Go to footer

Aller au contenu


[inspiratorium] La cargaison

Où l'on laisse libre cours à sa plume mécanique.

[inspiratorium] La cargaison

Messagepar Birdie » 28 Février 2014, 12:35

La cargaison
ou
Cheryl, Clevedon, Biển Đông


I

Une véranda modernement meublée, accrochée à la façade d'une maison ancienne. Par les fenêtres on voit le jardin, et au-delà, la mer. La véranda a deux portes, une qui donne sur l'extérieur, l'autre sur la maison. Cheryl et Mason sont assis côte à côte. William Halt se tient devant eux.

WILLIAM : C'était voilà plusieurs semaines, monsieur, ma mémoire me joue des tours... Nous sommes partis de Mawan Bay le dix-sept Avril et ça s'est produit dans la nuit du dix-huit au dix-neuf. Avant minuit mais je dormais... Tout le monde dormait. Il y avait bien un homme de quart, mais au diable si je me souviens qui, et il est du reste bien punit. Ils ont sabordé le navire après avoir transporté la cargaison. Je les ai vu porter les caisses, mais je ne pouvais pas bouger, ils auraient su que je n'étais pas mort. Heureusement que j'avais une bouée ! Tous ceux qui avaient survécu à l'abordage étaient blessés, et ils ont coulés comme des pierres. Je me suis échoué sur les Quianli Changsha où on m'a secouru. Mais le steamship est bien perdu, et la cargaison tout autant, monsieur... Monsieur ? Mr Mason ?
CHERYL : James ? (Elle claque des doigts, Mason se tourne vers elle. A William:) Vous avez dû dériver bien longtemps, Mr Halt.
WILLIAM : Quelques heures à peine, Miss. Le soleil n'était pas encore levé lorsque j'ai atteins la terre ferme.
CHERYL : Et vous avez fait ce long voyage pour Mr Mason. Il s'inquiétait de n'avoir pas de nouvelle, n'est ce pas Mason ? Vous devez être épuisé. Pourquoi n'iriez vous pas vous restaurer à la cuisine ? Passez par la maison.
WILLIAM : Merci, Miss. (Il sort.)
MASON : Il faut l’amener à Poppy. Qu’il lui raconte son histoire. Moi seul, elle ne me croira pas. Je m’emmêlerais dans mes mots.
CHERYL : Elle ne le croira pas non plus.
MASON : Quand elle saura…
CHERYL : C’est une histoire ridicule.
MASON : Elle n’a aucune raison de ne pas me croire.
CHERYL : Elle en a des centaines.
MASON : Elle n’a aucune raison de ne pas croire le marin.
CHERYL : Elle ne le croira pas.
MASON : Mais il travaille pour moi !
CHERYL : Raison de plus. Poppy pensera que tu as tout inventé.
MASON : Et si nous lui racontons une histoire plus plausible ?
CHERYL : Alors elle aura raison de penser que tu as tout inventé.
MASON : Pourquoi ?
CHERYL : Pour garder la cargaison. Elle te donnera le choix : restituer la cargaison ou la rembourser.
MASON : Tu crois ? Penses-tu qu’elle m’accordera un délai pour réunir l’argent ?
CHERYL : Je l’ignore, mais quelle importance ? Personne n’acceptera de te prêter la moindre somme. Alors…
MASON : Alors elle me tuera.
CHERYL : Si nous partons maintenant…
MASON : Elle nous retrouvera. Elle ira à Brandon Hill et rejettera la faute sur moi. Et les hommes de de Longborne me retrouveront.
CHERYL : (Se lève. Son ventre rond tend sa robe.) Si tu as une meilleure idée…
MASON : Elle n’a aucune raison de ne pas croire le marin.
CHERYL : Moi, je ne le crois pas.
(Elle sort.)
maybe I shouldn’t write
at all
but clean my gun
and check my kerosene supply
"
Nikki Giovanni
Avatar de l’utilisateur
Birdie
 
Messages: 315
Inscrit le: 15 Juin 2012, 15:21
Localisation: Besançon

Retour vers Index du forum

Retour vers Le Salon de Lecture

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité