[projet] contrebandier écossais

Vos créations textiles, à baliser selon l'état d'avancement : [Projet] [En cours] ou [Fini]. Si c'est un costume entier abouti, c'est dans la Galerie que ça se passe.
aurelien
Messages : 16
Inscription : 27 février 2012, 11:02

[projet] contrebandier écossais

Message par aurelien » 27 février 2012, 21:12

voici en vrac qlq idées pour un contrebandier écossais

l'idée, sans les accessoires, serait:
de bas en haut

botte --> http://www.fereymedieval.com/fiche.php? ... le&ref=2HH
chaussette en laine qui montent au genoux
kilt aux couleurs des macleod
sporran
chemise de ce type ---> http://storage.canalblog.com/29/02/671088/49371707.jpg (c'est pas moi sur la photo trouver sur google)
Chèche ou keffié
vieux bonnet de moto ou aviateurhttp://www.dan-military.com/307-586-thickbox/c ... marron.jpg
ou calot d'unioniste
grand coupe vent à la corto maltese avec des engrenages sur le col devant.

accessoires à venir : un masque à gaz, une montre à gousset (à porter en réparation) et deux ou trois petites bricoles en fonction du budget et de ce que je trouve

les bottes et la chemise me servent pour le med mais pour raison budgétaire (achat de voiture et pontoise) je les réutilise pour débuter mais seront vite changés pour des affaires plus 19eme.

photo à venir

De base c'est pour jouer les contrebandiers dans une soirée starwars dans 15j et être amélioré pour du steampunk ultérieurement.

questions conseilles critiques etc. ???
marius nightmare
Messages : 4372
Inscription : 08 septembre 2010, 23:39

Re: [projet] contrebandier écossais

Message par marius nightmare » 27 février 2012, 21:55

Contre-bande quoi?
Comment se défent-il?
Avec qui ou contre qui?

Faut qu'on sente l'histoire du perso.
aurelien
Messages : 16
Inscription : 27 février 2012, 11:02

Re: [projet] contrebandier écossais

Message par aurelien » 27 février 2012, 22:12

l'histoire est en cour de rédaction afin de s'intégrer au mieux dans l'univers de ce forum et dans la réalité historique de la fin du 19eme.
Avatar de l’utilisateur
margeval
Messages : 1730
Inscription : 18 mai 2011, 21:30
Localisation : Namur (Belgique)

Re: [projet] contrebandier écossais

Message par margeval » 27 février 2012, 22:12

Bien, comme je le disais ailleurs c'est un bon début. ;)

Peut-être penser à un gilet (ne fut-ce que pour mettre la montre à gousset).
On peut en trouver en friperie pas cher, j'en ai même vu en tissus écossais (mais gaffe à pas superposer deux tartans différents).

Est-il prudent dans la profession de se balader sans armes ?
Un flingue genre pistolet écossais (flintlock) serait du plus bel effet
http://www.armae.com/moderne/135pistolets.htm (en milieu de page sur fond rouge)
La référence c'est juste pour l'image (je ne discute pas du prix)
On peut aussi trouver des répliques de flingues en brocante pour une quarantaine d'euros ou moins selon ta chance.

Penses aussi à une ceinture en cuir et des sacoches, cartouchières, et autres brols qui y seraient attachés, ça le fait toujours.

envoie des photos dès que tu as rassemblé tout ça ! ;)

AH oui, au fait : bonjour collègue !
http://www.steampunk-fr.com/viewtopic.php?f=63&t=5046
:lol:
Maison Lambert, le futur c'est déjà hier !
Vive les vaporistes libres et indépendants.
aurelien
Messages : 16
Inscription : 27 février 2012, 11:02

Re: [projet] contrebandier écossais

Message par aurelien » 27 février 2012, 22:24

simple omission du gilet.
Comme je disais ci dessus les accessoires arriveront après pour rendre ce personnage moins déguisement plus réaliste.
aurelien
Messages : 16
Inscription : 27 février 2012, 11:02

Re: [projet] contrebandier écossais

Message par aurelien » 27 février 2012, 23:42

Voici l'histoire de contrebandier.

nom : Wilhuff MacLeod
né le :15/11/1854
âge : 25 ans
à : Fort William

Histoire personnelle : Fils de cheminot du nord de l'écosse, dés ses 12 ans, il suit son père sur sa locomotive sur les routes des Highlands. Il se passionne très vite grâce à cela, à deux choses : la mécanique et les voyages.

Durant son enfance, il développe un talent hors du commun à réparer l'irréparable avec les moyens du bord. Et très vite il fit le tour des gares du nord de l'écosse puis du pays. Durant un séjour à Edimburg, il est repéré par un ingénieur londoniens qui lui propose de devenir son apprenti et de s'installer dans la capitale de l'empire, il a alors 16 ans. Pendant deux ans, il travaille avec son maître sur différents prototypes de locomotives, de bateaux ou encore de dirigeables.

Vers 18 ans, lui et son maître doivent passer quelques mois sur les chantiers navales de Dublin pour travailler sur un projet de véhicule de transport léger sur de longue distance en passant par tout type de chemin terrestre et fluviale (description à venir).

Un soir de repos, il fait le tour de la ville accompagné d'un contre-maître du projet d'un autre ingénieur du chantier, tout deux irlandais catholique pure souche. Mis à part ces deux caractéristiques, rien ne laissait penser qu'ils avaient quelque chose en commun. Leur virée se fini aux abords de la brasserie Guinness, ce soir là il fut invité à une rencontre qui lui changea sa vision de l'empire britannique et de la légitimité de la couronne anglaise sur ses territoires.
Au milieu des cuves de la brasserie, il se mit à écouter les discours de James Stephens, fondateur de l'IRB (Irish Republican Brotherhood). Il participa à ces soirées pendant le reste de son séjour.

A la fin du chantier le véhicule fut transporté dans la petite ville d'Inverness afin de pouvoir le tester dans les rudes conditions du nord de l'écosse. Durant ce temps de test, entra en contact avec un des principaux mouvements en faveur de l'indépendance de l'écosse dirigé par George MacDonald. Très vite, il travailla pour la cause en fabriquant différents mécanismes d'horlogerie.

Vers 20 ans, il fut désillusionné par ce mouvement suite à un attentat à la bombe dans un pub fréquenté par des civiles anglais. Il y eu de nombreuses victimes dont son mentor et il apprit que ce fut un de ses mécanisme qui servit de détonateur. Pris d'un excès de colère et de whisky, il prit place au poste de pilotage de l'appareil et quitta la Grande Bretagne pour plusieurs années de voyages. Et grand bien lui en a pris car il fut condamné à perpétuité par contumace pour sa participation involontaire à cette attentat.

Suite à cet exil forcé, sa première étape importante fut Paris où il s'installa sur les bords de la Seine, il en profita pour apprendre à manier les arts du combat, il se mit à fréquenter la salle de savate de Charles Lecour à Montmartre ainsi que différentes salles de tirs grâce à un ami qu'il s'est fait dans les forces de l'ordre.

Durant ce séjours il fit la connaissance de nombreuses personnes ayant besoin d'un moyen de transport efficace et d'un conducteur discret posant peu de questions sur la marchandise.

Depuis il voyage à travers le monde avec son véhicule surnommé le « Holdfast » et continue perpétuellement à l'améliorer lors de ses moments de repos à Paris.

Demain je m'occupe de la psychologie du personnage.

comme d'habitude remarque, correction, problème de cohésion etc je suis preneur (vérifier notamment l'orthographe car même avec un bon correcteur se n'est pas mon fort)
aurelien
Messages : 16
Inscription : 27 février 2012, 11:02

Re: [projet] contrebandier écossais

Message par aurelien » 28 février 2012, 11:20

Description physique:


1m73 pour 100kg, cheveux châtains clairs qu'il taille court tout les 3 mois, yeux vert de gris.
Une petite bedaine héritée de nuits aux pubs, mais qui cache une puissance de frappe développée à Paris.
Une jeune barbe hirsute qu'il n'entretient pas, plus par désintérêt que par manque de temps.



Langue : maîtrise : gaélique scot et irlandais, l'anglais, le français avec un fort accent
baragouine : l'espagnole, l'italien, l'allemand et le russe.
À de vague notion en : le mandarin, l'arabe,


Tenus vestimentaire :
au volant de son engin : un casque de pilote.
La plupart du temps : un long caban, une chemise usée et une veste, un cheich hérité d'une virée dans le désert africain.
Son éternel kilt, une bonne paire de chaussettes montantes, une paire bottine, son sporran,
un calot de l'armée de l'union hérité d'un vétéran à rencontré en Californie.



Possession : un masque à gaz qui ne lui couvre que le nez et le menton,
une arme de point,
un dirk
une flasque toujours remplie de whisky écossais,
une boîte de cigare bon marché toujours pleine,
une pipe et son tabac,
une boîte d'allumette,
une énorme clef à molette qui sert plus à se défendre qu'à bricoler,
une besace avec ses meilleurs outils,
une cartouchière,
un carnet d'adresse impressionnant en nombre de connaissance de part le monde.
un ou deux pantalons pour ne pas salir le kilt


habitat : un vieux hangar désaffecté dans les faubourgs de Paris



Véhicule de transport : un petit dirigeable trafiqué,

« HoldFast » : une locomotive à vapeur NLR Class 75 avec un wagon de fret trafiqué pour que le fond ressemble à un bateau, par différentes modifications il peut naviguer sur des eaux peu agitées et sur une courte distance, ses roues ont été modifiés pour rouler sur autres choses que des rails et pouvoir se diriger. Le HoldFast est maniable sur eaux et sur terrain peu accidenté, mais il ne peut aller en haute mer. Sur terre il peut atteindre une vitesse importante pour l'époque.

Une gatling héritée de la guerre de sécession trône fièrement sur le toit du wagon.

Utilisation des ses véhicules : pour les zones montagneuses, Wilhuff préfère utiliser son dirigeable. Pour de plus longue distance le HoldFast est préconisé. Le dirigeable est assez puissant pour transporter le HoldFast à vide.



Description psychologique : Passionné de mécanique, il ne peut s'empêcher de bricoler de réparer ou d'inventer. Il reste peu de temps au même endroit, bien qu'il aime passer du temps dans son hangar. Il est assez désabusé des grands idéaux de ce monde bien qu'il estime que la décolonisation de soit pas une mauvaise chose ce qui lui permet de nombreux contrat.
Ses rapports avec les autres sont plutôt amicaux bien qu'il n'accorde plus sa confiance aussi facilement qu'avant.

Il utilise ses armes et ses talents au corps au corps plus pour se défendre que pour attaquer.

Il est peu causant sur ce qui concerne son exil préférant parler avec humour de « séjour forcé ».
Son exil lui a permis de développer un talent pour camoufler son identité surtout lors de ses séjours dans les colonies de l'empire britannique.

Lorsque l'on évoque son pays natal des lumières brillent dans ses yeux, l'Écosse est le plus beau pays du monde. Il aime se dire patriote plutôt que nationaliste, bien qu'il estime que l'écosse serait bien mieux sans les Anglais.

De part ses voyages, il estime qu'il est difficilement impressionnable bien que son jeune âge fait qu'il lui reste beaucoup de choses à découvrir. Et très vite il découvre un talent pour les langues.

Par contre, il est très discret sur ses employeurs et ses chargements, jugeant inutile de poser des questions comme ça, il n'a pas à en parler, il se contente de savoir où et à qui il faut livrer.

Pour la vie en société, il se sent plus proches des arrières salles des cafés que des salons mondains et cela s'entend dans sa manière de parler sans pour autant affectionner l'argot.
Dernière modification par aurelien le 29 février 2012, 19:15, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Miss Grey
Messages : 158
Inscription : 21 décembre 2010, 21:15

Re: [projet] contrebandier écossais

Message par Miss Grey » 28 février 2012, 19:16

Ah, ça, les fautes d'orthographe... Un fléau envoyé par Dieu, pire que les sept plaies de l'Egypte à mes yeux (non, je n'exagère jamais :mrgreen: ) !

Sympa sympa le projet ! Plutôt que sur le kilt, je tablerais sur les pantalons en tweed pour un contrebandier mécano. Il me semble en effet que le moindre courant d'air pourrait être très désagréable... De plus, un bout de kilt qui traîne, se prend dans un engrenage ou une hélice, et on arrive vite à la catastrophe.
aurelien
Messages : 16
Inscription : 27 février 2012, 11:02

Re: [projet] contrebandier écossais

Message par aurelien » 28 février 2012, 19:38

portant le kilt assez régulièrement à partir du printemps
le fait est que le kilt est tenue par une lourde épingle et par une sporran (la bourse sur les bourses), ceci évite les déconvenues à la marylin monroe. je trouve même que c'est plus agréable à porter qu'un pantalon serré.
plus sérieusement, il est clair que ce personnage portera un pantalon s'il le faut, et qu'il faut penser aux autres.

Image
Avatar de l’utilisateur
Miss Grey
Messages : 158
Inscription : 21 décembre 2010, 21:15

Re: [projet] contrebandier écossais

Message par Miss Grey » 28 février 2012, 21:56

Ah, Le crime est notre affaire, j'adore ce film...

Je sais bien qu'il y a des "soupapes de sécurité" pour maintenir le kilt (j'habite à Lorient, ville du Festival Inter-éthylique, euh Interceltique, les kiltophiles sont mes amis :mrgreen: ) mais j'ai du mal à visualiser le mécano en kilt couvert de camboui... Mais ça peut être rudement original !
Répondre

Revenir à « Ouvrages »