Le problème n'a pas encore été résolu et divers événements ont retardé sa résolution (déménagement, service client un peu particulier...)

Prenez soin de vous en ces temps un peu particuliers :)

Khin (17/03/2020)


Hello ! Le forum ne peut plus envoyer de mails depuis quelques jours. Ceci signifie que, par exemple, la récupération de mot de passe ne fonctionne plus.

Nous sommes sur le coup et réglons le problème dès que possible (les fêtes, tout ça) !

Khin (29/12/2019)

[Synopsis] Le monde de demain.

Où l'on laisse libre cours à sa plume mécanique.
marius nightmare
Messages : 4372
Inscription : 08 septembre 2010, 23:39

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par marius nightmare » 09 février 2011, 20:16

C'est un passage magnifique, émouvant, me fait beaucoup penser à équilibrium dans un autre registre :)
Avatar de l’utilisateur
Von Gainsbarre
Messages : 549
Inscription : 29 décembre 2009, 20:18

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Von Gainsbarre » 10 février 2011, 13:18

12 LE PIEGE.



Le train du commandant William remontait la VEZERE depuis deux jours et n'avait toujours pas eut de renseignements complémentaires sur la présences de vie tribales. Ce matin, comme tous les matins, deux mini-zeppelins de reconnaissance s'étaient envolés pour continuer leur mission de cartographie et de repérage. Il donna l'ordre à deux groupe d'éclaireurs de revêtir leur armure à vapeur, de faire le plein de CARBONIUM et d'emporter l'armement léger afin de partir en repérage au sol, car malgré le champs de vision des mini-zeppelins ils ne peuvent avoir une vision très précise de ce qu'il peut y avoir à terre ou caché par la foret. Une fois les deux groupes prêt, ils mirent en route leurs turbines à haute pression et décolèrent chacun dans leur direction.
William transmettait chaque jour par télégraphe le rapport de la veille, et corrigeait les cartes dont les zones géographique avaient changés.
Le premier groupe d'armure s'était posé dans une clairière et ce mis en position de protection le temps d'identifier la zone et ses risques. Puis, après avoir informé l'agent de communication du train avec le télégraphe portable de leur arriver sur zone, ils se mirent en marche. L'armure à vapeur n'est pas forcement ce qu'il y a de plus pratique pour se déplacer dans un foret, mais elle offrait une sécurité maximal et son occupant n'avait aucun effort à produire pour là faire se déplacer. Mais son plus grand point faible dans un milieu naturel est le bruit qu'elle fait quant elle est en mouvement, qui effrayait bien sure les animaux, mais ne manquait pas d'attirer l'attention des autres habitants de la foret. Ce qui fut le cas, le groupe était observé mais n'avait rien remarqué. Ils arrivèrent par un sentier, dans une zone de plus en plus rocheuse et se retrouvèrent à passer entre deux falaises. Par mesure de précaution un des homme mit en route ses turbines et décolla voir si il n'y avait pas un éventuel danger présent au sommet des falaises. Après avoir fait son inspection, ou il ne vit rien d'inquiétant, il se reposa parmi les siens et fit son rapport au chef du groupe, puis celui-ci repris sa route tout en restant vigilant. Le bruit de leur marche résonnait entre les deux parois, ce qui couvrait toute communication et les empêchaient d'entendre d'autres bruit. Un léger éboulis de pierre apparu, le groupe leva la tête et sans même avoir pu faire un seul mouvement, le dernier de la colonne fut pris sous un énorme rocher. Malgré l'acier de son armure, il décéda écrasé. Prit de panique, le reste du commando décolla et arrivé au dessus des falaises, il se mit à tirer dans toutes les directions, sur tout le périmètre. William fut informé dans l'urgence de l'incident, et donna l'ordre de rentrer immédiatement au train.
William rappela tout ceux qui étaient de sorti et donna l'ordre à chaque membre d'équipage de se mettre à leur poste de combat. A leur retour tous se rendirent dans le salon de réunion ou se trouvait William qui attendait plus de renseignement sur les faits et la situation. Celle-ci terminée tous conclurent avoir été victime d'une embuscade, et on mis les le niveau d'alerte à son maximum. Ils stoppèrent le train dans une zone herbeuse enclavée entre les deux falaises au bord de la rivière, pour la nuit et les tours de garde furent mit en place. Alors que tous le monde dormait. Les hommes en poste entendirent un grondement qui semblait se rapprocher. L'alerte fut donnée et tous prirent leur poste de combat immédiatement. Dans l'obscurité de la nuit, il était difficile de voir ce que pouvait bien être ce bruit inquiétant et alors que celui-ci semblait être tout proche, sans avoir le temps de réagir, un homme dans son poste de garde cria  « une vague » et le train fut emporté par un mur d'eau de plusieurs mètres de haut.
Je ne bois pas de bière si ya pas de WC.
Münsingen
Messages : 3919
Inscription : 24 août 2009, 13:41

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Münsingen » 10 février 2011, 20:47

C'est toujours sympa à lire mais, si tu me permets ce conseil, peut-être pourrais-tu aérer un peu le texte en sautant des lignes entre les paragraphes les plus importants : ça rendrait ton récit moins dense ;)
Avatar de l’utilisateur
Von Gainsbarre
Messages : 549
Inscription : 29 décembre 2009, 20:18

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Von Gainsbarre » 11 février 2011, 19:44

13 LA DESINFORMATION.



Les échanges de messages par les courants marins devinrent plus fréquents. ARTHUR 427 trouvait régulièrement un colis flottant dans lequel il y avait à chaque fois un livre et une lettres, il y répondait à chaque fois.
Il se savait détenteur d'un secret qui pouvait mettre à mal le pouvoir de la ville si il décidait de le diffuser.
Il lisait chaque livre qu'il recevait, il savait qu'il risquait sa vie si il était découvert en possession de ses ouvrages, alors à chaque fois qu'un livre était terminé, il le brulait dans le foyer du poêle de sa cuisine. Il avait appris des mots comme droits civiques, émancipation, compassion,insoumission et il était bien décidé à informer ses concitoyens.
Il se mit en tête d'éditer des tracts. Pour cela il lui fallait du papier, il le trouva facilement en conservant les exemplaires du journal politique sur lesquels il pourrait écrire ce qu'il veut, ensuite il lui fallait de quoi écrire ses messages, il prit les bouchons en liège qui fermaient toutes les bouteilles, fioles et autre contenant qui se trouvaient dans son appartement, et d'en chacun d'eux, à l'aide d'un couteau, il grava une lettre de l'alphabet, et pour l'encre il choisi de la cendre de son poêle diluée dans l'eau.
A partir de là, il avait tout ce qui lui fallait pour commencer à écrire ses tracts qu'il affichera sur les murs en acier de la ville la nuit quant tous le monde dors, dans lesquels il dénoncera la politique du conseil, et dans lesquels il ferait renaitre des mots effacés de la mémoire des hommes.
Il mit les ses premiers tracts autour de la gare central du réseau de trains suspendus, il savait qu'a cette endroit il pourrai informer un maximum de monde.
Il y avait écrit le mot liberté accompagné de sa définition . L'effet fut immédiat, le lendemain matin dans le train qui l'emmenait à son travail, il entendait les gens parler des tracts qu'il avait affiché la veille, et de ce qu'il y avait d'écrit.
Je ne bois pas de bière si ya pas de WC.
Avatar de l’utilisateur
Von Gainsbarre
Messages : 549
Inscription : 29 décembre 2009, 20:18

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Von Gainsbarre » 15 février 2011, 17:42

14 LA CAPTIVITE



William se réveilla. Il était attaché, au sol, dans un cachot. Il ne savait pas du tout de quelle manière il était arrivé ici. Dans son dernier souvenir, il était dans ses quartiers et se souvient d'avoir été projeté violemment contre la paroi en acier de son train, mais après, plus rien. Après avoir reprit en partie ses esprits il fut prit de panique. Il était là, nue, sans sa combinaison de sortie qui lui permettait d'évoluer à l'extérieur sans risquer d'être contaminé par le virus. Il savait qu'à présent il était infecté et qu'il n'avait plus beaucoup de temps à vivre. La serrure du cachot se fit entendre, la porte s'ouvrit et trois hommes en armes apparurent .La première chose qui le frappa et de voir que ces hommes n'avaient pas de combinaisons ou de système pour respirer cet air intoxiqué. Ils détachèrent William et sans un mot l'emmenèrent hors du cachot. Après avoir emprunté un couloir taillé dans la roche, il arrivèrent dans une vaste grotte dont William n'en voyait pas la fin et dans laquelle se trouvait une ville. Il y avait là sous terre une mégapole cachée, les maisons construites sur les flancs de la cavité les unes sur les autres, il devait y avoir des dizaines de milliers d'habitants au moins. William fut stupéfait devant un tel spectacle.
Après avoir passé une passerelle qui leurs permit de passer au dessus de la rivière souterraine, ils arrivèrent devant l'entrée d'une galerie ou se trouvait des hommes de garde. Ils passèrent les
cerbères et pour se retrouver dans une salle face à des hommes qui semblaient être les personnes importantes de cette ville. Celui se trouvant au centre de l'assemblé prit la parole en s'adressant à William. Il se présenta comme était le chef de cette tribut de Cavernos et que c'était eux qui avaient fait tomber cette pierre sur un des membres du groupe en repérage et que c'était également eux qui avaient créer cette vague dans la vallée de la VEZERE, grâce à un barrage en rondins construit en amont de la rivière, pour se défendre de toutes intrusions ou attaques d'ennemis et que les hommes de William étaient tous prisonniers ici dans leurs cachots. Puis il demanda à William qui il était et ce qu'il était venu faire ici. William répondit par son nom et son grade, il expliqua qu'il était ici en repérage, dans le but de débusquer des villages indigènes , que si il ne donnait pas de nouvelles chaque jours, sa disparition serai signalé et que d'autres équipe de recherche viendraient pour le retrouver. Il reprit en exprimant le faite que de toute façon plus rien n'avait d'importance pour lui vue qu'il était maintenant infecté par le virus. Les membres du conseil le regardèrent avec étonnement lui demandant de quel virus il pouvait bien parler car eux n'avaient eut aucun problème avec un quelconque virus et le dernier dont ils ont eut connaissance c'était déjà il y a bien longtemps ou presque toute l'espèce humaine avait périt. On le ramena dans son cachot, mais avant cela on lui remit un livre , un dictionnaire, en lui précisant qu'il serai surement bon pour lui qu'il le lise.
Je ne bois pas de bière si ya pas de WC.
Avatar de l’utilisateur
Von Gainsbarre
Messages : 549
Inscription : 29 décembre 2009, 20:18

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Von Gainsbarre » 18 février 2011, 20:46

15 LE CONSEIL.


Les autorités de la ville organisèrent un conseil de sécurité en urgence pour débattre sur les différents problèmes apparus récemment. Les sages du conseil supérieur, les ministres, les généraux ainsi que tous les responsables des différents bureaux étaient présents.
Les discutions de ce conseil commencèrent sur les tracts affichés sur les murs. Le bureau d'enquête et d'investigation, qui avait mit toutes ses équipe sur les recherches, avait peu de renseignement à fournir, il connaissaient l'origine du papier, de l'encre, mais ignoraient encore de quelle manière était écrite les lettres et qui était le ou les auteurs de ses tracts. Il fut décidé que la police politique devait renforcer ses contrôles journalier et que les rondes de nuit seraient renforcées. Les équipes d'écoute téléphonique seraient augmentées ainsi que celles qui mènent l'espionnage par périscopes articulés dans les canalisations d'eau usées. Ce système, très efficace permet en se déplacent dans les canalisations d'eaux usées, ressort chez les habitants et permet grâce à jeu de miroir de voir ce qu'il s'y passe. Les sages du conseil étaient bien décidés à mettre tous les moyens nécessaires pour arriver à trouver les coupables car il avaient peur que ses messages ait un impacte sur la pensées des habitants. Ce que redoutaient le plus, les autorités en place, c'est qu'un jour ses tracts informes la population qu'elle n'a plus rien à craindre du virus et quelle ai envie de quitter la ville, car vivant en autarcie depuis déjà plusieurs siècles, la reproduction de la population c'est faite dans un cercle fermé, ce qui à fait apparaître au fil des ans des difformités et des handicapes chez les nouveaux nés du à la consanguinité entre les parents, il a donc été mit en place un programme d'enlèvement des individus des tributs vivant à l'extérieur, mais eux étant les descendants des survivants de la pandémie, qui doivent leur salut grâce à leur immunité, n'ont rien à craindre du virus et comme ils ont fait se reproduire les habitants de la ville avec ceux des tributs, la population entière de la ville est devenu à son tour immunisée. Il était donc impératif pour le pouvoir en place de débusquer les auteurs des tracts.
Avant que la séance soit terminée, le général des armées prit la parole et signala la disparition d'un groupe d'éclaireur et de leur train, celui de William. Cela était déjà arrivé dans le passé, mais par mesure de précaution il fut décidé d'envoyer dans la zone supposée de la disparition une forteresse volante, afin quelle puisse faire des recherches.
Je ne bois pas de bière si ya pas de WC.
marius nightmare
Messages : 4372
Inscription : 08 septembre 2010, 23:39

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par marius nightmare » 19 février 2011, 01:22

Excellent le coup de l'espionnage par les canalisations, j'y avais pas encore songé ^^
Avatar de l’utilisateur
Von Gainsbarre
Messages : 549
Inscription : 29 décembre 2009, 20:18

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Von Gainsbarre » 20 février 2011, 18:13

16 LE CACHOT.



Cela faisait maintenant dix jours que William était prisonnier. Il était dans son cachot, seul, sans sa combinaison de sortie et il avait respiré cet air malade depuis le début. Pourtant il n'avait aucun signe de contamination, il n'était pas malade et se sentait en pleine forme. Il ne comprenait pas la raison à cela.
Il était bien traité, lui dont la mission était de trouver des village ou des villes semblable à celle dans laquelle il était, pour ensuite les signaler et que l'on y envoie un commando plus sanglant que le sien, il ne manquait de rien, il ne manquait d'aucune humanité sauf qu'il était enfermé. Il commençait à se poser des questions sur ce peuple. Ils semblaient paisibles heureux, pacifistes, organisés et civilisé. Il avait vue des familles et des enfants jouer, il avait vue un monde qu'il ne connaissait pas car on lui avait menti sur celui-ci depuis le début.
Il avait commencer à lire ce livre qui s'appelait dictionnaire. Lui aussi y avait lu des mots qu'il ne connaissait pas, mais qui semblaient si vitale tellement leurs définitions parlaient à son coeur et son âme.
Il voyait, plusieurs fois par jour, passer devant la grille de son cachot une famille de chat dont la mère était blanche et les petits étaient blancs et tigrés marron. Il se dit que le blanc des petits devait surement venir de la mère, et le tigré marron surement du père. Il en déduit que les parents transmettent chacun une partie d'eux même à leurs petits. Il se dit que chacun de ses parents avaient du, eux aussi, lui donner une partie d'eux même.
Il trouvais le temps long, lui l'homme d'action n'était pas habitué à rester dans l'attente alors il lisait.
Je ne bois pas de bière si ya pas de WC.
Münsingen
Messages : 3919
Inscription : 24 août 2009, 13:41

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Münsingen » 21 février 2011, 12:14

Bigre, comment va-t-il s'en sortir... ? :?
Avatar de l’utilisateur
Von Gainsbarre
Messages : 549
Inscription : 29 décembre 2009, 20:18

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Von Gainsbarre » 23 février 2011, 10:57

17 LA FUGITIVE.



Arthur se doutait d'être recherché depuis qu'il avait vue l'augmentation des contrôles de police à chaque lieu de grand passage, dans chaque gare, les fouilles inopportunes dans la rue, les patrouilles de nuit et les inspections chez les habitants. Il savait qu'il avait après lui tous les services de police et de renseignement de la ville et pourtant cela n'enlevait rien à sa motivation il était devenu juste plus prudent. Chez lui il ne laissait rien trainés tout était bien rangé, les bouchons en liège était bien cachés dans les pieds de la table de forme tubulaires et creux, quant il décidait d'écrire des tracts il le faisait avec le journal du jour et n'en gardait jamais des vieux chez lui. Il fait en sorte de toujours rester très propre sur lui pour ne pas attirer l'attention et faisait preuve d'une ponctualité irréprochable, il essayait de se noyer dans la masse du mieux possible, être un citoyen ordinaire.
Il voyait tous les jours Elizéa par la fenêtre de sa cuisine, elle lui plaisait beaucoup et il rêvait de pouvoir un jour l'épouser bien qu'il savait que cela était impossible. Il se disait qu'a cause de ses activités clandestines il se devait de mettre encore plus de distance avec Elizéa, pour être sure de ne lui faire courir aucun risque. Un soir, elle frappa à la porte d'Arthur. Il regarda par le judas craignant une inspection de contrôle et après avoir reconnu l'auteur des coups, il ouvrit. Elle entra sans un mot et à peine avoir fermé la porte, il lui dit doucement de ne pas parler fort. Elle s'excusa de venir comme ça à l'improviste, mais elle à reçu ce jour un courrier qu'elle ne désirait pas recevoir. Sa convocation d'union du bureau d'accouplement. On lui avait trouvé un partenaire mais elle ne voulait pas de lui, elle avoua à Arthur que c'est à lui qu'elle pensait, c'est avec lui qu'elle voudrai être. Elle ne voulait pas se rendre à la convocation qui était trois jours après, elle savait aussi que si elle ne s'y présentait pas, on viendrai la chercher chez elle de force, elle serait emprisonnée et enfanterait en prison. Alors elle demanda si elle ne pourrai pas rester chez Arthur et se cacher chez lui, ce qu'il refusa, car il ne voulait pas qu'elle soit en danger à cause de ses activités clandestines. Il était triste de savoir qu'ils ne pourront jamais être ensemble, triste de savoir que dans trois jours il ne là verrai plus. Il éprouvait de plus en plus de haine envers cette ville et sa politique. Elle lui volait sa liberté, son temps libre, son amour, sa vie. Il se disait qu'il préfèrerait vivre un jour libre que cent jours en prison, mourir debout que de vivre à genoux. Le lendemain il alla frapper à la porte de Elizéa, il lui dit de venir chez lui pour se cacher si elle le voulait encore,. Elle accepta, elle vint chez lui et y resta cachée sans sortir pour ne pas risquer de se faire prendre dans un contrôle de police. Elle l'attendait le jour pendant qu'il allait travailler et ils se retrouvaient le soir pour être enfin ensemble.
Je ne bois pas de bière si ya pas de WC.
Répondre

Revenir à « Le Salon de Lecture »