Go to footer

Aller au contenu


[RP] "15.3 Prisonnière de Ravington"

Les épisodes précédents.

[RP] "15.3 Prisonnière de Ravington"

Messagepar Fée Mécanique » 23 Août 2010, 16:37

Depuis que Lady Chapillon s'était vue « arrêter » par les fusiliers du Bellerophon le 2 octobre 1879 en début d'après midi, elle ne se faisait plus vraiment d'illusion sur son sort : elle serait emmenée à bord du vaisseau de guerre, puis conduite à Ravington ; et ce dernier l'assassinerait comme son père avant elle.

Elle se sentait fatiguée et un peu triste à l'idée de perdre la vie au milieu de ses plus belles années. Mais elle se souvenait des paroles de Lady Viane sur son lit de mort, alors qu'elle-même n'était qu'une petite fille de dix ans : « Souvenez-vous, mon enfant chérie, qu'une lady doit toujours savoir se retirer avec grâce ». C'était le dernier souvenir qu'elle avait de sa mère et la première fois aussi qu'elle avait été confrontée à la mort.
A cette époque, sa vie semblait toute tracée : elle épouserait un gentleman (qu'elle aurait peut-être la chance de pouvoir choisir, à l'instar de sa mère) puis organiserait des tea-parties, donnerait le jour à des petits Chapillon à qui elle apprendrait le croquet, le whist et les danses de salon, les marierait un jour et fêterait peut-être même le nouveau siècle en compagnie de ses petits-enfants...
Mais rien ne s'était passé comme prévu : sitôt la mort de Lady Viane, Ravington était revenu de Lousiane et il avait bouleversé la vie de Lord Chapillon, le poussant à courir toujours plus vite, plus fort, plus loin dans la modernisation d'un monde qui était en train de devenir fou. Lord Chapillon était devenu le concepteur d'aérostats le plus célèbre de l'empire britannique et il avait fait de sa fille son second sitôt qu'il avait découvert chez elle qu'elle pouvait faire beaucoup plus que de jolis petits sujets pour la Couronne... Lord Chapillon avait mis tant d'espoir en elle ! C'est pour cela qu'il lui avait fait don de ce qu'il avait de plus précieux : pas seulement son nom et sa fortune, car ces choses, des centaines d'autres jeunes Ladies les recevaient chaque année en héritage ; non, son père à elle lui avait offert beaucoup plus : le zeppelin absolu qu'était la la Fée mécanique !


Le coeur de Lady Chapillon se serra à l'idée de la Fée tombé entre les griffes de l'ennemi. Mais elle se consolait en se disant que tout n'était pas perdu.
Il restait Mr Phill, le premier bras droit de son père, celui que la petite fille qu'elle était à l'époque avait tôt fait d'oublier dès qu'il avait émigré en France et que Ravington avait aussitôt remplacé auprès de Lord Chapillon. Or Phill avait laissé pour elle quelque chose que Drako et Alexander parviendraient sûrement à récupérer. Ce serait sans doute une arme contre Ravington et une clef pour comprendre les raisons qui avaient poussé ce scélérat à assassiner l'homme qui lui avait redonné ses entrées dans la bonne société londonienne après son exil volontaire en Louisiane ; l'homme dont les zeppelins lui avaient apporté richesse et célébrité jusque dans l'entourage de la reine ; et surtout, un homme qui, s'il était assurément fantasque, n'avait jamais, ô grand jamais, fait de mal à personne...
Avatar de l’utilisateur
Fée Mécanique
 
Messages: 620
Inscrit le: 14 Octobre 2009, 10:34


Re: [RP] "15.3 Prisonnière de Ravington"

Messagepar Fée Mécanique » 23 Août 2010, 16:46

Les heures avaient passé depuis sa capture.
Sitôt transférée sur le Bellerophon, le commandant de bord était venu lui faire une visite de courtoisie dans la cabine où on la retenait prisonnière. Ils avaient pris le thé et, durant la conversation, Lady Chapillon avait compris que le jeune officier la prenait pour une dissidente politique, une républicaine voire même une « amie de Jélézine », cet utopiste qui livrait depuis deux ans une véritable guerre civile à l'armée du tsar dans les steppes lointaines de Russie. Il ne savait manifestement rien de Ravington, surtout pas le fait qu'il manipulait le jeune empereur Napoléon IV. Lady Chapillon avait trouvé ce jeune officier naïf mais plutôt sympathique et elle avait espéré le revoir au moment du dîner. Mais il n'avait pas reparu.


Une ordonnance était venue la chercher pour lui annoncer qu'on la transférait dans un autre navire : un bâtiment dont elle ne put pas apprendre le nom. Elle y fut transbordée à bord d'une aérochaloupe et, comme la nuit tombait, elle n'avait distingué de ce second bateau que ses fanaux. Il lui avait cependant paru vaste, sentiment bientôt confirmé par les interminables coursives qu'on lui avait fait prendre pour l'amener jusqu'à une cabine dont elle s'était trouvée de nouveau prisonnière. Ce bateau était de grande taille et tout en bois. Il s'agissait d'un bâtiment civil, sans doute un cargo au long cours. Elle ignorait sa position et où il se rendait. Elle n'avait donc plus qu'à attendre que Ravington vienne la « libérer » de cette nouvelle prison, plus spacieuse mais encore moins confortable que la première.
Elle commençait à avoir faim lorsque, vers dix heures du soir, un matelot de carrure herculéenne – auquel un tatouage facial et un bras artificiel donnaient une allure encore plus inhumaine – était venu lui apporter une assiette de viande froide, une coupelle de fruits frais et un bidon d'eau légèrement citronée. Mais il n'avait accepté de répondre à aucune de ses questions. Elle n'avait d'ailleurs pas touché au repas, craignant d'être droguée ou empoisonnée.
Puis, bercée par le roulis, elle avait fini par sombrer dans un sommeil agité... jusqu'à ce que des coups à la porte la réveillent...


Un coup d'oeil à sa montre, que les soldats du Bellerophon lui avait laissée la veille, lui permit de savoir qu'on approchait des dix heures. C'était le matin du 3 octobre 1879, ce qui signifiait qu'elle était désormais prisonnière depuis une vingtaine d'heures et qu'elle pouvait se trouver loin des côtes françaises.
La porte s'ouvrit et un nouveau matelot, cette fois un petit homme chauve et un peu contrefait, posa une valise devant son lit en lançant d'une voix stressée où pointait un accent nord-américain :

« L'appareil du Maître est en approche. Il sera bientôt là et il vous fait remettre ces vêtements afin que vous puissiez paraître devant ses yeux dans une tenue digne de lui. Pressez-vous et appelez-moi quand vous serez prête. Je vous laisse Mariette au cas où vous auriez besoin d'aide pour vous habiller. »
Sur ces mots, il tira par le bras une jeune fille d'une quinzaine d'années habillée en soubrette, qui attendait dans le couloir et se laissa entraîner à l'intérieur sans manifester la moindre émotion. Elle avait un regard particulièrement inexpressif et Lady Chapillon s'aperçut qu'elle portait, incrustée entre les deux seins, une croix semblable à celle de Flora.
La laissant devant Lady Chapillon, le matelot ressortit et boucla la porte en ajoutant :

« Faites-moi signe dès que vous serez prête. Je vous attends de l'autre côté de la porte. »
Avatar de l’utilisateur
Fée Mécanique
 
Messages: 620
Inscrit le: 14 Octobre 2009, 10:34


Re: [RP] "15.3 Prisonnière de Ravington"

Messagepar Lady Chapillon » 24 Août 2010, 09:53

Lady chapillon regarde d'un air particulierement peu avenant le matelot.

vous pouvez reprendre votre camelote, je ne suis pas la pour me vetir d'une tenue "digne de lui" comme vous dites.

La porte se ferme. Elle se tourne vers la jeune soubrette.


Bonjour Mariette. Ce n'est pas contre vous, evidemment. Je ne me vetirais pas des effets que ce Lord m'a fait parvenir, mais pourquoi ne pas nous asseoirs quelques instants et discuter?

Mariette, ne dis rien, et jette un regard inexpressif. Elle finit toutefois par se derider et dis avec un fort accent titi parigot

c'est que moi, m'dame, je suis la pour ca, et si vous ne vous habillez pas, je vais me faire mal voir

Lady chapillon soupir. elle commence a fouiller dans les affaires qui lui ont été apportées. Elle y trouve nombre de rubans, un eventail, une sompteuse robe a tournure. et divers effet. Elle ne met pas la robe, mais garde l'eventail, et les rubans, pendant qu'ils pourront peut etre lui servir plus tard. Elle mets egalement une parure pour que la jeune fille n'ait pas de problemes.

Dis moi Mariette, je connais ce symbole, celui que tu porte autours du cou. Elle a egalement vécu dans cet endroit.... Parle moi de toi un peu... comment t'es tu retrouvée ici? Sais tu ou nous sommes actuellement?
O Captain! My Captain!

inscription sur notre mappemonde: http://www.mappemonde.net/carte/Steampunk-fr/monde.html
Retrouvez nous sur facebook : https://www.facebook.com/steampunk.fr
envie d’être rajouté au trombi? contactez moi
Avatar de l’utilisateur
Lady Chapillon
 
Messages: 10288
Inscrit le: 20 Août 2009, 10:53


Re: [RP] "15.3 Prisonnière de Ravington"

Messagepar Fée Mécanique » 24 Août 2010, 11:36

"Je sais plus trop M'dame. J'étais orpheline à Nantes. Il y avait un orphelinat à Nantes. C'est là qu'on m'a mise. Avant, j'avais souvent mal à la tête et je faisais des bêtises. Mais on m'a opérée alors j'en fais plus. Maintenant, le Maître m'emploie. Il m'a donnée au capitaine. Quand il est pas content, je suis punie. Alors je fais en sorte qu'il soit content."
Elle conservait son regard inexpressif mais Lady Chapillon pouvait voir une larme briller au coin de son oeil ; une larme qui disparut avant d'avoir coulé sur la joue pâle de l'adolescente.
Le matelot contrefait ouvrit soudain la porte en grondant :
"Mariette, on ne parle pas aux passagers !"
Il jeta un regard inquiet à Lady Chapillon mais il était impossible à celle-ci de savoir s'il était dû au fait qu'il réalisait tardivement avoir failli violer l'intimité d'une lady en train de se changer ou parce que, justement, Lady Chapillon ne s'était pas changée.
Mais il se contenta de dire :
« Vite, sinon Il va vous attendre ».

L'autre matelot, le grand tatoué au bras artificiel, attendait dans le couloir. Le regard noir qu'il lança à la prisonnière laissait entendre qu'il n'hésiterait pas à user de la force si elle se faisait prier. Du reste, dès que son camarade eut entraîné Lady Chapillon dans la coursive, il leur emboita le pas, suivi de Mariette qui semblait retombée dans son mutisme.
Le petit groupe traversa quelques corridors, monta plusieurs escaliers et s'arrêta enfin devant la porte de ce qui semblait être les appartements du capitaine.
Le premier matelot frappa puis ouvrit la porte, faisant signe à Lady Chapillon d'entrer. Sa propre peur semblait palpable.


La porte s'ouvrit sur une cabine luxueusement meublée, qui semblait totalement hors de propos dans un tel navire.
Tout le mobilier était Régence ; les murs, ornés de trophées de chasse et de bibelots venus des cinq continents. Un tapis persans épais comme une peau d'ours occupait l'intégralité du sol.
Et au milieu, confortablement assis dans un fauteuil, verre de bourbon-glace dans une main, l'autre posée sur la tête d'un chaton aussi blanc et touffu qu'une boule de poudreuse, Ravington attendait. Il était aussi squelettique que dans les souvenirs de Lady Chapillon, son long nez évoquant le bec d'un aigle et ses yeux enfoncés dans des orbites cernées de noir brûlant d'une folie malveillante.
Une lueur de joie passa néanmoins dans son regard lorsque le matelot referma la porte pour les laisser seuls.
Avatar de l’utilisateur
Fée Mécanique
 
Messages: 620
Inscrit le: 14 Octobre 2009, 10:34


Re: [RP] "15.3 Prisonnière de Ravington"

Messagepar Lady Chapillon » 24 Août 2010, 15:14

bien que nerveuse, lady Chapillon n'en laisse rien paraitre. Elle rentre dans la piece d'une demarche assurée, comme si c'etait son bureau, et que Ravington n'etait qu'un invité qui y avait patienté quelques instants.


Bonjour Ravington. Ca fait lontemps que nous ne nous sommes vus!
O Captain! My Captain!

inscription sur notre mappemonde: http://www.mappemonde.net/carte/Steampunk-fr/monde.html
Retrouvez nous sur facebook : https://www.facebook.com/steampunk.fr
envie d’être rajouté au trombi? contactez moi
Avatar de l’utilisateur
Lady Chapillon
 
Messages: 10288
Inscrit le: 20 Août 2009, 10:53


Re: [RP] "15.3 Prisonnière de Ravington"

Messagepar Fée Mécanique » 24 Août 2010, 17:08

"Bonjour, mon enfant, articula Ravington avec autant de lenteur que s'il savourait à chaque syllabe une victoire longtemps attendue. Vous me voyez chagrin de constater que mes goûts vestimentaires et les vôtres divergent. Tant pis, nous y verrons un décalage de générations... Quoi qu'il en soit, vous n'imaginez pas le plaisir que cette rencontre me procure ; ni tout le mal qu'elle m'a coûté. Neuf mois à vous attendre ! Vous êtes manifestement une femme très occupée, Lady Celia Chapillon... Mais je vous en prie, asseyez-vous."
Il lui désigna de son long bras maigre un des confortables fauteuils qui se trouvaient en face du sien.
"Vous devez vous demander ce qui a motivé tant d'insitance de ma part... C'est pourtant simple : nous n'avons plus eu l'occasion de nous revoir depuis les funérailles de feu votre père, moment où vous avez délaissé Londres pour ne plus quitter votre Fée mécanique. J'ignore ce qui vous a amené à vous défier ainsi de moi durant les neuf mois qui ont suivi. Les élucubrations d'un chasseur de monstres mythomane du nom de Nalwood, peut-être ? "
Il partit d'un petit rire un peu trop sec pour être spontané.
"Peu importe, le moment est venu de dissiper les derniers malentendus. J'entends bien vous convaincre que ce n'est plus la peine de me fuir. Je ne vous veux que du bien, Lady Celia, eu égard à l'amour que j'ai porté à vos parents. Quant au domicile, sachez que vous n'aurez plus besoin de votre zeppelin : durant les mois où je cherchais vainement à vous revoir, j'ai fait construire à votre intention un petit palais en Louisiane qui devrait être achevé incessamment. Je l'ai fait nommer « Lady Viane », en souvenir de votre mère. Car sachez que, durant toute sa vie, j'ai eu une profonde affection pour elle. Et je porte, à présent qu'elle n'est plus, une affection non moins grande à sa fille unique. Je compte d'ailleurs passer les prochaines années à vous le prouver."
Ses yeux brillaient d'une lueur indéfinissable, comme si un feu intérieur dévorait sa vieille carcasse au risque de la faire exploser à tout moment.
"Voyez-vous, Celia, je n'ai pas eu la chance d'avoir d'enfant puisque la femme dont j'étais épris a épousé un autre homme – un homme qui n'a pas su la rendre heureuse mais là n'est pas le sujet. Alors, si vous le souhaitez, vous qui êtes orpheline, je puis vous proposer de vous adopter afin qu'à ma mort, tous mes biens deviennent vôtres."
Son sourire s'épanouit alors, transformant son visage en un masque de démence satisfaite.
" Cela dit, j'espère ne pas vous faire une promesse d'Irlandais, mon enfant. Car, pour vous faire une confidence, je ne suis pas sûr de ne jamais pouvoir mourir..."
Comme s'il avait senti la tension atteindre un point de non retour, le chaton miaula soudain de terreur et tenta de s'enfuir. Mais Ravigton le retint fermement, faisant de sa main crochue une prison où la petite créature se débattait en couinant. Insensible aux griffes minuscules qui tentaient de lui labourer l'avant-bras, le vieil Anglais fixait Lady Chapillon en continuant de sourire.
Avatar de l’utilisateur
Fée Mécanique
 
Messages: 620
Inscrit le: 14 Octobre 2009, 10:34


Re: [RP] "15.3 Prisonnière de Ravington"

Messagepar Lady Chapillon » 25 Août 2010, 13:53

Lady chapillon regarde Ravington d'un air hautain. Elle ne supporte pas la maniere dont cet horrible bonhomme traite cette pauvre petite creature.

Laissez le!

Bien qu'éprouvée, lady chapillon, ne laisse rien transparaitre dans son comportement. Elle garde la tete haute

Fuir? moi? vous rigolez bien sur? Je suis une lady monsieur. Ce n'est pas pour fuir que je me suis installée dans la fée mecanique, mais bel et bien par choix.
Regardez moi sale traitre! Jamais, jamais je n'abandonnerais le zeppelin construit par feu mon pere, pour me constituer prisonniere dans une demeure qui vous appartient.

Quand a devenir votre fille adoptive? C'est bien mal me connaitre! C'est amusant comme nos visions de la meme histoire divergent. Dois je vous rappeler les conclusions des brigades du tigres sur la mort de mon pere? C'est un meutre! un horrible meutre, et vous en etes l'instigateur. Le fait que vous vous soyez enfuit avec le contenue de son coffre fort (ne mentez pas, seul vous, lui et moi en avions la clé) dissipe les derniers doutes qui auraient pu subsister. Vous n'etes qu'un vil chasseur de tresor, interressé par cette carte et ce a quoi elle peut vous mener (un tresor? du pouvoir?), et vous etiez prés a tuer.

Vous n'avez aucun interet monsieur, aucun! Vous etes un minable et je suis persuadée que vous serez sous peu mené en prison ou vous finirez votre misérable vie!!


Tout en prononcant ces mots, la lady observe les lieux, et cherche un moyen de fuir, ou une arme. elle avise un coupe papier sur un secretaire, et quelques bibelots relativement lourd pouvant servir d'arme si besoin.
O Captain! My Captain!

inscription sur notre mappemonde: http://www.mappemonde.net/carte/Steampunk-fr/monde.html
Retrouvez nous sur facebook : https://www.facebook.com/steampunk.fr
envie d’être rajouté au trombi? contactez moi
Avatar de l’utilisateur
Lady Chapillon
 
Messages: 10288
Inscrit le: 20 Août 2009, 10:53


Re: [RP] "15.3 Prisonnière de Ravington"

Messagepar Fée Mécanique » 25 Août 2010, 18:04

Aux mots de Lady Chapillon, le sourire de Ravington se changea brusquement en masque de haine pure. L'espace d'un instant, elle craignit qu'il ne lui lance son verre au visage ou, pire, qu'il n'écrase dans sa paume le chaton qui miaulait à fendre le coeur.
Puis, tout aussi soudainement, il éclata d'un rire tellement irrepressible qu'il semblait, pour le coup, sincère.

"Tuer ce vieil Ensor pour une carte ? Pour un trésor ?"
Son fou-rire était tel qu'il ouvrit inconsciemment la main, permettant au chaton de courir se réfugier dans les bras de Lady Chapillon. Il fallut plusieurs minutes à Ravington pour se calmer ; plusieurs minutes que la jeune femme employa à scruter la pièce : elle aperçut un casse-tête africain, accroché au mur, et considéra qu'en cas de nécessité, il ne lui faudrait que quelques secondes pour s'en emparer.
Mais, déjà, Ravington se remettait soliloquer :

"Allons, Celia, soyez raisonnable ! Je détiens aujourd'hui, grâce à mes activités lousianaises et grâce aux entreprises de votre père, une des plus grandes fortunes de l'empire britannique ! Sans compter ce grand dadais d'empereur français qui me mange dans la main depuis que je lui ai permis de faire son coup d'Etat de 1873 contre la Troisième République ! Certes, les "Brigades du Tigre", cette agence de détectives que vous avez infiltrée dans mon château du Devon juste après la mort de votre père, ont constaté que son porte-feuilles se trouvait dans ma chambre. Mais c'était pour une raison totalement privée : il y conservait les souvenirs de votre mère. Et c'est pour la même raison que j'ai fait cambrioler sa demeure à Londres. Vous l'ignorez sans doute, Celia, mais c'est moi que Lady Viane aurait dû épouser. Votre grand-mère m'avait promis sa main juste avant d'aller se faire tuer bêtement en Crimée. Hélas, il est mort là-bas et Lady Viane, mal conseillée, a choisi le mauvais prétendant. Savez-vous ce que votre père lui a offert quand il lui faisait la cour ? Un simple diamant qu'il avait découvert lors d'une de nos aventures communes vers 1850 ; tandis que moi, j'aurais pu lui offrir tellement plus ! Dès ces années, j'avais lu les écrits du professeur West : j'aurais sans doute pu l'empêcher de mourir de cette stupide pneumonie en 1865 !"
Les yeux du vieil homme flamboyèrent.
"Je vais être honnête avec vous, Celia, puisque vous l'avez été avec moi. Votre père n'a jamais su rendre heureuse votre mère, tout occupé qu'il était par ses maudits dirigeables. C'est pour cela qu'elle s'est laisser mourir. Je suis rentré de Louisiane pour ses funérailles, vous vous en souvenez sans doute : c'était en 1865 et vous aviez dix ans. C'est à ce moment que l'esprit de votre mère m'a parlé : elle m'a demandé de la venger et c'est pour cela, pour cela seulement, que j'ai empoisonné votre père à la Noël dernière ! J'aurais certes pu le faire dès cette année 1865 mais je lui ai laissé un sursit de plus de treize ans car il m'était devenu utile. Sans lui, je n'aurais jamais obtenu l'oreille de la reine Victoria, sans lui, je n'aurais jamais pu jouer ce rôle essentiel que j'ai tenu pendant la Grande Guerre !
Mais quand la guerre s'est terminée, j'ai su qu'il était temps. Alors j'ai enfin tenu ma promesse à Lady Viane en exécutant votre père. Je l'ai fait pour elle, Celia. Mais surtout, je l'ai fait pour vous. Pour que vous puissiez être à mes côtés ! Moi, je saurai vous rendre heureuse ! Moi, je saurai vous protéger de la mort ! Et même si vous me détestez aujourd'hui, même si vous rêvez à présent de me fuir, eh bien, un jour, vous saurez que j'ai eu raison et vous me remercierez à genoux !"

Pour ponctuer sa dernière phrase, il jeta son verre de whisky, qui explosa sur le sol.
Avatar de l’utilisateur
Fée Mécanique
 
Messages: 620
Inscrit le: 14 Octobre 2009, 10:34


Re: [RP] "15.3 Prisonnière de Ravington"

Messagepar Lady Chapillon » 01 Septembre 2010, 16:59

l'argent? Un diamant?
mais vous croyez donc que c'est ce qui intéressait ma mère? Vous n'êtes pas capable de reconnaitre un mariage d'amour?

Vous êtes un malade. Un grand malade. vous croyez a toute ces bêtises? Ma mère repose en paix, j'en suis certaine. Je me souvient d'elle, quand j'étais encore une enfant, me souhaiter d'être aussi heureuse qu'elle l'était. Je me souviens des echanges que mon pere et elle echangeait. Elle est morte de maladie, certe, mais en paix, car assurée qu'il prendrait soin de moi et qu'il l'aimerait toujours. Et vous savez bien qu'il ne s'est jamais remarié, et qu'il a fait dire une messe pour le repos de son ame chaque mois pendant toutes ces années....


marchant a travers la pièce pour se rapprocher peu a peu du casse tète tout en tentant de garder un air flegmatique et sure d'elle

Bon parlons sérieusement... quand me rendrez vous l'héritage de mon père? et, maintenant qu'il est définit que je n'habiterais pas dans votre prison dorée, ou est la sortie?
O Captain! My Captain!

inscription sur notre mappemonde: http://www.mappemonde.net/carte/Steampunk-fr/monde.html
Retrouvez nous sur facebook : https://www.facebook.com/steampunk.fr
envie d’être rajouté au trombi? contactez moi
Avatar de l’utilisateur
Lady Chapillon
 
Messages: 10288
Inscrit le: 20 Août 2009, 10:53


Re: [RP] "15.3 Prisonnière de Ravington"

Messagepar Fée Mécanique » 02 Septembre 2010, 07:07

"L'amour ? grinça Ravington sur un ton de mépris absolu. Sachez, petite Celia, que tout ce qu'éprouvait votre père pour votre mère se résumait à une attirance érotique et sentimentale ! Mais le POUVOIR qui était en elle, ça, jamais il ne l'a vu ! Jamais il ne l'a estimé à sa juste valeur. Tandis que moi, c'est tout de suite ça que j'ai vu en Lady Viane. Elle aurait pu m'être d'une aide incommensurable mais tout cela a été gâché par votre père... Heureusement, il s'avère que ce pouvoir vous a été transmis. Alors, ce que je n'ai pas pu faire avec l'aide de votre mère, Lady Celia, je le ferai avec la vôtre."

Il éclata d'un rire sans joie.
"Quant à votre "héritage", certes, je ne nie pas avoir falsifié le testament de votre père afin qu'il me désigne comme héritier de ses usines de zeppelins. Mais j'avais pour cela l'aval du Ministre de la Défense britannique, à qui j'ai promis que je continuerai à approvisionner l'armée tandis que nous n'étions pas sûrs que vous, devenue propriétaire de ces machines, vous accepteriez de le faire. Nous avions déjà eu dans les années 60 le cas de Mr Phill, qui avait tenté de convaincre votre père de refuser toute application militaire des zeppelins au nom de stupides idéaux pacifistes...
Cependant, j'ai un autre héritage à vous proposer, Lady Chapillon. Un héritage que, cette fois, personne d'autre ne pourra vous offrir. Cet héritage s'appelle le "Projet Reanimator" et c'est ce qui a été ma raison de vivre depuis que votre mère m'a éconduit en l'an 1855. Ce projet a votre âge et, tout comme vous, il est enfin prêt à donner toute sa puissance. Aussi je compte bien vous en faire cadeau au nom de l'affection et de l'estime que j'ai pour vous."
Avatar de l’utilisateur
Fée Mécanique
 
Messages: 620
Inscrit le: 14 Octobre 2009, 10:34

Suivant

Retour vers Index du forum

Retour vers L'affaire Ravington

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité