Go to footer

Aller au contenu


[inspiratorium] Vipère, Vienne, Nulle Part

Où l'on laisse libre cours à sa plume mécanique.

[inspiratorium] Vipère, Vienne, Nulle Part

Messagepar Birdie » 24 Septembre 2013, 13:13

Vipère, Vienne, Nulle Part

Je ne veux pas mourir avant le lever du soleil.
Je ne sais pas où je suis . J’ignore comment je suis arrivé là. Je ne me souviens que mal de qui je suis. Je sais juste que je meurs.
Qu’on me donne de la lumière. Je veux voir. Je veux savoir où je suis, qui respire et sanglote à ma gauche et quelle voie d’eau goutte tout doucement à côté de moi. Et pourquoi diable je meurs.
Puisque je n‘ai pas mal.
Puisque je ne sens même pas mon corps.
Serais-je blessé à la tête ? Après tout, je ne sens pas non plus la présence désagréable de mon casque.

Mon casque.
Je me souviens à présent.
Je portais un casque.
Je suis un soldat.



Nous étions des soldats et nous marchions sur Vienne.
Nous portions de nouveaux uniformes discrets et sans panache, mais nous étions des héros.
Nous étions des soldats de l’Alliance et nous marchions sur Vienne avec les rebelles de l’Empire, au nom de la liberté.
Nous prendrions Vienne et ce serait la fin de l’Empire Austro-Hongrois.

Mais lorsque nous sommes arrivés, Vienne n’était plus là.
- Terre Brûlée, a dit un sergent que son supérieur à rabroué en l’appelant imbécile.
Et c’est vrai, de loin, on aurait pu croire à un incendie. Mais les éclaireurs sont revenus en affirmant que les dégâts étaient bien supérieurs à ceux qu’aurait causés un incendie et qu’à Hietzing, où les bâtiments tenaient encore debout, des civils étaient sortis des caves, terrifiés, affirmant que tout avait été détruit en un éclair et refusant d’entrer dans les bâtiments où se trouvaient dans cadavres immondes. Certains hommes avaient grimpé sur un toit, mais n’avaient vu qu’un monceau de débris et de restes calcinés. Et un cerf.
- Un cerf ?
- Avec des grandes co… heu, des grands bois.
Puis nous avons installé nos camps de l’autre côté du Danube. Nous avons construit des passerelles de débris et d’épaves et nous avons investi les ruines.
Car nous étions des soldats, et les soldats sont des pillards.
maybe I shouldn’t write
at all
but clean my gun
and check my kerosene supply
"
Nikki Giovanni
Avatar de l’utilisateur
Birdie
 
Messages: 315
Inscrit le: 15 Juin 2012, 15:21
Localisation: Besançon


Re: [inspiratorium] Vipère, Vienne, Nulle Part

Messagepar Birdie » 30 Septembre 2013, 12:37

Je plie les doigts de ma main gauche.
Et mon corps endormi se réveille.
La peau. Le froid la hérisse de chair de poule ; ma peau reconnait les gravats sur lesquels je suis affalé et m’avertit de la présence d’un objet dur contre l’arrière de mon crane.
J’y porte la main et les muscles de mon bras me reviennent à leur tour, puis la pulpe de mes doigts qui reconnait la bosse.
Que je me sois cogné ou que l’on m’ait frappé, ce n’est pas grave. Ce n’est pas ça.
Mais mon corps s’est réveillé, et la douleur aussi.
Et si je ne me souviens pas de cette douleur, de cette blessure, un instinct comme une peur me retient. Je ne veux pas savoir.

Mais je sais.
Je meurs.
C’est un meurtre.
Sales rats.



Nous étions des grappilleurs. Les vrais pillards étaient déjà passés –et n’avaient rien laissé. Nous trouvions leurs traces dans les vides. Les caves dévalisées. Les coffres béants. Les gorges ouvertes.
On n’égorge pas les cadavres –il y avait donc des survivants.
Nous avons creusé les décombres. Parfois les rescapés en sortaient sur leurs jambes. Parfois ils étaient ensevelis sous les éboulis que nous avions causés. Nos officiers parcouraient les ruines juchés sur les chevaux dont nous avions besoin pour transporter les blessés. Quand nous rencontrions des pillards, oubliant que nous en étions nous-même, nous les abattions de sang-froid. Nous les avions surnommé les rats.
L’or, les bijoux, l’argenterie et même les calices et les crucifix avaient été emportés dès les premiers jours. Ce que les rats cherchaient -et nous aussi, quand nous avions notre compte de membres arrachés pour la journée- c’était de la nourriture, qui se trouvait au même endroit que les rescapés : dans les caves. À l’arrivée de renforts, nous leur avons abandonné notre tâche pour trimballer des bocaux et des cagettes. Et parce qu’il nous semblait qui chaque jour ou presque un rat était tué, nous tenions pour certain que bientôt nous n’aurions plus de concurrents.
Et pourtant je vais mourir dans une cave, tué pour un cageot de pommes de terre.
maybe I shouldn’t write
at all
but clean my gun
and check my kerosene supply
"
Nikki Giovanni
Avatar de l’utilisateur
Birdie
 
Messages: 315
Inscrit le: 15 Juin 2012, 15:21
Localisation: Besançon


Re: [inspiratorium] Vipère, Vienne, Nulle Part

Messagepar Guillotine » 30 Septembre 2013, 21:02

Ah, j'm'attendais pas exactement à ça mais c'est encore mieux. C'est pas fini, dis ?
"Je ne comprendrai jamais rien à la misanthropie. Je refuse l'idée qu'elle puisse se comprendre."
Avatar de l’utilisateur
Guillotine
 
Messages: 2169
Inscrit le: 10 Novembre 2010, 13:24


Re: [inspiratorium] Vipère, Vienne, Nulle Part

Messagepar the frozen joke » 30 Septembre 2013, 21:34

Bon, où que c'est qu'elle est la suite?
Your death wont event make a dot on the list of the people who's waiting for me in hell. So mouv away, or this wil be the last thing on heart that you refuse to do.
Kain Fergusson
https://www.facebook.com/pages/The-Frozen-Joke/200411246644322
Avatar de l’utilisateur
the frozen joke
 
Messages: 4406
Inscrit le: 05 Septembre 2010, 22:26
Localisation: entre les vapeur d'alcool et les brumes de ma folie


Re: [inspiratorium] Vipère, Vienne, Nulle Part

Messagepar Birdie » 08 Octobre 2013, 15:20

Une pierre bouge.
Et la lumière entre.
Une pierre bouge et la lumière trace un trait tout droit dans l'obscurité.
Je ne vois que ça, ce trait de lumière.


Et puis d'autres pierres bougent -sont enlevées, je ne les entends pas tomber. Ce que j'entends, c'est une voix qui dit d'en enlever d'autres. La lumière est presque assez forte pour que je puisse voir où je suis, mais une tête -c'est un homme- bouche l'ouverture et la lumière devient grise. Je le vois se démener et je crois qu'il passe un bras à l'intérieur. Puis il se dégage. Lumière blanche.
La cave est bien plus encombrée que dans mon souvenir. Il y a deux corps au milieu des briques et des madriers. L'un d'eux est bien à ma gauche, mais il ne gémit pas. Il n'y a pas de de voie d'eau.
Je ne regarde pas mon ventre.
Je regarde le plafond qui tient encore le coup.
D'autres têtes passent devant l'ouverture. Ce sont tous des hommes. Leurs visages sont des taches sombres dans la lumière grise. Taches plus sombres -les yeux et la barbe.
Et puis il s'en vont.
Je ne regarde pas les corps.
Je regarde le plafond qui tient encore le coup.
Une autre tête passe par l'ouverture, un bras, une épaule, se retire, puis la même personne -je crois que c'est la même personne- fait passer ses pieds en premier, pose un instant sur ses coudes et saute à l'intérieur. Il tombe dans les gravas. Je le vois se relever, regarder autour de lui et gueuler en direction de l'ouverture :
- Y'en a un troisième !
Il est petit et maigre. Son manteau est militaire, mais il ne porte pas d'uniforme.
- Vipère ! La lampe !, fait quelqu'un à l'extérieur.
On lui fait passer une lampe de mineur par l'ouverture. Son visage passe dans la lumière, très jeune, sourcils noirs, yeux sombres, avant qu'il ne la fixe sur son bonnet. Puis il tourne sur lui-même -on dirait qu'il danse- et c'est à notre tour d'être baigné de lumière.
- Mort, évanouit. Le dernier est conscient. Salut, ajoute-t-il pour moi.
Salut, Vipère.
maybe I shouldn’t write
at all
but clean my gun
and check my kerosene supply
"
Nikki Giovanni
Avatar de l’utilisateur
Birdie
 
Messages: 315
Inscrit le: 15 Juin 2012, 15:21
Localisation: Besançon


Re: [inspiratorium] Vipère, Vienne, Nulle Part

Messagepar Guillotine » 08 Octobre 2013, 23:59

VIPÈRE C'EST JULES

OH GUIGUI COMMENT T'AS DEVINÉ

C'est trop bien, gnark.
"Je ne comprendrai jamais rien à la misanthropie. Je refuse l'idée qu'elle puisse se comprendre."
Avatar de l’utilisateur
Guillotine
 
Messages: 2169
Inscrit le: 10 Novembre 2010, 13:24


Re: [inspiratorium] Vipère, Vienne, Nulle Part

Messagepar Birdie » 03 Février 2014, 23:06


Non, non, non…
…je ne veux pas…
Descend, et…
…toi, je sors.


Mais il ne sort pas.

Mais tu ne sors pas, Vipère, je te regarde t'agiter entre les débris, aller d'un corps à l'autre, je vois tes gestes calmes et assurés et les coups d’œil paniqués que tu jettes autour de toi, et l'angoisse sur ton visage.
Tu sais ce que tu as à faire et tu n'en as pas la moindre idée.
Tu veux rester et tu veux t'enfuir.

L'homme évanouit se réveille avec un gémissement. Vipère l'aide à s'installer dans la poussière. Je vois son visage et je le reconnais : c'est Jonas, dit le Tondu. Ses cheveux courts sont empoissés de sang, mais il parait bien plus alerte que moi. Il s'appuie sur ses mains, réclame de l'eau et répond aux questions de Vipère. Il se souvient des rats, mais il a oublié ce qui s'est passé après. Il donne son nom, le mien, mais il ignore qui est le mort.
- Ne le regarde pas, dit Vipère.
Le Tondu obéit. Moi qui ne pouvais supporter la vue du mort, me voilà intrigué ; et je le regarde.
- Vipère, se présente le garçon.
- En voilà une idée.
Je ne reconnais pas le mort non plus. Il porte le même uniforme que moi. Le sang a collé tant de poussière sur sa peau qu’elle en est grise. Il a au crâne une large plaie noire, aux flancs de nombreuses déchirures et au coin des lèvres…
Au coin des lèvres une petite bulle de sang que son souffle gonfle. Il est vivant.

Des profondeurs nous avons remonté des cadavres et des conserves, et la suie et la terre nous ont transformés en hommes de charbon. Des profondeurs nous avons remonté ce qui est précieux, ce qui va mourir mais respire encore. Il n'y a plus rien ici, le filon est tari, il n'y a plus que nous, qui respirons encore, et une drôle d'anguille qui seule peut se faufiler par l'ouverture. Dans les profondeurs nous sommes tombés, et la terre se referme sur nous.
maybe I shouldn’t write
at all
but clean my gun
and check my kerosene supply
"
Nikki Giovanni
Avatar de l’utilisateur
Birdie
 
Messages: 315
Inscrit le: 15 Juin 2012, 15:21
Localisation: Besançon


Re: [inspiratorium] Vipère, Vienne, Nulle Part

Messagepar Birdie » 15 Février 2014, 18:30

Nous attendons.
Qu’est-ce qu’ils attendent, eux ?
Enlevez ces pierres, ouvrez le ciel, faites-nous sortir de là !
Nous attendons. Et puis, un gémissement. Faible et continu. Insupportable.
Vipère se lève, va à l’homme étendu et posa sa main sur son front, comme s’il était un enfant malade. Son sang colle aux chaussures de Vipère.
- C’est fini, dit le garçon, c’est bientôt fini.
Et il regarde par l’embrasure où quelqu’un doit lui faire signe car il acquiesce de la tête. Puis il ouvre son couteau et je préfère regarder le plafond.
J’attends l’horrible gargouillement du sang qui s’engouffre dans la trachée, les râles et les secousses, mais je n’entends rien qu’une vague agitation et un léger clapotis. Même le gémissement s’est arrêté. Je risque un regard ; Vipère dépose à côté de lui un casque emplit d’un liquide épais et nettoie son couteau avant de l’empocher.
Je pense à mon grand-père, à son refus de confier aux abatteurs les agneaux qui s’affaissaient doucement entre ses bras.

Tu fais un drôle de berger, Vipère…

Nous attendons. Longtemps. Enfin, on élargit l’ouverture. Les pierres roulent et les briques s’éparpillent. Ils –là-dehors- font passer à Vipère de quoi retenir le toit et l’engueulent jusqu’à ce qu’il fasse les choses correctement. Ils-là-dehors sont des soldats ; les officiers gueulent différemment.A deux reprises, un violent tremblement secoue la cave et Vipère se penche au-dessus de moi pour me protéger. Son visage près de moi est plus jeune que je ne le pensais ; il pourrait être mon fils.

La lumière entre et les hommes avec.
maybe I shouldn’t write
at all
but clean my gun
and check my kerosene supply
"
Nikki Giovanni
Avatar de l’utilisateur
Birdie
 
Messages: 315
Inscrit le: 15 Juin 2012, 15:21
Localisation: Besançon


Re: [inspiratorium] Vipère, Vienne, Nulle Part

Messagepar Birdie » 01 Mars 2014, 10:04

Et puis, ils sont partis.
Ils ont enjambé le mort. Ils ont apporté des lampes. Ils ont poussé Vipère vers l’ouverture. Ils se sont pétés la gueule dans les gravats. Ils ont soulevé le Tondu et l’ont fait glisser vers l’extérieur sur une rampe en manches à balai et clôtures brisées. Ils ont démonté la rampe et emporté les lumières. Et puis ils sont partis.
Et puis, il est revenu.
Sa frontale éclaire les cales qu’il démonte et lance sans grande précision vers l’ouverture. Il accroche à sa ceinture de minces filins que je n’avais pas remarqués jusque-là, une dizaine, très longs et qui trainent par terre.
- Ils vont récupérer le plus de cales possible, dit-il en se tournant vers moi –sa frontale m’éblouit. Dès que je serai sorti. Et le toit va s’effondrer.
Je sais, Vipère. Je l’ai fait, je le faisais aussi, avant de me décharger sur la relève. Nous avions très vite renoncé à achever les mourants. Je suis surprit que tu te sois obstiné si longtemps –car tu patauges dans Vienne depuis longtemps, je le vois à la cendre, à la crasse qui ne ment pas. Allons, que la terre se referme.
Il pose sa main sur mon front.
- C’est bientôt fini, dit-il.

Vipère, mon fils.
Ce nom, quelle idée.
Mon fils, pour la douleur dont tu me délivre, je te donne un nouveau nom. Pour ton couteau de berger, pour ta pitié qui s’obstine, pour ton humanité stupide et bornée. Pour la coupure froide dont l’éclair s’estompe, pour la vie tiède et poisseuse qui s’échappe en filets, pour sommeil qui me noie. Mon fils, je te nomme Miséricorde. C’est mon cadeau, prends-en soin. Moi, je pars.

Je pars.
Et par l’ouverture, ça gueule :
- Vipère, dépêche-toi !
- Il ne s’appelle pas Vipère, reprend la voix du Tondu, il s’appelle Miséricorde.
maybe I shouldn’t write
at all
but clean my gun
and check my kerosene supply
"
Nikki Giovanni
Avatar de l’utilisateur
Birdie
 
Messages: 315
Inscrit le: 15 Juin 2012, 15:21
Localisation: Besançon


Re: [inspiratorium] Vipère, Vienne, Nulle Part

Messagepar odmen » 01 Mars 2014, 17:59

j'aime vraiment beaucoup : )
Avatar de l’utilisateur
odmen
 
Messages: 21
Inscrit le: 23 Février 2014, 19:19


Retour vers Index du forum

Retour vers Le Salon de Lecture

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités