Hello ! Le forum ne peut plus envoyer de mails depuis quelques jours. Ceci signifie que, par exemple, la récupération de mot de passe ne fonctionne plus.

Nous sommes sur le coup et réglons le problème dès que possible (les fêtes, tout ça) !

Khin (29/12/2019)

[JUIN] Invitation au bal

Où l'on imagine chaque mois sur un sujet donné...
Avatar de l’utilisateur
Miss Longueville
Messages : 1280
Inscription : 05 décembre 2010, 00:47
Localisation : Quimper, et parfois au pied des cévennes

[JUIN] Invitation au bal

Message par Miss Longueville » 31 mai 2012, 23:42

Toute l'équipe de Steampunk.fr a l'honneur de vous inviter au premier grand bal de l'Inspiratorium. Ouvert durant le mois de juin, venez nous y raconter comment s'est déroulée votre sortie dans le grand monde.
Premiers frissons, premiers émois? Avez-vous déjoué les complots ourdis par la famille adverse? Avez-vous rencontré un gentleman cambrioleur, habilement déguisé en hôte de marque? Quelles étaient les animations de la soirée (un orchestre à vapeur, une voyante extra-lucide, ou encore quelques bêtes exotiques ramenées de voyage par le Comte)?
Tenue correcte uchronique de rigueur. Merci de préparer vos carnets de bal.
Image
La culture... ce qui a fait de l'homme autre chose qu'un accident de l'univers. [André Malraux]

Un homme cultivé ressemble à une boîte à musique. Il a deux ou trois petites chansons dans le ventre. [Alain]

http://latetedanslesrouages.blogspot.com
Avatar de l’utilisateur
Guillotine
Messages : 2169
Inscription : 10 novembre 2010, 13:24

Re: [JUIN] Invitation au bal

Message par Guillotine » 01 juin 2012, 14:42

Aaah, très bon sujet ... Je vais voir ce que je peux faire !
"Je ne comprendrai jamais rien à la misanthropie. Je refuse l'idée qu'elle puisse se comprendre."
Avatar de l’utilisateur
Absynthe
Messages : 358
Inscription : 24 février 2010, 20:39
Localisation : entre Londres et juste derriere le Parlement de Bretagne

Re: [JUIN] Invitation au bal

Message par Absynthe » 01 juin 2012, 14:57

Pas mieux, ca m'inspire ! (j'adore les histoires romantiques :roll: )
Mobilis in Onire

"Cthulhu frgl'plglui nag'tlroustgn sjt plgn klrmplgu 'pli."
Traduction :
"Cthulhu aimerait bien pouvoir pisser tranquille, si c'est pas trop vous demander."

http://absynthe-creation.over-blog.com/
Avatar de l’utilisateur
SteamHatter
Messages : 122
Inscription : 28 décembre 2011, 14:20
Localisation : Sarthe
Contact :

Re: [JUIN] Invitation au bal

Message par SteamHatter » 08 juin 2012, 18:29

Pas mal ... Ça faisait un moment que je n'avais pas participé, je vais essayé de m'y mettre !
J'ai déjà une idée de la musique d'entrée, ouvrez les portes et entendez ceci :
http://www.youtube.com/watch?v=k1Eccyx_KSU
Que le vent porte vos Aéronefs vers des cieux favorables, Vernement votre - LIMETORS ALazenn -
miss engrenages
Messages : 204
Inscription : 23 juillet 2011, 17:48
Localisation : Bordeaux, Bazas
Contact :

Re: [JUIN] Invitation au bal

Message par miss engrenages » 14 juin 2012, 22:05

Le sujet m'inspire aussi. :idea:
Une histoire d'Aurélie Laurendeau au bal est dans les tubes :D
Avatar de l’utilisateur
Absynthe
Messages : 358
Inscription : 24 février 2010, 20:39
Localisation : entre Londres et juste derriere le Parlement de Bretagne

Re: [JUIN] Invitation au bal

Message par Absynthe » 15 juin 2012, 11:43

Hop voici la partie 1 de ma participation !
-Je vous le dit tout de suite, je me suis fait plaisir, et cette histoire de bal servira d'introduction aux personnages IRL que ma douce et moi incarnerons-les costumes sont en cours-C'est une prequel au bal, la réception arrive bientôt, j’espère que vous apprécierez !

St Petersburg, printemps 1882


Une silhouette courbée traversa les flammes à toute allure et sortit en hâte du bâtiment qui menaçait à tout moment de s’effondrer. L’homme trébucha, puis s’écroula sur le sol humide de la chaussée. Les reflets des flammes sur son corps, mêlés à la noirceur qui le recouvrait en partie lui donnait un air des plus étrange. Il bougea la main, grimaça puis se releva, il ne fallait pas rester là, trop dangereux.
Son instinct de survie, poussé à son paroxysme par des années de conditionnement, lui offrit l’énergie nécessaire à un dernier coup d’éclat. Une toux grasse et noire remonta de sa gorge. Lentement il se remit debout, grimaça, sentant son genoux gauche faillir. Il sentit sa main devenir poisseuse lorsqu’il la porta à la source de sa douleur. Doucement il se traina jusqu’au trottoir d’en face, à l’abri. Le bâtiment brulait, et ses occupants aussi, sans nul doute.

Un piège, ils s’étaient fait berner comme des débutants.

Entendant les cloches du service incendie, plus au nord, il devina que plusieurs feux s’étaient déclarés simultanément. Tous les bâtiments sensés être protégés par le clan devaient brûler cette nuit. Voila qui mettait un terme aux Gunslingers, semblait t’il. Peu enclins aux effusions de sentiments, l’homme toucha machinalement la crosse de son arme le long de sa jambe. Dans ce pistolet résidaient tous ses souvenirs, toute son histoire.

L’homme se remit doucement debout. Il ne fallait pas rester là. S’il devait y avoir des frères et sœurs survivants, nuls doutes qu’ils suivraient son exemple…Alors, comme un chat apeuré, la silhouette longiligne de l’homme se fondit dans un recoin sombre et disparu dans la nuit.


Zeppelin d’agrément « le Bacchus » quelque part au dessus de l’Atlantique, 7 ans plus tard.


Le jeune groom frissonna quand un courant d’air glacé lui balaya le visage. Voila plus de 5 heures qu’il s’occupait de l’accueil des invités de Lord Mc Corvis, plus de 5 heures qu’il grelotait en réceptionnant des bourgeois de toutes sortes au compte goutte. Il jeta un coup d’œil discret derrière lui et remarqua que Pierre-François De Filibert, « l’organisateur », « le metteur en espace » de la soirée ou encore « la grande Françoise », comme les autres membres du personnel s’amusaient à le surnommer, était hors de vue, sans nul doute partit vaquer à ses occupations mondaines. Profitant de ce répit-il était surveillé depuis ce matin-Le groom rentra les épaules, se mit à l’abri du vent et entreprit d’allumer une cigarette.

Il du cependant bien vite la jeter dans le vide quand un vrombissement se fit entendre, signe d’un visiteur approchant. Le jeune homme s’avança sur la passerelle, scrutant les nuages, tentant d’apercevoir quoi que ce soit. Soudain, l’ombre d’un véhicule se détacha, de plus en plus nette. Tout d’abord une esquisse, puis, au fur et à mesure qu’elle se rapprochait, la forme d’un aéro-taxi sortit de la brume. Le véhicule était frappé aux armoiries du 4eme district Sino-britannique. Lentement le taxi se stabilisa à hauteur de la passerelle, la porte arrière s’ouvrit et un personnage haut en couleur en sortit.

Le jeune groom resta sceptique quant à l’allure du nouveau venu…Grand, mince, le port droit mais détendu, une cascade de cheveux châtains en batailles sous un Melon qui avait connu des jours meilleurs, la moustache fine et fournie, le bouc discret. Des goggles parsemées de loupes de toutes sortes ornaient le chapeau. Pantalon de ville propre mais usagé, veste de velours bleu nuit et gilet de tweed…Une crosse ouvragée dépassant d’un holster porté bas…Assurément pas un bourgeois.
Hésitant le groom s’avança vers l’étranger.

« -Monsieur, s’il vous plait, le Bacchus est réservé, C’est une soirée privée…Je…je dois vous demander de partir… »Bon dieu mais ou était la grande Françoise quand on avait besoin de lui ?
L’inconnu le toisa d’un regard amical
« -Privée ? J’entends bien… »Disant cela il lui tendit un carton.
Le jeune groom lut l’invitation, éberlué.
« -ho, heu…Je… »
Ce fut à ce moment précis que Pierre-François De Filibert choisit de rentrer dans la conversation, traversant la passerelle a grands pas…et à grand renfort de gesticulations qui étaient en quelque sorte sa signature…
Que se passe-t-il ici ? Que ? Valentin ? Valeeeeeennnntin ? Qui est cet homme ? Que se passe-t-il ? Ne restez pas là ! Valentin !!!

Le groom leva les yeux au ciel…Il ne supportait pas que Pierre François l’appelle par son prénom…cela laissait supposer une proximité qui, non seulement n’existait pas mais en plus l’exécrait.
L’homme prit les devants, coupant court à la tirade du « metteur en espace »

« -Howard Absynthe, Je suis le chroniqueur dépêché par Lord mc Corvis, enchanté…
Il prit la main du dandy et la serra énergiquement.
-Le chroniqueur ? Ho ! Je vous attendais ! Quelle heuuuureuse surprise ! Vous êtes en avance, j’aime ca, petit veinard ! Il le gratifia d’un clin d’œil complice, Howard lui sourit, légèrement gêné. Suivez-moi, très cher, je vous escorte jusqu'à votre cabine ! Ho mais dites moi, en voila un gros pistolet ! Vous savez que les armes sont interdites à la réception petit sacripant !
-Ho vous n’allez pas priver un inoffensif dessinateur d’un maigre moyen de dissuasion…cette antiquité ne fonctionne plus…"

Le jeune groom les regarda s’éloigner, et maugréant, leur tourna le dos pour s’en allumer une petite.
Mobilis in Onire

"Cthulhu frgl'plglui nag'tlroustgn sjt plgn klrmplgu 'pli."
Traduction :
"Cthulhu aimerait bien pouvoir pisser tranquille, si c'est pas trop vous demander."

http://absynthe-creation.over-blog.com/
Avatar de l’utilisateur
Guillotine
Messages : 2169
Inscription : 10 novembre 2010, 13:24

Re: [JUIN] Invitation au bal

Message par Guillotine » 15 juin 2012, 13:56

La subtilité de Pierre François m'épate :lol:

C'est très sympa, j'attends la suite !
"Je ne comprendrai jamais rien à la misanthropie. Je refuse l'idée qu'elle puisse se comprendre."
Avatar de l’utilisateur
Birdie
Messages : 315
Inscription : 15 juin 2012, 15:21
Localisation : Besançon
Contact :

Re: [JUIN] Invitation au bal

Message par Birdie » 15 juin 2012, 16:12

Absynthe a écrit : Ho mais dites moi, en voila un gros pistolet !
Tu m'en diras tant.



Ma participation est une chanson, pas un poème (un tango, si vous voulez chanter en lisant), l'étrange déclaration d'une mondaine à son cavalier dans l'hypocrisie des bals. Merci à Guillotine, ma, heu… beta-reader.

Monsieur (chanson moqueuse)

Dis-moi que tu m’aimes, même si c’est pas vrai
Je ferais quand même, comme si j’y croyais

Vous êtes, monsieur, un curieux personnage
Comme une bête de somme, vous avez de bons yeux
Vos lettres, monsieur, nous arrivent d’un autre âge
Suivez-moi, jeune homme, qu’on en parle un peu mieux

Monsieur, je vous aime, tenez-le vous pour dit
Vous vouliez un poème, vous n’aurez que ceci
Je vous aime monsieur, je ne le répéterais pas
Ne me faites pas ces yeux, contentez vous de ça

Vous êtes, monsieur, d’un mutisme inquiétant
Malgré mes beaux sourires, vous restez silencieux
C’est bête, monsieur, vous qui êtes si savant
Suivez-moi, jeune homme, nous faisons des envieux

Il y a, monsieur, des regards dans l’ombre
Au dessus des bougies, des yeux brillent dans le noir
Ceux-là, monsieur, attendent que je tombe
Dans l’abîme de la nuit dans les lumières du soir

Monsieur, je vous aime, tenez-le vous pour dit
Vous vouliez un poème, vous n’aurez que ceci
Je vous aime monsieur, je ne le répéterais pas
Ne me faites pas ces yeux, contentez vous de ça

Il fait, monsieur, bien trop froid pour danser
Frissonnent les tourtereaux, autour des cheminées
Allons, monsieur, je vous vois frissonner
Gardez votre manteau, vous allez me vexer
maybe I shouldn’t write
at all
but clean my gun
and check my kerosene supply
"
Nikki Giovanni
Avatar de l’utilisateur
Guillotine
Messages : 2169
Inscription : 10 novembre 2010, 13:24

Re: [JUIN] Invitation au bal

Message par Guillotine » 15 juin 2012, 16:17

Et maintenant, musique !

J’applaudis avec tout ce que je peux.
"Je ne comprendrai jamais rien à la misanthropie. Je refuse l'idée qu'elle puisse se comprendre."
Avatar de l’utilisateur
Antoine Jolivet
Messages : 2750
Inscription : 05 mars 2011, 00:17
Localisation : Bruxelles - Belgique
Contact :

Re: [JUIN] Invitation au bal

Message par Antoine Jolivet » 15 juin 2012, 17:05

@ Absynthe : ouuuiiiiiii, la suiiiiite !

@ Birdie :
  • Madame, souffrez que, devant un tel talent
    L'on ôte son Gibus et, courbé jusqu'au sol,
    D''un gracieux salut et sans vaines paroles
    De notre admiration nous vous fassions présent !
Merci d'avoir partagé ce tango avec nous !
"Pour partir à la chasse au Cirage Noir, la nuit, il convient de d'abord se munir d'une lampe-torche"
(Th. B.)
Répondre

Revenir à « L'Inspiratorium »