Go to footer

Aller au contenu


[RP] 31.8 Saqqarah

Seconde saison.

Re: [RP] 31.8 Saqqarah

Messagepar the frozen joke » 30 Juin 2011, 22:28

Kain rentrais au campement pour la nuit, celle si était tombé bien plus vite qu'il ne pensais et il marchais dans la pénombre du soir droit vers le campement. il arriva dans le dos de Valer et de la gamine qui ne semblais pas l'avoir vu, il saisi une bride de discutions qui le concernait d’ailleurs...
les-murmures a écrit:pas si je suis un membre de l'équipage. Le mercenaire me commande une étude, dont il délaisse les résultats malgré mes heures d'études. Je me brouille avec Mlle l'irlandaise pour une raison...bref. Le médecin aussi. On me dit de venir à bord, soulignant mes compétences. Or semble-t-il, elles ne sont pas nécessaires...


"merde c'est vrais, la marque." ce dit il, l'info lui était sorti de l'esprit depuis la disparition d'emile et la suite des évènement. si le gamin ne se couchais pas tot il irais le voir.

il se posa près de la jeune archéo et la salua du chapeau avant de prendre une assiette pleine d'une nourriture non identifié.
Your death wont event make a dot on the list of the people who's waiting for me in hell. So mouv away, or this wil be the last thing on heart that you refuse to do.
Kain Fergusson
https://www.facebook.com/pages/The-Frozen-Joke/200411246644322
Avatar de l’utilisateur
the frozen joke
 
Messages: 4406
Inscrit le: 05 Septembre 2010, 22:26
Localisation: entre les vapeur d'alcool et les brumes de ma folie


Re: [RP] 31.8 Saqqarah

Messagepar Guillotine » 01 Juillet 2011, 20:02

Ils marchent en silence. Guillotine a les sourcils froncés, comme lorsqu’elle réfléchit. Ils arrivent en vue du campement.

« Pour les binocles, je ne dis pas tu sais...mais pour ma maladie...je ne sais pas à quoi sont dues ces pertes de maîtrise. Elles sont tout à fait originales. Je ne sais pas si mon rythme de vie à bord y est pour quelque chose. Mais une chose est sûre, je ne sais pas si je suis un membre de l'équipage. Le mercenaire me commande une étude, dont il délaisse les résultats malgré mes heures d'études. Je me brouille avec Mlle l'irlandaise pour une raison ... »

Kain s’approche d’eux, et passe sans s’arrêter. Guillotine pousse doucement Valer contre le mur d’une ruine, afin qu’il s’arrête et qu’ils puissent terminer leur conversation avant que les autre ne les entendent. Elle suit le colosse du regard.

« Bref. Le médecin aussi. On me dit de venir à bord, soulignant mes compétences. Or semble-t-il, elles ne sont pas nécessaires... »

Il continue de parler de ses connaissances à bord du vaisseau.

« Mais vois tu ... Je crois que le gouverneur a les moyens techniques et les compétences de me soigner efficacement. Et je suis sûr que je pourrai lui rendre service. Ce n'est pas une question de changer de camp. Mais bien de garder mon semblant d'autonomie. Et puis, cela ne tente vraiment pas d'agir par toi même ? Quitte à repartir par la suite, profiter enfin des moyens des riches pour lustrer nos vies ?
- Lustrer nos vies ? »

Elle soupire, ferme les yeux, fronce les sourcils et garde le silence quelques secondes.

« La rendre un peu plus brillante, c’est ce dont tu veux parler ? Parce que la rose vaut mieux que le fumier, c’est bien ça ? La richesse est la plus belle, la plus noble des valeurs, c’est ce qu’on apprend au Collège de France ? Valer ! »

Elle le regarde, presque implorante.

« Bien sur que ça faciliterait ta vie … Encore faudrait-t-il que ce soit possible, ce dont je doute, mais sincèrement, le luxe a tenté tout le monde un jour ou l’autre … Toi, c’est cela que tu cherches ? »

Elle s’approche un peu de lui.

« Quand au fait d’agir par moi-même … C’est ce que j’ai toujours fait. C’est ce que je fais. Et cet équipage est un des seuls au monde qui respecte la liberté individuelle. Tu penses vraiment garder ça en vivant aux crochets d’un homme d’état corrompu ? »

Elle passe doucement la main sur le visage de Valer, dans un geste très maternel, l’obligeant à la regarder dans les yeux.

« Jamais une trimardeuse comme moi ne sera reçue au palais. Crâne ne peut rien pour moi. Et honnêtement, même un bon gouverneur ne s’occupera pas de tous les traînes savates qui demandent de l’aide. Peut être qu’il te traitera différemment, qui sait ? Tu m’expliqueras pourquoi, seulement. »

Elle a les paupières qui tombent. Elle n’a pas dormi depuis quelques jours, fatigue. Elle piétine un peu, se balance légèrement.

« Aux dernières nouvelles, ce type était celui qui avait fiat enfermer Monsieur Émile. Aux dernières nouvelles, celui-ci a succombé à ses blessures. J’ai du mal à trouver ce monsieur respectable. Et à comprendre comment tu peux ne pas voir de trahison envers tes amis en le rejoignant. »

Elle se balance encore en tombe dans les bras de Valer, toujours debout, mais ses yeux se ferment et sa voix faiblit.

« Mais ça ne me regarde pas, c’est vrai. Je te donne juste mon avis sur la question. A toi de le prendre … Ou non. Et quand bien même il n’en aurait pas rien à foutre de toi, saurait-il te soigner ? Les docteurs ne savent rien. Des crises comme … Les tiennes ne peuvent être apprivoisées … Que … Par … Toi … Même ? »

Elle sursaute brusquement et se redresse.

« Bordel ! »

Elle s’écarte, frotte un peu ses yeux.

« En clair. Si tu te présentes chez un homme de cette classe, avec ses valeurs de cette classe et que tu demandes à être pris en compte, je me trompe peut être, mais j’ai une petite idée de la façon dont tu seras reçu. »

Pas d’allusions à sa quasi-perte de connaissance. Elle le regarde calmement.

« Tu viens ? J’ai très faim. »


(HRP : pardon pour ce long post, j'ai abrégé comme j'ai pu.)
"Je ne comprendrai jamais rien à la misanthropie. Je refuse l'idée qu'elle puisse se comprendre."
Avatar de l’utilisateur
Guillotine
 
Messages: 2169
Inscrit le: 10 Novembre 2010, 13:24


Re: [RP] 31.8 Saqqarah

Messagepar marius nightmare » 01 Juillet 2011, 21:55

La nuit est tombée.
Marius se sauve de la fée, il disparait dans la nuit, après laissé 3 ptits mots sur son hamac, pour quand l'équipage le cherchera.

Le premier était adressé à la Capitaine et disait:
Désolé Captaine, mais ici, la mort m'attend, un jour peut-être nous reverrons nous. Et en attendant je vous souhaite de réussir et surtout d'être prudente.

Le second était adressé à Dame Ivy et disait:
Je quitte la fée, un mauvais pressentiment m'a décidé. J'espère qu'on aura l'occasion de se revoir.
Pensez à garder un oeil sur le reporter, il y a quelque chose qui me chiffonne à son sujet.
Et n'oubliez pas, les clefs de bien des trésors sont en nous ;)

Le troisième et dernier était adressé à la Ptite Guillotine et disait:
J'espère que la pierre vous aidera à vous évader et à méditer. Quelque soit notre passé, on peut tous trouver la paix.
Et soyez prudente.
marius nightmare
 
Messages: 4372
Inscrit le: 08 Septembre 2010, 23:39


Re: [RP] 31.8 Saqqarah

Messagepar Fée Mécanique » 06 Juillet 2011, 09:47

L’obscurité était tombée sur saqqarah. Il se mit à faire plus noir que dans le cul d’un taureau par une nuit sans lune. Le feu au milieu du campement crépitait toujours, diminuant en intensité au fur et à mesure que le temps passait. Dans quelques heures, Iabtet étendrait ses rayons sur la nécropole. Mais peu dormaient à cette heure. Beaucoup de passagers ne trouvant pas le sommeil, étendus sur leur couche, se posaient des questions sur l’avenir de leur mission. Les sentinelles, fusil à l’épaule, marchaient lentement en scrutant l’obscurité à la recherche d’éventuelles menace. Dés que la lumière rassurante du brasier s’estompait à la périphérie du camp, comme avalée par la nuit, le néant devenait inquiétant. Les toiles n’arrêtaient pas les bruits qui montaient du désert.
Avatar de l’utilisateur
Fée Mécanique
 
Messages: 620
Inscrit le: 14 Octobre 2009, 10:34


Re: [RP] 31.8 Saqqarah

Messagepar Antoine Jolivet » 06 Juillet 2011, 14:39

A bord de la Fée, cabine d'Antoine Jolivet.

La nuit avait enveloppé le dirigeable de ténèbres. Les coursives étaient bien silencieuses, sans le va et vient des principaux passagers...
Antoine n'avait pas quitté sa cabine. Après avoir dévoré,l'oreille aux écouteurs, un plat froid qu'il s'était fait déposer par un automate serveur, il s'était lancé dans la confection d'un premier rapport codé, se disant qu'il trouverait bien l'occasion de le faire parvenir à Bruxelles.

Il avait étalé devant lui un exemplaire d'un mensuel populaire, de cette littérature d'aventure à deux sous, disponible dans toutes les gares du monde « civilisé ». Un bloc-note et un crayon pour tout outillage... il se méfiait des machines à coder qu'utilisaient certains services diplomatiques des grandes nations, comme l'Angleterre.
Ici, le système qu'il avait mis au point avec les experts de la Sûreté offrait l'avantage d'une parfaite simplicité, et d'une totale inviolabilité pour qui n'en possédait pas la clé.

L'inconvénient majeur était le temps nécessaire à l'élaboration des messages et à leur décodage. Les trois phrases qu'il se proposait de rédiger lui prendraient presque la moitié de la nuit...

Il commença par tracer quatre colonnes, puis rédigea son message, en termes concis, lapidaires, suffisamment vagues pourtant pour n'être pas compris de non initiés. Il aimait beaucoup le style « courrier de voyage » adressé à son vieil oncle Léopold, et terminait invariablement par la formule « bons baisers de... » suivi de la position en longitude et latitude, départ du méridien de Paris, de l'endroit où il se trouvait.

Cela fait, il tira d'un petit écrin un dé à dix faces. Cet accessoire n'était pas indispensable mais ajoutait une certaine charge aléatoire qui n'était pas pour lui déplaire. Il lança le dé et inscrivit soigneusement en tête de la feuille le résultat obtenu, en l'occurrence ici le 7.

Puis il retranscrivit chaque mot du message dans la première colonne, et les numérota, dans l'ordre où ils apparaissaient, dans la seconde. Cela fait, il passa à l'étape la plus fastidieuse : il s'agissait de retrouver les mots ou leur synonyme proche dans le récit. Chaque fois qu'il en trouvait un, il sautait au septième mot suivant, qu'il reportait ensuite dans la troisième colonne, inscrivant dans la quatrième le numéro de la page où il l'avait trouvé.

Lorsque tous les mots eurent trouvé leur équivalent, il les nota à la suite les uns des autres, dans l'ordre des pages de la brochure, plaçant entre virgules les mots qui résidaient sur la même page.
Enfin, une ligne de chiffres reprenant la place respective de chacun d'eux dans le message d'origine.

En en-tête, la date de publication, les initiales du héros de la série et le chiffre du dé.

Puis il brûla soigneusement ses brouillons, ainsi que les trois premières feuilles vierges suivantes du bloc-note.
"Pour partir à la chasse au Cirage Noir, la nuit, il convient de d'abord se munir d'une lampe-torche"
(Th. B.)
Avatar de l’utilisateur
Antoine Jolivet
 
Messages: 2747
Inscrit le: 05 Mars 2011, 00:17
Localisation: Bruxelles - Belgique


Re: [RP] 31.8 Saqqarah

Messagepar Fée Mécanique » 12 Juillet 2011, 11:27

L'aventure principale est actuellement suspendu pour l'été, je vous invite donc à rejoindre la partie dans "l'interlude estival"
Nous reprendrons le cours normal des évenements dés la fin du mois d'aout. Bonnes vacances
Avatar de l’utilisateur
Fée Mécanique
 
Messages: 620
Inscrit le: 14 Octobre 2009, 10:34

Précédent

Retour vers Index du forum

Retour vers Des plaines du Far-West aux cimes de l'Orient

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité