Le problème n'a pas encore été résolu et divers événements ont retardé sa résolution (déménagement, service client un peu particulier...)

Prenez soin de vous en ces temps un peu particuliers :)

Khin (17/03/2020)


Hello ! Le forum ne peut plus envoyer de mails depuis quelques jours. Ceci signifie que, par exemple, la récupération de mot de passe ne fonctionne plus.

Nous sommes sur le coup et réglons le problème dès que possible (les fêtes, tout ça) !

Khin (29/12/2019)

[Synopsis] Le monde de demain.

Où l'on laisse libre cours à sa plume mécanique.
Avatar de l’utilisateur
Von Gainsbarre
Messages : 549
Inscription : 29 décembre 2009, 20:18

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Von Gainsbarre » 05 février 2011, 11:29

7 LA PANDEMIE.


Au début de l'année 1910 le rêve de société idéal de SIR STONEBOURG fonctionnait parfaitement dans sa ville. Ses chercheurs qui avaient mit au point le virus et en produisaient de grandes quantités. Celui-ci était né du mariage entre une bactérie très infectieuse et une souche du virus de la grippe très violente et contaminante, ce nouveau virus était en quelque sorte une bactérie qui avait la grippe. Il était capable de se déplacer dans l'air, dans l'eau douce et d'être transporté par les animaux à sang chaud sans les infecter. Il avait une capacité à se reproduire et à se déplacer qui était exceptionnelle et il n'affectait que l'homme qui une fois contaminé et après une période d'incubation de 3 jours mourait en moins de 48 heures.
SIR STONEBOURG rappela à lui tous les groupes de recherche en zeppelin qu'il avait envoyé à travers le monde rechercher des indices sur les assassins de sa famille. La flottille de 30 vaisseaux arriva à la fin du mois de janvier 1910. Il ordonna que l'on embarque à leurs bords de grandes quantités de souches du virus, qui était enfermé dans des fioles en verre, sans préciser la nature du chargement aux équipages et en précisant aux commandants qu'il ne fallait pas y toucher sans en avoir reçu l'ordre. Ils reçurent tous un nouveau plan de vol bien précis qui lés mènerait vers leur nouvelle mission. Les chargements terminés, les ravitaillements fini et une fois les équipages reposés, tous repartirent vers leur destination.
Il demanda que l'on fasse de grandes réserves de vivres et de matières premières et d'en remplir tous les espaces disponibles. Il prit soin d'effectuer un forage pour puiser l'eau d'une nappe phréatique et ainsi alimenter la ville de ce liquide si précieux.
A la mi-février de la même année, chaque zeppelin était arrivé au point géographique correspondant aux coordonnés que leur avait transmis SIR STONEBOURG. Ils s'étaient tous retrouvés au dessus d'une grande ville de ce monde. L'un était au dessus de NEW YORK, un autre à BUENOS AIRES, MEXICO, TOKYO, PEKIN, MOSCOU , LE CAP, SYDNEY, au dessus de chaque grandes villes d' EUPROPE et bien d'autres encore. Tous informèrent par télégraphe de leur arrivé à destination. Au matin du 25 février 1910, qui était la date de naissance de sa femme, SIR STONEBOURG donne l'ordre à chaque commandant de zeppelin de lancer par dessus bord la cargaison secrète. Les fioles en touchant le sol, se brisèrent.
Le même jour les portes de la ville furent fermées afin que celle-ci soit entièrement hermétique. SIR STONEBOURG, n'ayant pu retrouver les assassins de sa famille, avait en secret préparé un plan diabolique qui était d'exterminer toute l'espèce humaine en imaginant que les terroristes feraient parti des victimes.
En quelque mois le virus avait envahi toute la surface de la terre, il y eut des centaines de millions de morts. Presque toute l'espèce humaine disparue.
SIR STONEBOURG était dans sa ville, il pouvait à présent créer le monde dont il rêvait.
Je ne bois pas de bière si ya pas de WC.
Münsingen
Messages : 3919
Inscription : 24 août 2009, 13:41

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Münsingen » 06 février 2011, 15:35

Depuis que tu m'avais fait lire ta première version l'année dernière, j'ai eu l'occasion de lire la BD Block 109 de Brugeas et Toulhoat (rencontrés aux Uchroniales). On trouve des similitudes entres l'idée que tu as eues et la leur. Sauf qu'eux arrêtent justement leur histoire à la pandémie... ;)
Avatar de l’utilisateur
Von Gainsbarre
Messages : 549
Inscription : 29 décembre 2009, 20:18

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Von Gainsbarre » 06 février 2011, 18:45

Je vais chercher sur le net voir ce qu'ils disent sur cette BD, et voir si je ne trouve pas un résumé de celle-ci.
Je ne bois pas de bière si ya pas de WC.
Avatar de l’utilisateur
Von Gainsbarre
Messages : 549
Inscription : 29 décembre 2009, 20:18

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Von Gainsbarre » 06 février 2011, 18:48

8 LA CITE.



Nous sommes en 2373, la population de la ville est à présent de plus de 100 000 habitants, elle est devenue avec le temps et du à son expansion un vaste enchevêtrement d'acier et de verre. L'ile rocheuse sur laquelle elle fut battis disparue sous les vastes constructions, entourées de nombreuses tourelles de défense, de gatlings énormes, elle était devenue une vrai forteresse qui semblait totalement imprenable.
Le régime politique lui aussi avait bien changé, plus rien n'était comme l'avait imaginé SIR STONEBOURG. Après sa mort, la population, qui vivait enfermée depuis déjà plusieurs années, eut envie de sortir, un sentiment de claustrophobie était palpable. Mais le conseil des sages qui avait pris le contrôle de la ville après la mort de son fondateur, par peur de voir sa population s'enfuir, mit en place une politique de propagande, et mit l'accent sur la présence du virus encore à l'extérieur pour donner vie à un sentiment de peur auprès du peuple. Une police politique fut crée afin de pallier tous soulèvements. Un bureau d'information éditait régulièrement un journal distribué gratuitement afin de relayer les fausses rumeurs du gouvernement. On pratiqua également les écoutes téléphoniques,la délation, l'espionnage, dont les agents se glissaient parmi les habitants afin d'y découvrir quelles étaient les préoccupations majeurs de ceux-ci.
Mais après plusieurs années, des discutions parlant encore de liberté, de voyages, de pays lointains, se firent toujours entendre. Alors petit à petit certains livres furent retirés de la bibliothèque, pour arriver à effacer progressivement des mots, des pensées, des sentiments de la mémoire des hommes. Ainsi les livres traitants de géographie, d'histoire, de politique, de philosophie, les romans, les dictionnaires et bien d'autres ouvrages furent retirés et consignés dans un lieu secret.
Au fil du temps, la ville était devenue un vaste état policier, gouvernée par un conseil, qui se permettait toutes les libertés, vivant dans l'ivresse et la luxure, abusant des femmes de l'alcool et de drogues, suppléé par différents ministères et bureaux alors que les habitants ne faisaient que dormir, manger et travailler.
On y produisait d'énorme quantités de vapeur, grâce aux méga-centrales, que l'on transportait via un vaste réseau de canalisations hydrauliques à haute pression, pour alimenter toutes les usines diverses, tout le système d'automatisation et de commande de la ville et tout ce qui fonctionnait de manière mécanique. Pour répondre à cette énorme besoin en vapeur, les chercheurs avaient mit au point une nouvelle source d'énergie à base de charbon concentré que l'on appela CARBONIUM, dont une petite quantité suffisait pour faire rouler un train sur des centaines de kilomètres. Le CARBONIUM était utilisé dans les centrales, dans les véhicules, dans l'armée et assurait à la cité une puissance phénoménale. Elle était la ville état la plus puissante jamais fondée par l'homme.
Je ne bois pas de bière si ya pas de WC.
Avatar de l’utilisateur
Von Gainsbarre
Messages : 549
Inscription : 29 décembre 2009, 20:18

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Von Gainsbarre » 07 février 2011, 19:09

9 LES TRIBUTS



A l'extérieur, le monde n'appartenait plus aux hommes. N'étant plus victime de l'activité humaine, la nature avait reprit ses droits et envahi de nouveau tous les espaces que l'espèce humaine s'était appropriée. Les grandes villes qui furent de pierres, bruyantes, grises et froides était de nouveau vertes et calme. Les cours d'eau sales et sans vie, étaient de nouveau des lieux grouillant de prospérité, le chants des oiseaux des forets avait remplacé celui des haches.
En dehors de la ville la population humaine, du à la pandémie de 1910, n'était plus que de quelque centaine de milliers d'individus. Peu ont survécu au virus et le peu qui restait devait son salut au système immunitaire qui leurs avait permis de résister au virus et d'en devenir entièrement immunisés. Les survivants réussirent avec le temps à se regrouper en tributs, et à recréer de nouvelles sociétés en vivant en parfaite harmonie avec leurs environnements sans avoir intégré une quelconque technologie compliquée dans leurs façons de vivre. Ce retour à la nature c'était fait en aillant acquis une parfaite connaissance de celle-ci, en acceptant ses règles. Les hommes y trouvait de quoi se nourrir, se soigner, s'abriter, s'habiller, se chauffer, se déplacer, se divertir, tous les apports que celle-ci pouvait faire dans le confort de vie des hommes étaient presque infinis. Ils ne là pillèrent pas, ne là détruisaient pas, ils ne prenaient que ce dont il avaient besoin, prenant soin de tous les êtres vivants et de leurs habitats.
Les hommes s'étaient réunis en plusieurs tributs, les Arboris vivaient dans la foret, habitant des villages perdus dans la cime des arbres, ce déplaçant ,en touchant rarement le sol, d'arbres en arbres, ils étaient des maitres dans l'art du camouflage ce qui les rendaient presque invisible quant ils étaient dans leur milieu naturel, ils connaissaient parfaitement cette environnement dans lequel ils vivaient. Les Cavernos avaient investi les grottes et galeries souterraines proches des cours d'eau, ils avaient réussi à recréer de véritable ville sous terre. Ce déplaçant à pied, à cheval, en canot, ils avaient fonder dans certaines régions du monde un vaste réseau de communication et d 'échange avec d'autre qui de leur même tribut. Ils étaient également maitre dans le percement de galeries et de mines et maitrisaient parfaitement le travaille du métal et vivaient de cueillette de chasse et de pèche. Les Aéros vivaient dans des villes au sommet des montagnes se déplaçant dans les airs, ils étaient la tribut là plus avancée technologiquement, capable de ce déplacer en planant grâce à leurs vêtements qui possédaient une membrane souple et légère entre chaque membres et qui une fois lancés dans les airs leurs permettaient de planer, ils avaient également des ballons à airs chauds capable de monter très haut en altitude. Les Mériens étaient les nomades de l'océan, vivant sur des embarcations maison, ils se déplaçaient chaque jour et réunissant chaque soir leurs bateaux, recréant une vastes ville flottante temporaire. Ils connaissaient parfaitement le milieu marin et en tiraient toute les ressources nécessaires, le vent était la force qui leurs permettait de se déplacer.
Toutes ses tributs avaient réussis à créer un vaste réseau de communication, via des pigeons voyageurs, des signaux lumineux échangé avec des miroirs avec un langage bien précis, des caravanes de voyageurs se déplaçant la nuit et des relaies de cavaliers, échangeant entre elle des informations, des connaissances, des produits et des vivres.
Aucune ne pratiquait la guerre ou la violence, la seule crainte qu'elles avaient, venait de ces terrifiants hommes en fer qui détruisaient leurs villages et emportaient hommes, femmes et enfants.
Je ne bois pas de bière si ya pas de WC.
marius nightmare
Messages : 4372
Inscription : 08 septembre 2010, 23:39

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par marius nightmare » 07 février 2011, 21:24

J'adore, j'ai moi aussi déjà songé maintes et maintes fois à ce genre d'histoire sans jamais vraiment en coucher une sur papier.
Niveau film, ça me fait penser à: aeon flux, equilibrium, ultraviolet, la cité des ombres et bien d'autres encore.
Vivement la suite ^^
Avatar de l’utilisateur
Von Gainsbarre
Messages : 549
Inscription : 29 décembre 2009, 20:18

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Von Gainsbarre » 08 février 2011, 11:53

10 LE DEBARQUEMENT.


La forteresse volante FV001 survolait un territoire que l'on surnommait Ancienne France. C'était un géant des airs de 250 mètres de long armée de tourelles d'attaque elle possédait une puissance de feu incomparable. Ses quatre hélices, qui là faisait se déplacer comme un hélicoptère, étaient assez éloignée les unes des autres pour permettre à des avions de décoller et atterrir sur son pont supérieur.
WILLIAM, commandant d'un train blindé quadripode , était spécialiste en recherche et localisation des villages de tributs. Il attendait avec son équipage d'être débarqué à terre dans la zone qui lui avait été attribué. Il avait déjà parcouru toutes les terres de ce monde, les galons agrafés sur son uniforme indiquait que de nombreux villages avaient du être débusqué par ses recherches. Ce qui pouvait s'y passer ensuite ne le concernait pas, mais il savait qu'un second commando d'exosquelettes, appelé « les nettoyeurs », s'y rendait ensuite pour enlever femmes enfants pour lés emmener dans le centre de reproduction de la ville, tuaient tous les hommes arrivés à maturité et détruisaient toute trace de vie.
Il était né dans les nurseries de la ville et ne savait rien de ses parents. Dés son plus jeune age, montrant des aptitudes intellectuelles et physiques particulières, il fut orienté vers le centre de formation des futurs troupes de combat d'élite.
Son train avait une motrice et quatre wagons. Blindé, équipé d'un armement lourd de défense, on y trouvait à son bord trois mini-zeppelins avec lesquelles chaque jour, les membre de son commando effectuaient des repérages et cartographiaient les zones parcourus. Entièrement autonome, amphibie, il pouvait se déplacer sur des centaines de kilomètres. Il offrait à son équipage tous le confort nécessaire. Des chambres à coucher, un réfectoire, des toilettes, une salle de bain commune, un atelier de réparation, une salle de transmission, et des appartements privés style victorien pour le commandant.
Il attendait donc que la lumière rouge au plafond de la salle d'embarquement s'allume pour prendre sa place, avec son équipage à bord de son train. Il ne savait pas grand chose de sa mission, seulement qu'il devait remonter une rivière, du nom de VEZERE, sur 70 kilomètres car des indices récupérés par une expédition précédente, avait fait naitre quelques doutes sur une présence humaine dans cette région.
La lumière s'alluma enfin, il prit place avec son équipage après leurs avoir souhaité bonne chance. La forteresse se rapprocha de la surface du sol, et se mit en vol stationnaire, la rampe s'ouvrit jusqu'à toucher le sol. Le pilote du train mit les moteurs en route, et doucement le véhicule sorti de la soute. Une fois entièrement à terre, la rampe se releva, la forteresse remis en route ses énormes pales et repartie dans les airs. WILLIAM et son groupe était à présent seul et l'engin commença à remonter la rivière.
Je ne bois pas de bière si ya pas de WC.
Münsingen
Messages : 3919
Inscription : 24 août 2009, 13:41

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Münsingen » 09 février 2011, 08:16

Décidément, c'est non seulement mieux écrit mais encore beaucoup plus riche en péripéties que ta première version. On a vraiment de savoir la suite :D
Avatar de l’utilisateur
Von Gainsbarre
Messages : 549
Inscription : 29 décembre 2009, 20:18

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Von Gainsbarre » 09 février 2011, 11:50

Merci Mumu pour ces compliments. J'ai simplement essayé de faire de on mieux.
Je ne bois pas de bière si ya pas de WC.
Avatar de l’utilisateur
Von Gainsbarre
Messages : 549
Inscription : 29 décembre 2009, 20:18

Re: [Synopsis] Le monde de demain.

Message par Von Gainsbarre » 09 février 2011, 11:51

11 L'HABITANT.



ARTHUR 427 se réveillait tous les matins à six heure. Il faisait partie de l'équipe de maintenance des baies vitrées et des verrières de la ville, il était vitrier de formation et ce depuis son plus jeune age, il n'avait pas eut le choix d'apprendre un autre métier, car le service d'orientation professionnel des habitants avait choisi qu'il serai vitrier. Il aimait son métier, et non pas du à son amour pour les vitres, mais parce que son métier lui permettait de sortir de cette ville et de voir le monde extérieur derrière les carreaux de sa combinaison étanche.
Il habitait seul le 17ème étage d'une tour tout en acier, chaque matin il prenait son petit déjeuner face à la seule fenêtre de son logement. Celle-ci donnait sur la fenêtre de sa voisine d'en face, ELIZEA 144. Ils échangeaient chaque matin un sourire, il était amoureux d'elle et elle semblait amoureuse de lui, mais tout cela devait rester un secret car le bureau d'accouplement, qui décidait des unions entre les hommes et les femmes, s'il avait eut vent de leur envie de se retrouver dans les bras de l'un et de l'autre, lés auraient dénoncés au bureau politique et ils auraient surement fini leur vie ailleurs que sur terre.
Dans cette ville, l'amour n'existait pas, personne ne connaissait ni le sens ni le mot amour. Ils savaient très bien qu'ils ne seraient jamais ensemble et ils attendaient tous les deux leurs convocation d'union du bureau d'accouplement qui leurs indiquera avec qui ils devront avoir des enfants, enfants qu'ils ne connaitront jamais, car sitôt arrivé au monde, les nouveau nés étaient transférés dans les nurseries. ARTHUR 427 était là 427ème naissance de l'année des A et il n'avait jamais connu ses parents.
Tout semblait tout à fait normale dans la vie de ARTHUR, il semblait vivre une vie qui rentrait tout à fait dans la normalité politique de la ville. Mais depuis un an, au fond de lui, tout commençait à changer. Tout avait commencé un matin, il venait de prendre son service, il était le long de la paroi du grand dôme en verre qui plonge dans la mer, accroché à son harnais quand il aperçu flottant contre la vitre qu'il était en train d'inspecter, un objet rectangulaire. Il descendit voir ce que c'était. Arrivé au raz des flots il sorti de l'eau ce qui semblait être un paquet recouvert de tissus huilés. Il le mit discrètement dans la besace ou ce trouvaient ses outils et continua normalement sa journée de travail. Dans le vestiaire, ou il se change après son travail, il mit le paquet sous sa veste pour ne pas risquer d'être vue avec un objet qui semblait vraiment étrange.
Dans l'aérotrain qui le ramenait chez lui, il ne cessait de penser à ce paquet et à ce qu'il pouvait bien contenir. Arrivé chez, il ferma la porte, le rideau de la fenêtre, prit un couteau et découpa le chiffon huilé à l'odeur iodé. Après avoir enlevé toutes les couches de tissus il vit, un livre. Il en avait déjà vue dans la bibliothèque de la ville mais pas un seul qui s'appelait comme celui-ci, son nom était dictionnaire. Accompagnant ce livre il y avait une carte, ou il reconnu la ville au milieu des flots, ainsi que la côte proche qu'il voyait pendant ses heures de travaille et sur cette carte deux grosses flèches rouge, une qui s'appelait courant aller et qui allait de la côte vers la ville, et le seconde s'appelait courant retour et elle allait de la ville à la côte. Il passa une grande partie de la nuit à lire ce livre et découvrit des mots qu'il n'avait jamais entendu. Liberté, voyage, amour, Afrique, critique et plein d'autre encore. D' ou venait ce livre, qui l'avait mit là? Le lendemain alors qu'il était en train de travailler, il sortie une lettre qu'il avait écrite dans la nuit, bien enveloppée elle aussi dans des tissus huilés. Il là mit dans les flots là ou commençait sur la carte la flèche qui s'appelait courant retour et deux mois après, il trouva un autre paquet similaire au premier, dans celui-ci il avait un nouveau livre qui s'appelait philosophie accompagné d'une lettre qu'il ouvrit aussi tôt. Et stupeur quand il vit que cette lettre répondait à celle qu'il avait mis à flot il y a deux mois. Il avait réussi à créer un contact avec des gens vivants à l'extérieur.
Je ne bois pas de bière si ya pas de WC.
Répondre

Revenir à « Le Salon de Lecture »