Go to footer

Aller au contenu


[RP] 13.3 - Un sous-marin en piteux état

Les épisodes précédents.

[RP] 13.3 - Un sous-marin en piteux état

Messagepar Joseph Mc Carthy » 15 Juillet 2010, 11:02

Après que toute la troupe fut partie vers de probables aventures douloureuses, Joseph était retourné auprès du petit submersible. Cela faisait maintenant une bonne heure qu'il bougonnait en constatant toujours plus de dégâts sur la coque, les propulseurs, les appareils de stabilisation... Il finit par revenir voir Alexander qui contemplait les eaux de la Loire, mélancoliquement avachi sur un morceau de bois flotté.
"Bon, c'est pas joli joli! faut qu'on aille en ville trouver de quoi réparer les dégâts, ou au moins colmater les fuites. Seriez-vous partant pour une expédition sur les docks, milord? Va nous falloir au moins une tôle de 5, des rivets, si possible une hélice calibre 44 et un plein de gasoil. Et j'ai pu de cigare!"
Il rentra rageusement dans la cabine du sous-marin, faisant résonner le métal sous ses pas.
Dernière édition par Joseph Mc Carthy le 21 Juillet 2010, 10:00, édité 1 fois au total.
Si ça grince c'est que ça tourne, et c'est déjà pas mal!
Avatar secondaire d'Utelo, car quand on aime on ne compte guère.
Avatar de l’utilisateur
Joseph Mc Carthy
 
Messages: 260
Inscrit le: 05 Mai 2010, 21:49


Re: Un sous-marin en piteux état.

Messagepar Joseph Mc Carthy » 16 Juillet 2010, 10:18

Quelques instants plus tard le moteur grogna, toussa, couina un peu mais finit par démarrer. Le mécano poussa les gaz à fond histoire de décrasser la tuyère amphibie, lâchant un nuage noir assez dense dans l'air frais de la berge.
Pendant plusieurs minutes, rien ne se passa.
Puis Mc Carthy émergea à nouveau de la cabine de son pas énergique, s'approcha du "Milord" et le saisit par le coude, gentiment mais fermement. L'autre ne réagit pas, et sous la guidance de Joseph se laissa mener dans le bathyscaphe.
La porte de l'écoutille claqua derrière eux, les joints furent écrasés, le moteur hurla à nouveau et le petit sous-marin s'éloigna de la rive sablonneuse.

Moins d'un quart d'heure plus tard le port se profilait devant eux, caché pour moitié par le clapotis d'eau un peu verte de l'embouchure. Joseph plongea alors, afin de s'approcher des pontons en passant sous les bateaux amarrés ça et là. Il coupa bientôt le moteur et joua avec les niveaux dans les ballasts pour venir se poser discrètement sous l'un des plancher de bois recouvert de pétoncles; entouré de trois autres côtés par le mur du port, l'eau et la coque d'un bateau, ils devraient être tranquilles.
Joseph sourit de satisfaction et verrouilla les niveaux. Il se dirigea ensuite vers l'écoutille supérieure, qui lorsqu'il la déverrouilla laissa entrer un air chargé d'embruns dans la cabine. Alexander n'avait pas décroché un mot de tout le trajet, les yeux perdus dans le vague... Et c'est à peine s'il bougea la tête lorsque le mécanicien s'adressa à lui:
"Alors, vous v'nez?"
Si ça grince c'est que ça tourne, et c'est déjà pas mal!
Avatar secondaire d'Utelo, car quand on aime on ne compte guère.
Avatar de l’utilisateur
Joseph Mc Carthy
 
Messages: 260
Inscrit le: 05 Mai 2010, 21:49


Re: Un sous-marin en piteux état.

Messagepar Joseph Mc Carthy » 21 Juillet 2010, 10:20

Son sourire se déconfit devant l'inanition de son compagnon de fortune. Il reprit un air bougon et s'apprêta à sortir de l'appareil lorsqu'il distingua un bout de truc, visiblement caché sous une couverture derrière des caissettes, de l'autre côté de la cabine pourtant pas bien grande.
Ses yeux s'étrécirent jusqu'à ne devenir que deux fentes, sa mâchoire inférieure s'avança pour lui donner un air rogue, il redescendit douuucement les échelons, saisit un clef à molette de sa sacoche et s'approcha sans bruit du recoin.
*Ouep, j'l'avais oublié celui-là...*
Il se baissa, et en un seul geste arracha la couverture et abaissa l'arme improvisée. Un glapissement s'éleva, suivi d'un gémissement chevrotant; Ménadier avait lâché le couteau qu'il avait dégotté on ne sait d'où, quelques os de sa main droite visiblement cassés.
"Alors sale fouine, t'attendais ton moment pour nous saigner? ça va mieux on dirait."
Le flic tenta une charge désespérée mais ne réussit qu'à s'assommer dans le bastingage après que Joseph l'ait esquivé tout en lui faisant un croque-en-jambe. Non loin de là, Alexander ne réagit même pas à la bagarre.
Le mécano renifla de dédain et se mit en devoir de ligoter proprement le prisonnier à l'un des volants permettant de maintenir les niveaux des ballasts. Il en profita aussi pour détrousser le prisonnier; après tout, tout le monde devait participer à l'effort de guerre, et lui n'était pas le plus fortuné du lot. En le fouillant il découvrit un petit objet biscornu. *A tout les coups ça pourrait plaire à une femme ce genre de trucs* se dit-il avant de le fourrer dans sa poche.
"Bon, je vous le confie milord. J'espère ne pas en avoir pour longtemps là-haut."
Il se leva et regarda une fois de plus Alexander d'une façon un peu trop soutenue pour quelqu'un de son rang; pas de réponse...
Il sortit de la cabine, se faufila jusqu'au bateau contre lequel il s'était installé et profita -belle aubaine- d'une écoutille entrouverte pour pénétrer dans le bâtiment. Là il attendit quelques secondes que ses yeux s'habitue à l'obscurité, se saisit d'un sac assez lourd et se dirigea vers l'escalier, qui grinça sous la contrainte.
Si ça grince c'est que ça tourne, et c'est déjà pas mal!
Avatar secondaire d'Utelo, car quand on aime on ne compte guère.
Avatar de l’utilisateur
Joseph Mc Carthy
 
Messages: 260
Inscrit le: 05 Mai 2010, 21:49


Re: Un sous-marin en piteux état.

Messagepar Fée Mécanique » 21 Juillet 2010, 17:45

Alexander ne répondait pas car il avait faim. Très faim. Incroyablement faim. Faim comme seuls les vampires peuvent avoir faim. Il n'avait pas mangé depuis que la Fée mécanique avait quitté Paris plus de vingt-quatre heures plus tôt.
Cette faim avait commencé à le tenailler peu avant l'arrivée à Nantes et il avait du déployer de gros efforts pour oublier les pouls palpitants de ses compagnons de voyage...

Mais ils étaient partis, le laissant avec le mécanicien américain qui sentait l'huile de vidange et le prisonnier qui sentait des choses encore plus malodorantes. Lutter contre son envie d'aller "chasser" occupait désormais tout son esprit. Son corps tout entier pulsait au rythme de sa faim...
Et puis McCarthy lui lança brusquement le prisonnier dans les pattes !
Le prisonnier dont il avait goûté le sang capiteux la veille. Le prisonnier qui avait une fois de plus tenté de leur nuire. Le prisonnier qui n'avait pas le droit de vivre. Le prisonnier dont la mort fâcherait sans doute Drako et les autres, cependant.
Le prisonnier qui, soudain, cracha un jet de salive mêlé de sang.
Mêlé de sang.
De sang.
De sang.
De sang.
De sang.
De sang.
...
Alexander n'y tint plus et, avant d'avoir réalisé ce qu'il faisait, bondit sur Ménadier et lui enfonça ses crocs dans la carotide. Le policier poussa un glapissement de bête terrifiée mais Alexander ne l'entendait pas, tout à l'extase de son repas si longtemps différé...
Avatar de l’utilisateur
Fée Mécanique
 
Messages: 620
Inscrit le: 14 Octobre 2009, 10:34


Re: Un sous-marin en piteux état.

Messagepar Joseph Mc Carthy » 24 Juillet 2010, 01:04

Gagner les quais depuis le pont fut une formalité, rien de plus banal qu'un matelot déchargeant un raffiot dans un port. Il s'éloigna un peu et finit par déposer le sac contre un mur, s'arrêta un instant pour faire semblant de se rouler une cigarette, et lorsqu'il fut sûr que personne ne l'observait il repartit d'un bon pas. Sa jambe tirait un peu, l'espace confiné et agressif du sous-marin combiné avec les heures d'efforts l'avait mis à plat. Enfin, il n'était pas temps de geindre, il fallait qu'il se dépêche de trouver de la tôle et du carburant.
Le port était plutôt tranquille si l'on exceptait les forces de l'armée, curieusement très présentes; des patrouilles de trois ou quatre hommes sillonnaient les rues et places entre les dockers, le fusil en bandoulière et la mine pas très avenante. Joseph finit par aborder un soldat pour lui demander un peu de tabac.
"Dites-donc mon vieux, qu'est-ce qui se passe aujourd'hui? Vous attendez un convoi secret défense ou quoi?"
Le militaire décocha un regard noir au mécanicien, ses mains se rapprochèrent subrepticement de son arme.
*Ah, on dirait que j'ai vu juste* se dit Joseph alors qu'il répondait au type par le plus beau sourire de crétin qu'il pouvait arborer. Celui-ci se détendit un peu, lui fit un signe de tête et finit par lui signifier que la conversation était finie en rejoignant les autres gars de sa patrouille, adossé à un hangar un peu plus loin.
Joseph commença alors à chercher les "docks ferraille", là où l'on entreposait les plaques d'acier nécessaires à la réparation des navires, sur le chantier naval. C'était assez facile, il suffisait de se repérer au bruit; il y avait toujours un bateau à réparer et le martèlement des masses sur le métal était caractéristique.
Deux minutes plus tard, il pénétrait dans le premier hangar du chantier.
Si ça grince c'est que ça tourne, et c'est déjà pas mal!
Avatar secondaire d'Utelo, car quand on aime on ne compte guère.
Avatar de l’utilisateur
Joseph Mc Carthy
 
Messages: 260
Inscrit le: 05 Mai 2010, 21:49


Re: Un sous-marin en piteux état.

Messagepar AlexanderVSchwartzon » 24 Juillet 2010, 15:58

Alexander était né sous un genre de malédiction.
Cette imprécation lui avait été remise par les Dieux, pour on-ne-sait quelle raison. Depuis sa naissance, elle avait été là, pesante et affreuse, elle faisait de sa vie le pire des enfers.
Cet homme était condamné à ne devoir partagé sa vie avec personne, tous ses proches mourraient, ses amours disparaissaient...Il était seul, il devait vivre seul, se faisant bannir de ci de là, et jeté partout où il allait. Son père l'avait jeté, l'amour de sa vie l'avait jeté...
En s'enfuyant de la demeure familiale, il pensait trouver refuge sur un zeppelin, il serait proche d'autre personnes...Cette perspective de rencontrer des non-touchés* et de s'en faire des amis lui avait plu.
Il ne s'était pas douté que tout cela n'était qu'illusion. Lui qui voulait se faire de nouveaux amis, lui qui voulait reprendre une nouvelle vie se trouvait en ce moment même en train de mettre à l'eau une nouvelle fois un des projets de ces gens.

Inepties.


"_RAAAAAH !"
Alexander gronda dans le sous marin. Ménadier était mort, définitivement. Le sang de l'homme avait taché tout le costume gris du vampire. Celui ci se mit à pleurer et son antique haine refit surface soudainement.
Les murs tremblèrent sous ses coups, tachant du sang de Ménadier tout ce qu'il touchait.
Il se maudit, maudit sa vie et son existence, maudit ces hommes et ces femmes, cette race et ce monde. Pourquoi était-il un touché ? Injustice divine ! Il se mit à hurler de rage, les yeux flamboyants d'une lueur noire.
Il tendit un bras tremblant et d'un geste fit tourner l'ouverture de l'écoutille.
L'air frais du début de soirée s'engouffra dans le sous marin. Il saisit le cadavre de Ménadier par les cheveux et le jeta par dessus bord.
Déterminé et totalement conscient de ce qu'il était en train de faire, il rentra dans la cabine, referma l'écoutille et se posta devant les commandes.
"Désolé McCarthy..." chuchota-t-il.
Puis une pensée lui vint pour cette jeune femme, Ivy...Une pensée si forte qu'elle avait du la sentir car elle avait bu de son sang...
D'une main ferme il attrappa les commandes du sous marin, et celui ci démarra dans un vrombissement sonore, puis s'éloigna du pont qui le cachait, et fusa ensuite vers l'horizon, bien décidé à quitter cette "vie" et à atteindre l'Orient.
Seul témoin de cet évènement, le cadavre de Ménadier qui flottait calmement sur l'eau, la gorge violemment déchiquetée. [/i]



*Non touchés : Les non-touchés sont ceux qui n'ont pas été touchés par la "maladie", comme dans ce monde le fait d'être un vampire est un genre de virus.
[HRP : c'est plutôt une maladie congénitale mais je doute que la science du XIXe siècle, même alternative, ait fait la différence. Donc, va pour les "non-touchés" ;) ]
"Aussi noir que l'Æther"

http://aether-creature.tumblr.com/
Avatar de l’utilisateur
AlexanderVSchwartzon
 
Messages: 1663
Inscrit le: 21 Août 2009, 20:47
Localisation: Metropolis


Re: Un sous-marin en piteux état.

Messagepar Fée Mécanique » 26 Juillet 2010, 18:06

Le quai où était arrivé McCarthy était un petit avant-port situé à quelques kilomètres en aval de Nantes et dévolu aux réparations des bateaux. On y trouvait effectivement de nombreux hangars, dont ceux où était entreposée la ferraille.
C'est dans l'un d'eux que l'Américain était entré.

Etrangement, les lieux semblaient déserts, à l'opposé de l'agitation provoquée par la présence des militaires à l'extérieur.
Cependant, en tendant l'oreille, McCarthy parvint à entendre le son d'une conversation à voix basse. La configuration des lieux en faisait ricocher les échos sur les murs de métal, si bien qu'il entendait tout distinctement mais qu'il lui était en revanche impossible d'en déterminer l'origine :

"C'est un gars du 8e qui me l'a dit. On peut faire confiance aux Marsouins pour dire la vérité : ils ne sont pas assez malins pour inventer des bobards. Tout ce qu'ils savent faire, ces gars-là, c'est massacrer tout le monde sur leur passage ; je les ai vu faire en Indochine il y a douze ans... A côté, même les janissaires turcs, c'est des enfants de coeur !"
"Mais d'abord, qu'est-ce que foutait un gars de l'infanterie de Marine dans le Bellérophon ?" Vous êtes pas foutus de garder les côtes tous seuls, maintenant ?
"Ben on nous inflige les Marsouins rapport aux rumeurs avec l'Angleterre. On dit que Victoria fait exprès de multiplier les incidents de frontières et qu'elle serait en cheville avec Louis d'Edelstadt pour nous la mettre bien profond à la première occase. Nos alliés n'ont pas aimé la façon dont Napo s'est arrogé toute la victoire contre les Prussiens."
"Bah, tout ça, c'est de la politique..."
"Ouais, sauf que toi, Armand, t'es tranquille à réparer les raffiots ici. Alors que moi, je suis à bord d'un bateau de guerre et quand ça tourne mal, le gros calibre, c'est sur la tête au Firmin qu'il tombe ! T'as déjà vu la taille d'un obus de marine ?"
"Eh, pleure pas, on filera une médaille à ta veuve ! Mais donc, tu disais que le Bellérophon a changé de cap juste pour rejoindre un bateau civil au sud. Et tout ça pour y transférer une lady qui était prisonnière à votre bord ?"
"Exactement ! Une Anglaise qui était arrivée dans un zeppelin intercepté par la chasse au dessus de l'île d'Hoëdic. C'est là que, d'après mon Marsouin, on a attrapé la fille. Il faisait partie de l'équipe de débarquement et pense que c'était une espionne ou un truc comme ça. Ensuite, on a fait au moins trente miles plein sud juste pour la remettre dans ce bateau. Et là, le plus bizarre, c'est que le capitaine aurait dit "surtout, pas un mot sur ce qui s'est passé ; c'est secret défense."
"Ah ben entre ton Marsouin et toi, ils sont bien gardés les secrets-défense !ricana l'autre. Bon allez, Firmin, oublie tes fantasmes de ladies anglaises prisonnières. Dis-moi plutôt quelle quantité tu en veux cette fois-ci. Car cette fois, c'est de la bonne : venue de Chine à travers le Tonkin malgré le blocus. Tu m'étonnes qu'on les énerve les Anglais, avec nos circuits qui leur échappent en pleine Guerre de l'Opium !"
Avatar de l’utilisateur
Fée Mécanique
 
Messages: 620
Inscrit le: 14 Octobre 2009, 10:34


Re: Un sous-marin en piteux état.

Messagepar Fée Mécanique » 29 Juillet 2010, 12:46

Sans que rien n'ait pu lui permettre de le prévoir, une cloison métallique s'ouvrit et McCarthy tomba nez-à-nez avec deux hommes -- les deux qui avaient tenu cette étrange discussion. Le premier était petit et rougeot, sanglé dans un uniforme de quartier-maître de la Marine impériale ; le second était grand et maigre, avec de longs cheveux filasses et un bleu de travail maculé d'huile et de graisse.
Les deux hommes poussèrent une interjection de surprise... tout comme McCarthy qui ne put réprimer un juron dans sa langue maternelle.

"Un espion !" glapit le grand maigre.
"Un Anglais !" s'écria le petit gros, tirant aussitôt de son étui un pistolet LeMat un peu démodé mais toujours dangereux.
La fureur qui brillait dans ses yeux ne laissait aucun doute sur ses intentions si bien que, soucieux de rester en vie, l'Américain n'eut d'autre choix que de lui saisir le poignet et de lui envoyer son genou (celui de sa jambe artificielle !) dans le bas-ventre. Le quartier-maître s'effondra et McCarthy put tourner son attention vers le mécanicien... juste à temps pour percevoir le mouvement d'une grosse clef à molette qui le cueillit sur le côté du crane.
Le choc lui fit perdre connaissance.


Quand il se réveilla, un temps indéterminé plus tard, McCarthy s'aperçut qu'il était au secret dans un petit réduit et que ses mains étaient entravées derrière son dos par des cordes. Il lui fallut encore un long moment pour reprendre tous ses esprits. Son crane le lançait terriblement et il devinait qu'il garderait dans les jours qui allaient venir une bosse d'une taille des plus respectables... du moins, s'il lui était donné de vivre les jours qui allaient venir.
Il entreprit donc de défaire ses liens. Ils avaient été faits par un marin mais lui-même avait suffisamment navigué pour connaître les noeuds de marine. Il se mit donc à la tâche dans l'obscurité.

Au moment où il parvint enfin à libérer ses mains, il perçut des cris à l'extérieur, juste de l'autre côté de la paroi de sa "prison" improvisée.

" Le quartie de Sainte-Ephidie est en flammes !"
"Paraît que c'est un coup des nonnes !"
"Non, on a vu des Inquisiteurs, c'est la Steam-Inquisition qui a fait le coup !"
"Bah, nonnes ou inquisiteurs, tout ce qui compte pour ces religieux, c'est d'empêcher les gens de s'amuser !"
"Bon, les gars, assez bavassé, les pompiers ont besoin d'aide. Allons leur donner un coup de main !"
McCarthy perçut alors distinctement le bruit d'une petite foule qui quittait l'avant-port pour prendre la direction de Nantes. Il espérait que l'abandon des lieux par une partie de sa population allait lui permettre de s'évader plus facilement.
Il ressentait néanmoins une certaine anxiété à l'idée que ses compagnons de voyage devaient se trouver précisément là où était l'incendie...

[EDIT : Joseph, nous avons pris en main ton PJ en ton absence de façon à ce que tu n'accumules pas trop de retard sur les autres. Mais, bien évidemment, tu reprends la main quand tu veux ;)
A l'heure actuelle, l'action est contemporaine de l'exfiltration des autres PJ par la Steam-Inquisition, juste avant que l'aube ne se lève et quelques heures avant le coup de filet lancé par l'armée contre la SI.]
Avatar de l’utilisateur
Fée Mécanique
 
Messages: 620
Inscrit le: 14 Octobre 2009, 10:34


Re: Un sous-marin en piteux état.

Messagepar Joseph Mc Carthy » 03 Août 2010, 14:46

Malgré la douleur qui irradiait jusque dans sa nuque et son implant *Bon Dieu, la connexion!*
Joseph se figea de panique un instant et se concentra autant qu'il le put pour vérifier si tout se passait bien; visiblement la liaison neurale qui remplaçait le morceau de moelle épinière qui avait été autrefois écrasée fonctionnait normalement, il arrivait à contrôler jusqu'à ses orteils et ressentait le contact de ses vêtements sur la partie inférieure de son corps. Avec un grand soupir de soulagement il se remit à dénouer les cordes, lentement, séquentiellement. Après tout, tant qu'il ne pourrait vérifier si le câble était bien en place il valait mieux éviter tout déplacement superflu.
Les secondes glissèrent les unes sur les autres comme le faisaient ses liens, et après quelques minutes de cette lutte au calme apparent il put enfin effectuer un check-up; il ouvrit sa chemise et le module de son torse éclaira d'une lueur bleutée diffuse la petite remise dans laquelle il se trouvait enfermé.
Ok, tout va bien, se dit-il alors qu'il se mettait debout et commençait à explorer la pièce. Là un établi, à côté des étagères, ah, du gasoil. Il continua ainsi son exploration et finit par trouver ce dont il avait besoin pour réparer le sous-marin.
*Bien sûr, ce sera pas parfait mais ça ira bien pour le moment. Mais qu'est-ce que c'est qu...*
Joseph venait de tirer sur un drap graisseux, recouvrant un truc suspendu dans un coin de l'atelier. Le truc en question était de forme bizarre, ressemblait à un amas de tubes de diamètres divers, comme entassés autour d'un... *harnais!?*
Joseph observa la machine plus attentivement et commença à rigoler tout bas. Ses yeux pétillaient d'excitation, et son tic à l'oeil le reprit, preuve qu'il était face à quelque chose qui le faisait jubiler secrètement. Il continua ainsi plusieurs minutes, touchant ici, soulevant là, actionnant et poussant de petits "ho!", tellement absorbé qu'il était devenu sourd aux clameurs qui s'élevaient au-dehors de plus en plus fort et au mal de crâne qui lui vrillait la tête.
Il finit par taper dans ses mains trois fois, comme à chaque fois qu'il avait compris ce qu'il étudait (ou le pensait) et se glissa prestement les lanières de cuir sur les épaules tout en faisant bien attention à son câble; il ajusta les sangles, testa le poids de la chose... hum il était un peu trop malingre mais en compensant sur sa jambe forte, ça irait. Il attrapa son sac, plein de son butin du jour, et se le passa sur l'épaule; il saisit le jerrycan de carburant dans sa main gauche; de la droite il chaussa ses lunettes de protection et tourna la molette sur son torse: il allait avoir besoin de toute les ressources nécessaires pour rejoindre le sous-marin...
Un léger tremblement l'agita alors que la pression montait dans le système qui lui permettait de se mouvoir, couplé à la décharge d'endorphine nécessaire à l'encaissement du choc. Il tira alors sur la courroie qui permettait de remonter le mécanisme de la machine qu'il avait installé sur son dos: le bras mécanique se déplia en cliquetant et vint se placer par-dessus son épaule droite, prêt à l'emploi. C'est avec un rire de pure contentement qu'il glissa son bras dans le système de contrôle haptique attaché au harnais, s'approcha de la porte et la dégonda à l'aide de son nouveau membre, purement et simplement.
Alors qu'il sortait du hangar tel un golem, ne tolérant aucun obstacle en travers de sa route, les rares personnes encore présentes ne purent que fuir. Plus tard, les plus influençables d'entre elles raconteraient qu'elles avaient croisé ce jour un avatar d'Héphaistos, aux yeux aveugles et aux membres démesurés, crachant la fumée et riant comme un dément, et que c'était lui qui avait détruit le port en quelques minutes.
Si ça grince c'est que ça tourne, et c'est déjà pas mal!
Avatar secondaire d'Utelo, car quand on aime on ne compte guère.
Avatar de l’utilisateur
Joseph Mc Carthy
 
Messages: 260
Inscrit le: 05 Mai 2010, 21:49


Re: Un sous-marin en piteux état.

Messagepar Fée Mécanique » 03 Août 2010, 16:57

L'euphorie bien légitime de McCarthy ne dura que jusqu'au moment où il atteignit les docks. Là, une mauvaise surprise l'attendait : le sous-marin avait disparu !
Il eut beau le chercher, il ne le trouva nulle part, pas même sous la forme d'une épave coulée dans l'avant-port.

C'est alors qu'il opérait son inspection minutieuse de la berge qu'il vit soudain l'un des premiers rayons de soleil de cette journée du 3 octobre 1879 faire étinceler un objet métallique flottant entre deux eaux. Cet objet était une gourmette. Et son propriétaire, dont le bras s'était coincé dans une chaîne d'amarrage, n'était autre que l'inspecteur Ménadier, dont la gorge avait été déchiré et qui semblait avoir été fraîchement saigné à blanc.
McCarthy comprit aussitôt que les relations entre l'inspecteur et Alexander avaient dû se compliquer durant ses quelques heures d'absence.
Et il comprit également que, s'il restait là, il risquait fort de se voir accuser du meurtre.

Peu soucieux d'agraver une situation déjà suffisamment délicate, il décida de prendre la poudre d'escampette...
Avatar de l’utilisateur
Fée Mécanique
 
Messages: 620
Inscrit le: 14 Octobre 2009, 10:34

Suivant

Retour vers Index du forum

Retour vers L'affaire Ravington

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité