Go to footer

Aller au contenu


Voyage vers St Petersbourg

Où l'on laisse libre cours à sa plume mécanique.

Voyage vers St Petersbourg

Messagepar Tcheikovski » 03 Décembre 2013, 22:45

Cela faisait plusieurs jour que Tcheikovski et Sehlen étaient partis du village. Ils progressaient d'un pas lent et précautionneux, à la recherche d'un moyen quelconque de retourner en Russie. Une aveugle, un infirme... Si le destin n'avait pas été en leur faveur, ils seraient morts dès les premières heures: un froid mordant, des chemins escarpés, une terre inconnue...
Cependant, la chance semblait leur avoir souri, et ils purent accéder assez rapidement aux pieds de la vallée de Ferghana: le chemin paraissait se dessiner sous leurs pieds.

Trois semaines: ce fut la durée de cette escapade, avant d'atteindre la frontière Kirghize. De là, le jeune couple comptait bien trouver une caravane qui pourrait les amener près de la Russie...

Sur le chemin, Tcheikovski pensait. Il remuait son cerveau, essayait de se repérer. Tout était désormais si vague... Les journées étaient interminables, et les deux compagnons ne faisaient que marcher, se nourrir et dormir tant bien que mal. Le jeune russe se demandait si son anniversaire était passé. Il se dit que oui. Après tout, quelle importance désormais? Il n'avait qu'une idée en tête: rentrer, et mettre en sûreté sa moitié. Puis s'installer avec elle, fonder une famille, vivre.

-
Je t'aime, annonça-t-il au beau milieu d'une journée de marche, alors qu'il aidait Sehlen à enjamber un rocher anguleux.

Un silence s'installa, et ils s'immobilisèrent. Cela faisait plusieurs jours qu'aucun des deux n'avait prononcé un mot. La fatigue, la faim, l'ennui, autant de contraintes qui réduisaient leur moral et les rendait muets. C'était le premier mois qui venait de s'écouler depuis le départ improvisé du jeune couple de la Fée Mécanique.
Il parait que si on en coupe un bout, il repousse plus grand...
Avatar de l’utilisateur
Tcheikovski
 
Messages: 296
Inscrit le: 21 Janvier 2012, 22:26
Localisation: Lyon, France


Re: Voyage vers St Petersbourg

Messagepar Sehlen Iron-Handed » 03 Décembre 2013, 22:59

Elle n'avait rien répondu , sur le moment. Quoi répondre à une déclaration si futile par cette situation ? Ils mangeaient peu de peur de manquer de nourriture , grignotaient lentement le jambon qu'elle avait subtilisé sur la Fée. La nuit , elle défaisait à tâtons le baluchon qu'ils portaient à tour de rôle , étalait les draps , les couvertures sur le sol rude et finissait par s'endormir , dos à Tchei. Elle ne savait pas quoi lui dire et se taisait. Elle se sentait vieille de cent ans , faible , aveugle et le coeur défaillant , tant qu'il fallait presque toutes les heures s'asseoir , attendre de pouvoir de nouveau marcher.
A ses yeux , seule la nécessité d'être guidée dans les montagnes la liait au jeune homme. Un vide insondable bourdonnait en elle , chaque minute , chaque fois que Tchei lui prenait le bras pour lui faire franchir un fossé ou contourner un rocher.
Elle n'aurai su dire où ils se trouvaient ni depuis quand ils marchaient. Le vent , le silence et le le paysage immuable empêchaient toute réflexion qui ne soit pas "marcher , enjamber , sauter , s'asseoir , manger , dormir".
Graou Graou Graou.
Avatar de l’utilisateur
Sehlen Iron-Handed
 
Messages: 979
Inscrit le: 02 Août 2011, 13:05
Localisation: Mon atelier , alias Bagdad.


Re: Voyage vers St Petersbourg

Messagepar Tcheikovski » 16 Décembre 2013, 19:17

Les jours s'enchaînaient, suivant le même rythme lent et fatigué, menant inexorablement à une nuit froide et dangereuse, en attendant de passer au jour suivant. Le couple avait maintenant beaucoup progressé: Ferghana n'était désormais qu'une lointaine contrée, pleine de mauvais souvenirs. Les jeunes gens étaient déjà passés par plusieurs villages, où l'hospitalité locale leur avait sauvé la vie plus d'une fois; malheureusement, ces quelques hameaux ne présentaient aucun moyen d'accéder une grande ville ou de rejoindre un quelconque convoi vers la civilisation. L'espoir demeurait, mais la fatigue et la faim portaient au dessus d'eux la mort comme une épée de Damoclès.
Les discutions n'existaient plus. Quelques phrases par ci, par là, des échanges de mots, de sons.
Tcheikovski et Sehlen étaient au bord du gouffre.
Mais un soir où la Lune avait décidé de plier bagage et de se couvrir derrière d'épais nuages déversant une pluie fracassante dans les eaux sombres Syr-Daria, ils aperçurent la lueur d'un éclairage public, derrière le flanc d'une colline blanchie par des cultures de coton. Une ville.
Tcheikovski se stoppa net, comme surpris par l'apparition de cet espoir soudain. Sehlen, qui le tenait par la main, ne semblait ne rien avoir remarqué. Ce n'est que l'instant d'après que le jeune homme se rappela que sa bien aimée ne pouvais plus rien voir, que sa vision était plongée dans un bleu intense et profond.
Il dit, aussi bien que l'état de sa gorge le lui permettait, dans un souffle:

-Se... Sehlen... Il y a une ville, je vois une ville! Nous allons enfin pouvoir... Rentrer... A moins... de... dix kilomètres...

Pris de vertiges, le jeune Petrovitch s'effondra, yeux ouverts, et murmura:

Бог спасибо* ... Бог спасибо ... Бог спасибо ... спасибо

*Dieu merci
Il parait que si on en coupe un bout, il repousse plus grand...
Avatar de l’utilisateur
Tcheikovski
 
Messages: 296
Inscrit le: 21 Janvier 2012, 22:26
Localisation: Lyon, France


Re: Voyage vers St Petersbourg

Messagepar Sehlen Iron-Handed » 19 Décembre 2013, 00:25

Sehlen ne dit rien , poussa un soupir de soulagement et s'écroula à son tour au sol. Il lui semblait que tout tournait autour d'eux. Le salut était là , si proche... mais où trouver la force de parcourir les derniers kilomètres ? Elle se sentait bien sur le sol , il lui paraissait doux , Cotonneux rt y serait volontiers resté si Tcheikovski n'avait essuyé ses joues puis saisit sa main pour la relever.
Bientôt , ils seraient au chaud , a l'abri du vent , et peut être même l'estomac plein. Cette vision la gardait debout et lui faisait avancer un pied devant l'autre , pendant plus de deux heures , au bout desquelles ils arrivèrent aux portes de la ville.
Graou Graou Graou.
Avatar de l’utilisateur
Sehlen Iron-Handed
 
Messages: 979
Inscrit le: 02 Août 2011, 13:05
Localisation: Mon atelier , alias Bagdad.


Retour vers Index du forum

Retour vers Le Salon de Lecture

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité