seconde."

Hauteclaire se laissa tomber contre la banquette d'un air boudeur et regarda le paysage défiler au loin. Elle n'oublierait jamais à quel point tout était magnifiquement coloré ce jour là. L'air chaud se mêlait au vent du voyage, empli des lourdes senteurs de fleurs qui bordaient la route. Elle songea qu'avant ce jour elle n'avait jamais quitté Kyôto, qu'elle n'avait jamais vu ce Japon où elle avait grandi, calfeutrée dans le calme de sa pagode. Elle eut un étrange pincement au coeur en regardant les voiles de nacre qui avaient drapé l'horizon, le sommet des montagnes qui découpaient l'azur, et les forêts d'émeraude bordant les vastes étendues des rizières. Immergées jusqu'aux mollets, des femmes procédaient à la récolte, le bas de leur habit rentré dans leur ceinture. Un vrai paysage d'estampe, songea Hauteclaire, mais avec la vie en plus. Tout le Japon rêvé par l'Europe était là, loin de la saleté et des conflits, déployé dans une harmonie douce quel que soit l'endroit où se posât le regard. Est-ce que cela allait lui manquer? Oui et non, difficile de le dire. Il y avait bien des choses auxquelles penser...

Elle lorgna du coin de l'oeil Mr. Shademont assis à sa gauche, ses mains gantées croisées contre lui. Lui avait l'air triste pour le coup; était-ce le départ qui le rendait si mélancolique? Non, impossible, cet homme faisait perpétuellement la tête de toute façon, rien de mélancolique là-dedans; ça devait être une sorte de Monsieur Ténèbres un peu frigide qui aimait bien se donner des airs. Rien à voir avec Virgile qui lui affichait toujours un sourire égal, au point que c'en était légèrement inquiétant. Qu'il s'agisse de l'un ou l'autre, elle ne devait pas oublier que ces deux hommes l'avaient embarquée comme ça, avec des informations qu'ils distribuaient au compte-goutte, entre deux somnifères. Bonjour l'angoisse, se serait-elle dit si elle était née une petite centaine d'années plus tard.

Ils mirent encore trois jours et deux nuits à rejoindre Nagasaki, des nuits très longues pour Hauteclaire qui, en dépit de ses menaces, tomba à chaque fois dans le piège du somnifère. Il fallait cependant être un esprit malade pour aller jusqu'à mêler une poudre soporifique au pollen d'une fleur, et offrir cette dernière avec un faux air de gentleman. Plus question d'accepter de fleurs à l'avenir, ça non.
"Il y a une tendance aujourd'hui à mettre des accessoires steampunk partout. Dans une publicité de nourriture pour chiens par exemple... Et hop! Voilà du steampunk. Ce genre de choses annonce le début de la fin." J. Blaylock
Avatar de l’utilisateur
Hycarius
Messages : 6955
Inscription : 19 décembre 2009, 19:03
Localisation : Ici et là...
Contact :

Re: Hauteclaire S.

Message par Hycarius » 24 mars 2011, 18:15

T'écris trop vite et je passe trop de temps au boulot, j'arrive plus à suivre XD donc demain, Impression ! ^^
Répondre

Revenir à « Le Salon de Lecture »